Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Définir et mesurer le chômage

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Les principales caractéristiques du chômage

  • La population totale est composée à la fois d’une population active et d’une population inactive :
  • la population active englobe l’ensemble des personnes occupant un emploi ainsi que les chômeur·se·s ;
  • la population inactive désigne l’ensemble des individus ne pouvant ou ne souhaitant pas travailler.
  • Sont considérées comme étant « sans emploi » les personnes au chômage ou les inactif·ve·s.
  • Le chômage résulte d’un déséquilibre entre l’offre de travail et les demandes de travail.
  • Il est ainsi dépendant du taux d’emploi.
  • Il est considéré comme un facteur de tensions sociales, de pauvreté et de paupérisation de la population.
  • Il peut aussi constituer un frein à la croissance en limitant la capacité de consommation.
  • Le taux de chômage est le nombre de chômeur·se·s divisé par le total de la population active multiplié par 100.

Taux de choˆmage=nombre de choˆmeurspopulation active×100\text{Taux de chômage}=\dfrac{\text{nombre de chômeurs}}{\text{population active}}\times100

  • En France, il existe deux principaux indicateurs :
  • la population sans emploi à la recherche effective d’un emploi (indicateur du BIT) ;
  • la population inscrite à Pôle emploi.
  • Alors que le BIT s’emploie à décrire une réalité économique, Pôle emploi cherche avant tout à recenser les personnes pouvant bénéficier des allocations chômage.
  • Ces systèmes sont tous deux l’objet de critiques.

chômage, caractéristique d’une situation de sous-emploi

  • Le plein-emploi désigne une situation dans laquelle le chômage se limite au strict chômage frictionnel.
  • On estime que le niveau de plein-emploi est atteint lorsque le taux de chômage se situe entre 3,5%3,5\,\% et 4%4\,\%.
  • Le sous-emploi comprend les cas de figure suivants :
  • les actif·ve·s travaillent à temps partiel, souhaitent travailler davantage et sont disponibles pour le faire ;
  • elles les actif·ve·s à temps partiel ou à temps complet, mais ont travaillé moins que d'habitude pendant une semaine de référence en raison de contraintes externes.
  • Le sous-emploi est interprété comme une défaillance du marché, puisqu’il traduit une inadéquation entre la durée ou la productivité de l’emploi d’une personne et un autre emploi que cette personne serait disposée à occuper et capable de faire.
  • Deux visions des causes du chômage cohabitent.
  • Pour les classiques, le chômage est dû à des salaires trop élevés et le marché doit s’autoréguler sans que l’État intervienne.
  • Pour les keynésiens, ce n’est pas la baisse de la demande qui entraîne une baisse des prix, mais une baisse de l’offre. Selon cette conception, le marché ne peut donc s’autoréguler et la situation empirera sans intervention étatique.