Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Échanger : pourquoi, comment ?

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Objectifs

  • Comprendre les stratégies du libre-échange et du protectionnisme.
  • Analyser les effets de ces stratégies, du point de vue des producteurs et de celui des consommateurs.

Définitions à connaître : libre-échange, protectionnisme.

Avantages et inconvénients des échanges internationaux

Des avantages pour les consommateurs comme pour les producteurs

Les avantages du libre-échange :

  • pour les consommateurs :
  • l’ouverture des frontières à la concurrence internationale accroît l’offre de biens et de services ;
  • pour rester compétitives, les entreprises doivent aligner leurs prix sur les tarifs des produits importés, ce qui entraîne une baisse des prix ;
  • pour les producteurs :
  • en accédant aux marchés étrangers, ils s’ouvrent à de nouveaux consommateurs et augmentent donc leur part de marché ;
  • l’augmentation des quantités produites permet de réduire le coût unitaire de chaque produit. C’est ce qu’on appelle les économies d’échelle.

Des risques qui demeurent

  • Le libre-échange présente cependant des risques :
  • en s’ouvrant sur les marchés internationaux, l’économie d’un pays devient dépendante, et prend donc le risque d’être touchée lorsqu’une crise survient dans un autre pays ;
  • pour les pays en développement, l’implantation d’entreprises étrangères sur le territoire national met souvent les entreprises locales en difficulté ;
  • les théories de dégradation des termes de l’échange prétendent que les retombées du libre-échange sont très inégales. Si les prix des produits vendus par les pays du Nord ne cessent d’augmenter, ceux des produits vendus par les pays en développement diminuent ;
  • il existe également un risque important de pillage des ressources de la part de pays développés envers des pays pauvres ;
  • enfin, le libre-échange dans les pays développés entraîne la délocalisation, qui met en péril l’économie du pays.

La réponse des pouvoirs publics : les politiques protectionnistes

Les outils du protectionnisme

  • Pour lutter contre les effets pervers du libre-échange, il existe trois outils protectionnistes :
  • les barrières tarifaires (par exemple les droits de douane qu’impose un pays à l’entrée d’une marchandise sur son territoire) ;
  • les barrières non-tarifaires, constituées par toutes les normes et les labellisations qui limitent l’accès des produits étrangers au marché national ;
  • la variation du taux de change est une stratégie qui vise à fausser indirectement le jeu de la concurrence internationale.

La variation du taux de change

baisse du taux de change ses terminale L’intérêt d'une baisse du taux de change

hausse du taux de change ses terminale L’intérêt d’une hausse du taux de change

Les effets d’une politique protectionniste

  • Deux arguments sont régulièrement invoqués pour justifier la mise en œuvre de mesures protectionnistes :
  • l’argument du protectionnisme éducateur ou des industries naissantes : il est impossible pour des pays en développement d’atteindre le niveau des pays développés lorsque leurs entreprises sont concurrencées sur leur territoire par des entreprises étrangères. Il s’agit d’un protectionniste provisoire dans le temps ;
  • l’argument des politiques commerciales stratégiques : un État, en raison de stratégies géopolitiques ou industrielles, peut choisir de privilégier certaines catégories d’entreprises pour leur permettre d’accéder à un grand nombre de marchés à l’international sans être concurrencées localement.
  • Si le protectionnisme présente plusieurs réponses aux conséquences néfastes du libre-échange, trop poussé, il n’est pas lui non plus créateur de richesses et de développement équilibré.