Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Scepticisme
Courant philosophique

Période

IVe s. av. J.-C. – XXe s.

Définition

Le scepticisme est un courant de pensée antique pour lequel philosopher consiste à pratiquer le doute.

Le sceptique tend à suspendre son jugement dans un but moral : atteindre la tranquillité de l’âme (ataraxie), pour accéder à la sagesse.
Le sceptique affirme, non pas que la vérité est inatteignable, mais que nous ne sommes pas sûrs de l’atteindre. Il pratique un état d’indifférence aux choses. Selon le scepticisme, toute détermination est impossible, dans son sens subjectif (la capacité à se décider) comme dans son sens objectif (la définition d’un terme ou d’une situation).

Il existe quatre arguments sceptiques fondamentaux :

  • la contradiction des opinions : il n’y a rien d’incontestable ou d’irréfutable ;
  • la régression à l’infini : l’esprit ne peut s’arrêter sur rien. On fixera donc des postulats. Mais ceux-ci sont également invérifiables ;
  • la nécessité des postulats invérifiables : pour prouver la vérité d’un énoncé, il faut une preuve indiscutable, une proposition considérée comme évidente, mais indémontrable (un postulat) ;
  • le cercle vicieux : appelé aussi « diallèle ». Le fait de ne rien affirmer conduit à ce cercle vicieux. C’est la raison de la suspension définitive du jugement, chez les sceptiques.

Philosophes

Pyrrhon d’Élis

David Hume

Michel de Montaigne

Bertrand Russel

Mots clés

Doute

Critique

Illusion

Abstention

Exemples

Essais 1580

Michel de Montaigne

Dialogues sur la religion naturelle 1779

David Hume

De la certitude 1976

Ludwig Wittgenstein