Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Espaces et paysages de l’urbanisation : géographie des centres et des périphéries

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Les visages de l’urbanisation mondiale

  • Une ville ne se définit pas uniquement à partir d’un critère démographique.
  • Il existe une hiérarchie dans les villes.
  • Les pays du Nord sont actuellement plus urbanisés que les pays du Sud. Mais les pays du Sud sont en train de rattraper leur retard.
  • L’Europe et l’Amérique du Nord sont deux espaces très urbanisés, avec les trois quart de la population vivant en ville.
  • L’urbanisation des pays du Nord est achevée.
  • Jusqu’en 1950, les pays dits du Sud étaient faiblement urbanisés, aujourd’hui, le taux de croissance urbaine est de 3,6 %. Mais cette urbanisation n’est pas uniforme.
  • Presque 80 % de la population de l’Amérique latine vit en ville. Ce taux continue de progresser, mais faiblement.
  • En Afrique au contraire, le taux d’urbanisation est faible mais en constante croissance. De même en Asie.
  • Il existe une tendance à la métropolisation.
  • La population urbaine se concentre surtout dans les très grandes villes (métropoles et mégapoles).
  • La majorité des mégapoles se situe dans les pays du Sud.
  • Tokyo est la ville la plus peuplée au monde avec près de 38 millions d’habitants.

Les causes de l’urbanisation

  • Dans les pays du Nord :
  • dans l’Antiquité gréco-romaine, on comptait déjà des villes d’un million d’habitants ;
  • durant le Moyen Âge, les villes attiraient également une population nombreuse ;
  • mais l’urbanisation commence réellement au XIXe siècle, avec l’industrialisation ;
  • commence alors l’exode rural.
  • Dans les pays du Sud :
  • la croissance urbaine est récente, elle est due à la croissance démographique et à un exode rural massif.
  • La ville représente la stabilité, avec l’opportunité d’un emploi et d’un salaire. Les infrastructures, absentes des campagnes, incitent également de nombreux paysans à partir s’installer dans les villes.
  • Les villes ont également une forte attractivité culturelle.

Les conséquences de l’urbanisation

  • Les nouveaux citadins, notamment dans les PED, sont confrontés à des difficultés d’accès au logement et occupent le plus souvent des emplois précaires.
  • Dans les villes dont la croissance urbaine est très forte, les bidonvilles concentre les populations les plus pauvres.
  • En Inde, le bidonville de Dharavi possède plus d’un million d’habitants.
  • Dans certaines villes d’Afrique, on observe un phénomène de « ruralisation des villes ».
  • Dans les pays du Nord, il est important d’être connecté aux réseaux de la mondialisation pour pouvoir se développer.
  • Les espaces ruraux des pays du Nord sont souvent très mal connectés aux réseaux de la mondialisation. Ils ne possèdent que très peu d’infrastructures et le taux de chômage y est souvent élevé.
  • Même dans les pays du Nord, il existeune hiérarchie entre :
  • des pôles dynamiques et reliés entre eux par de multiples infrastructures,
  • et des périphéries, davantage isolées, qui cherchent à se développer tant bien que mal.
  • La croissance urbaine, souvent anarchique, a des conséquences d’un point de vue environnemental.
  • La concentration d’activités sur un territoire réduit, que ce soit dans les pays du Nord ou du Sud, favorise la pollution de l’air.
  • Dans les villes du Sud, les autorités ont beaucoup de mal à prendre en charge l’urbanisme.