Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Stoïcisme
Courant philosophique

Période

IVe s. av. J.-C. – VIe s.

Définition

Le stoïcisme est un des courants majeurs de la morale antique. C’est à la fois une théorie de l’univers et une morale. On retrouve dans le stoïcisme des thèmes platoniciens, aristotéliciens ou épicuriens.

La philosophie stoïcienne est fondée sur trois axes majeurs :

  • « Il faut vivre en harmonie avec la nature », conserver un certain retrait par rapport à la vie publique, et replacer l’Homme au centre de l’univers. Le stoïcisme est donc un naturalisme ;
  • « Seule existe la matière. » La matière est ce qui est capable d’agir ou sur ce quoi il est possible d’agir. Les passions sont vaines, le passé et le futur n’existent pas, car on ne peut pas agir sur eux. Seul le présent compte. Le stoïcisme est donc un matérialisme ;
  • la matière (le corps de toute chose) est animée par ce que les stoïciens appellent indéfiniment âme, raison ou cause, qui donne sa cohésion physique et sa cohérence au monde. Tout ce qui arrive est dans l’ordre de des choses. La seule chose qui nous appartient de maîtriser est notre jugement. Le stoïcisme est donc également un rationalisme.

Philosophes

dit Zénon de Cition

Sénèque

Épictète

Marc-Aurèle

Mots clés

Renoncement

Maîtrise

Sagesse

Harmonie

Exemples

De la constance du sage entre 47 et 2 av. J.-C.

Sénèque

Manuel 130 (env.)

Épictète

Pensées pour moi-même entre 170 et 180 ap. J.-C.

Marc-Aurèle