Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Construire la paix par la diplomatie

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Faire la paix par les traités

  • Les traités de Westphalie mettent fin aux guerres de Trente Ans et de Quatre-Vingts Ans lors de leur signature en 1648. Ils instaurent alors la paix en Europe en vertu du principe d’équilibre des puissances.
  • La guerre de Quatre-Vingts Ans (connue aussi sous le nom de révolte des Gueux) embrase le Nord de l’Europe de 1568 à 1648 : la volonté de sept provinces des Pays-Bas espagnols à obtenir leur indépendance et leur liberté religieuse en est la cause.
  • De nombreux révoltés sont en effet protestants alors que la couronne d’Espagne se revendique d’un catholicisme intransigeant.
  • En 1581, les États généraux des Provinces-Unies (nouvelle appellation des provinces du nord des Pays-Bas espagnols) adoptent l’acte de La Haye, décret qui proclame la déchéance de Philippe II d’Espagne en tant que souverain du pays.
  • Les États généraux proclament alors la République.
  • Le conflit se poursuit avec l’Espagne qui parvient à contester des territoires au sud des Provinces-Unies. Henri IV déclare la guerre à l’Espagne et le conflit s’étend ainsi à l’Europe par le jeu des alliances.
  • En 1609, l’Espagne signe avec les provinces rebelles la paix de Douze Ans. Cependant, les négociations butent sur la question de la liberté de culte et la guerre reprend en 1621, trois ans après la déclaration de la guerre de Trente Ans (1618-1648).
  • Le continent européen est ravagé par la guerre.
  • La guerre de Trente Ans débute par une querelle entre seigneurs protestants de Bohème et la monarchie catholique des Habsbourg lors d’une rencontre au château de Prague le 23 mai 1618.
  • C’est la défenestration de Prague qui met le feu aux poudres.
  • Entre 1620 et 1635, la plupart des royaumes européens entrent en guerre.
  • Le Danemark protestant conclut une alliance avec l’Angleterre et les Provinces-Unies en 1625.
  • La France s’engage à son tour en 1635 du côté protestant pour limiter l’encerclement du royaume par les Habsbourg.
  • Les guerres de Quatre-Vingts et Trente Ans constituent le premier conflit continental majeur à avoir frappé le continent européen à l’époque moderne.
  • Les traités de Westphalie, signés le 24 octobre 1648, mettent un terme aux deux guerres et consacrent le bouleversement de l’équilibre des puissances.
  • L’équilibre des puissances s’incarne dans le fait qu’aucun État ne peut devenir une superpuissance et les États ne peuvent s’allier entre eux qu’à condition d’avoir comme but commun de contrecarrer la volonté hégémonique d’un autre État.
  • Les conséquences du traité de Westphalie scellent le sort des empires européens :
  • le Saint-Empire romain est morcelé en plus de 350 États allemands dont les princes voient leurs pouvoirs renforcés, contribuant à l’affaiblissement durable de l’Empire ;
  • l’Espagne est grande perdante du traité car elle perd les Provinces-Unies qui se voient obtenir leur indépendance ;
  • la France et la Suède annexent de multiples territoires.
  • La carte de l’Europe est entièrement remodelée à la suite des traités.
  • Les royaume du Nord et de l’Ouest s’affirment comme les nouvelles grandes puissances continentales.
  • Les traités de Westphalie reconnaissent trois confessions : catholique, calviniste et luthérienne.
  • Cependant, les princes des différentes principautés conservent le droit d’imposer leur culte à leurs sujets. Les traités consacrent le principe de non-ingérence des États dans le domaine religieux mais n’imposent en aucun cas aux souverains signataires d’accorder la liberté religieuse à leurs sujets.
  • Ces traités constituent les fondements du maintien de la paix et des relations diplomatiques jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Faire la paix par la sécurité collective

  • Le cataclysme de la Première Guerre mondiale démontre les limites du modèle westphalien du maintien de la paix par l’équilibre des puissances.
  • La création de la SDN est l’un des principaux objectifs du président Woodrow Wilson lors de la conférence de Paix de 1919.
  • La Société des Nations est créée par le traité de Versailles en 1919. Il s’agit d’une organisation internationale dont l’objectif est de maintenir la paix dans le monde sous l’autorité d’un Conseil permanent (France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Chine) et sur la base de la sécurité collective.
  • Pourtant, la SDN est incapable d’endiguer la montée en puissance des totalitarismes en Europe, notamment parce qu’elle dispose de moyens peu contraignants pour faire respecter les principes de paix et de sécurité qu’elle défend.
  • Le refus des États-Unis d’adhérer à l’organisation en 1920 affaiblit sa capacité à régler des conflits qui mettent en cause les intérêts des grandes puissances.
  • Tout différend doit être soumis au Conseil de la SDN.
  • Pourtant, si les membres du Conseil ne parviennent pas à désigner l’agresseur à l’unanimité, chaque État recouvre sa liberté d’action. Qui plus est, la SDN ne peut contraindre ses membres à entrer en guerre contre un État agresseur.
  • Le principe de sécurité collective est repris par l’ONU au sortir de la Seconde Guerre mondiale, que la SDN n’a pu empêcher.
  • Le Conseil de sécurité de l’ONU garantit la paix dans le monde et attribue aux cinq puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale, un rôle prépondérant dans la nouvelle organisation qui réunit la quasi-totalité des États dans le monde.
  • En cas de menace par un État, le Conseil de sécurité peut adopter à son encontre des sanctions économiques, voire entreprendre une action armée de maintien ou de rétablissement de la paix.
  • Le déclenchement de la guerre froide en 1947 va paralyser l’ONU par le jeu de l’opposition des grandes puissances, membres du Conseil.
  • Dans ce contexte, la sécurité internationale va reposer sur la création d’organisations de défense collective comme l’OTAN (1949) et le pacte de Varsovie (1955).
  • De fait, ce n’est donc qu’après la fin de la guerre froide, et à partir de la première guerre du Golfe (1990-1991), que l’ONU va jouer le rôle pour lequel elle a été créée.
  • Le 2 août 1990, jour de l’invasion du Koweït par l’armée irakienne du dictateur Saddam Hussein, le Conseil de sécurité adopte une résolution (660) qui instaure des sanctions économiques immédiates contre l’Irak.
  • Face au refus des Irakiens de se retirer du Koweït et pour parer à la menace d’une attaque irakienne contre l’Arabie Saoudite, le Conseil de sécurité adopte une nouvelle résolution (678) autorisant une intervention armée internationale si l’armée irakienne ne s’est pas retirée du Koweït avant le 15 janvier 1991.
  • Pour la première fois depuis la fin de la guerre de Corée, l’URSS, en pleine implosion, n’oppose pas son véto à la décision du Conseil de sécurité.
  • La rapide défaite de l’armée irakienne au cours de l’opération Tempête du désert (16 janvier au 28 février 1991) menée par les forces américaines renforcées par les troupes d’une large coalition internationale témoigne du triomphe du principe de sécurité collective dans le monde post-guerre froide.
  • Le 1er janvier 1997, le diplomate ghanéen Kofi Annan est élu secrétaire général, c’est-à-dire le plus haut fonctionnaire de l’ONU.
  • Charismatique, Kofi Annan va de plus en plus personnifier le renouveau de l’autorité onusienne et son volontarisme.
  • Il donne en août 1995 son accord à l’OTAN pour le bombardement des positions serbes en Bosnie au cours de la guerre de Bosnie (1992-1995) précipitant ainsi la fin du conflit et faisant cesser les opérations de nettoyage ethnique orchestrée par l’armée serbe de Bosnie en contraignant la Serbie à négocier les accords de Dayton (14 décembre 1995).
  • Il débute son mandat en réussissant à faire aboutir une médiation entre Saddam Hussein et les États-Unis.
  • Kofi Annan est reconduit à la tête des Nations unies par un nouveau mandat en 2001 et reçoit la même année le prix Nobel de la paix pour son action.
  • Cependant, les attentats du 11 septembre 2001 ternissent son bilan puisqu’il n’arrive pas à empêcher l’intervention militaire américaine en l’Irak, en 2003, malgré ses efforts et l’interdiction formulée par l’ONU.
  • De même, Kofi Annan n’a pas réussi à étendre le Conseil de sécurité à de nouveaux pays pour le rendre plus représentatif du monde du XXIesiècle : il voulait en effet accorder une place plus importante à l’Allemagne, au Japon, à l’Inde, au Brésil et à l’Afrique du Sud.
  • Son projet échoue à cause de la volonté des cinq membres permanents qui souhaitent conserver le statut privilégié qu’ils se sont octroyé en 1945.