Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L'enjeu énergétique

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Notre planète se trouve dans un état de saturation sans précédent. La révolution industrielle a signifié le début d’une exploitation massive des ressources naturelles de notre planète. Et ce n’est qu’à partir des années 1980 que les autorités ont commencé à prendre réellement conscience des dégâts causés par l’Homme sur l’environnement. Dans ce contexte d’urgence environnementale, le principal défi que l’Homme doit soulever est celui de l’énergie.

Comment maintenir une production énergétique élevée dans un contexte de prise de conscience environnementale ? Autrement dit, comment faire face aux nouveaux besoins énergétiques tout en préservant les ressources naturelles ?

Dans ce cours, nous verrons quelles sont les raisons de l’explosion des besoins énergétiques à partir de l’exemple chinois. Nous analyserons ensuite les différentes solutions mises en œuvre par les gouvernements pour faire face à l’augmentation de la pression énergétique. Enfin, une troisième partie traitera de la mise en place d’une politique énergétique durable qui permettrait de répondre aux enjeux liés au développement.

L’explosion énergétique : l’exemple de la Chine

L’augmentation des besoins en Chine

La Chine fait partie du groupe des BRICS, ces pays émergents en plein boom économique. Mais, malgré un taux de croissance de 9 % en 2009, la Chine est aussi un pays dans lequel les inégalités économiques se creusent.

  • Tandis que la zone littorale concentre 43 % de la population, elle génère également plus de 60 % du PIB du pays.
  • L’intérieur du pays, lui, est composé de zones essentiellement rurales qui contrastent avec les mégapoles du littoral, telles que Shangai ou Pékin.

Chine des villes et Chine des campagnes en 2000 Géographie seconde Chine des villes et Chine des campagnes en 2000

Depuis le début du XXIe siècle, la Chine a augmenté ses besoins énergétiques : elle est désormais le premier consommateur d’énergie au monde. Elle est le premier producteur mondial de charbon, mais également le premier consommateur mondial.

  • Le pays est donc extrêmement dépendant du charbon.

En ce qui concerne le pétrole, la Chine est dépendante des approvisionnements étrangers, en particulier de ceux de son voisin le plus proche : la Russie.

Pourquoi les besoins énergétiques ont-ils augmenté en Chine ces dernières décennies ?

Les besoins énergétiques de la Chine ont augmenté ces dernières décennies en raison des choix de développement des autorités : depuis les années 1990, la Chine a orienté son développement vers la mise en place d’une industrie lourde. Son intégration réussie aux flux de la mondialisation lui a rapidement permis de devenir « l’atelier du monde » ou « l’usine du monde ».

bannière à retenir

À retenir

Premier pays exportateur mondial, la Chine s’est développée à partir d’une main-d’œuvre très bon marché.

Par ailleurs, l’augmentation des besoins énergétiques est aussi dûe à la diffusion des modes de vie occidentaux : le développement des modes de vie urbains exerce une pression accrue sur l’environnement par la mise en place d’un système occidentalisé : piscines, voitures, tourisme, etc.

  • Résultat, 14 % des gaz à effets de serre rejetés dans l’atmosphère mondiale sont chinois.

La pollution atmosphérique en Chine Illustration de la pollution atmosphérique en Chine

Assurer les besoins énergétiques de la Chine

Pour faire face à l’accroissement de ses besoins, la Chine a dû se lancer dans des chantiers d’aménagements gigantesques. Le barrage des Trois-Gorges est d’ailleurs devenu le symbole des chantiers titanesques lancés par le gouvernement chinois.

Le barrage des Trois-Gorges en Chine Le barrage des Trois-Gorges en Chine

Les travaux ont débuté en 1994, avec pour objectif de lutter contre les crues du fleuve Yangzé et de régulariser son débit, mais surtout d’assurer à tout le pays une production suffisante d’hydroélectricité.

Le Yangzé est le troisième fleuve le plus grand au monde, et son débit est immense : 22 000 m3 par seconde. Pour construire un barrage face à une telle pression, il a fallu employer des moyens colossaux, pour un résultat à la hauteur du défi énergétique soulevé :

  • le barrage est le deuxième plus grand du monde et il permet de produire des quantités d’électricité ahurissantes. On estime que la production d’électricité du barrage permet de remplacer la combustion de 50 millions de tonnes de charbon par an.

Cet aménagement a cependant suscité de nombreuses controverses.

  • La première est liée aux déplacement forcé de milliers de villageois lors de la construction du barrage : on estime que près de deux millions de Chinois ont dû être déplacés.
  • Il existe également des dégâts au niveau archéologique, étant donné que de nombreux sites datant d’au moins 5 000 ans ont été engloutis.
  • Finalement, ce sont les problèmes environnementaux qui ont suscité le plus de controverses : la biodiversité du territoire alentour a été complètement saccagée, faisant disparaître de nombreuses espèces. La multiplication des séismes et des glissements de terrain est également l’une des conséquences du barrage.

La Chine : modèle de développement durable ?

Malgré des conséquences environnementales catastrophiques, le barrage des Trois-Gorges est souvent présenté comme un modèle d’énergie durable, notamment parce qu’il permet à la Chine de s’affranchir en partie de sa dépendance au charbon. Bien que ce point fasse polémique, il est important de souligner que la Chine réalise de nombreux changements en faveur d’une politique durable.

Comprendre cette problématique passe par une analyse de la politique communiste chinoise. Si la Chine souhaite conserver son système politique, elle doit nécessairement maintenir sa croissance économique à un niveau dynamique, (ce qui provoque une hausse des besoins énergétiques) et garantir des salaires élevés pour assurer la paix sociale.

  • Le développement durable est donc une nécessité pour le gouvernement chinois.

Jusqu’à présent, le développement économique s’est réalisé au mépris de l’environnement. Bien que de nombreux entrepreneurs chinois aient saisi l’opportunité que représente le développement durable en termes d’investissements et que le marché des éoliennes et des panneaux solaires soit en plein boom, la consommation excessive de charbon et les rejets massifs de CO2 dans l’atmosphère compromettent cette politique de durabilité.

De nouveaux besoins énergétiques à l’échelle du monde

Une augmentation inégale

bannière à retenir

À retenir

En seulement un siècle, la consommation énergétique mondiale a été multipliée par 20.

Étant donné que l’on prévoit 9 milliards de personnes en 2050, il est évident que la pression énergétique va se poursuivre. Par ailleurs, l’urbanisation s’accélère en tous points du globe. Cela implique une hausse des consommations d’énergie, étant donné que les modes de vie urbains consomment beaucoup plus que les modes de vie ruraux. Dans cette perspective, on imagine bien que la consommation d’énergie n’est pas la même dans les pays riches et dans les pays pauvres. On estime par exemple que les pays du Nord consomment en moyenne 4 à 10 fois plus d’énergie que les pays du Sud.

  • Les pays du Nord, qui constituent à peine 20 % de la population mondiale, consomment 60 % des ressources énergétiques de la planète.
  • Le gaz représente 20 % de la consommation énergétique mondiale et le pétrole 34 %.
  • Mais 2 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité.

Répartition des ressources énergétiques dans le monde

  • Le marché du pétrole est dominé par le Moyen-Orient, les États-Unis et la Russie.
  • Celui du charbon est concentré essentiellement entre la Chine et les États-Unis.
  • L’uranium, utilisé dans l’énergie nucléaire, est concentré au Canada, en Australie et au Kazakhstan.

a répartition inégale des ressources fossiles dans le monde Géographie seconde La répartition inégale des ressources fossiles dans le monde

bannière à retenir

À retenir

Les ressources énergétiques dans le monde ne sont pas également réparties.

Afin d’assurer une sécurité énergétique, c’est-à-dire d’assurer un approvisionnement en énergie sur le long terme, les pays doivent dialoguer entre eux.

  • La géopolitique est profondément liée aux conflits énergétiques entre les pays.
bannière definition

Définition

Géopolitique :

La géopolitique est l’analyse des relations internationales à partir de facteurs géographiques et sociaux.

bannière exemple

Exemple

Dans le cas de l’Union européenne par exemple, la dépendance aux fournisseurs étrangers de gaz provoque parfois des tensions géopolitiques. Le principal fournisseur en gaz de l’Union européenne est la Russie. Mais lorsque la Russie et l’UE se crispent sur un point, comme avec l’Ukraine par exemple, la question énergétique refait surface.

C’est pour cela qu’en général, les pays cherchent à diversifier leurs fournisseurs afin de ne pas être dépendant d’une seule source.

  • L’énergie est donc un facteur de puissance qui s’exprime notamment dans les points de passage.

Enjeux énergétiques autour des détroits

Étant donné qu’elle est inégalement répartie, l’énergie doit circuler, ce qu’elle fait essentiellement par voie de mer. Dans cette perspective, les détroits deviennent des verrous stratégiques de premier plan.

Le cas du détroit d’Ormuz est emblématique à ce sujet. Étant donné qu’il est essentiellement contrôlé par l’Iran, et que ce pays ne possède pas de bonnes relations avec les Occidentaux, il est arrivé plus d’une fois que l’Iran n’accorde pas de droit de passage aux bateaux pétroliers se rendant vers l’Europe, compliquant ainsi les relations géopolitiques.

La piraterie est aussi une des conséquences de l’augmentation de la demande énergétique ; elle est concentrée sur le détroit de Malacca ainsi que sur la corne de l’Afrique.

Une énergie durable : un défi possible ?

Risques environnementaux

Les risques liés à la pression énergétique sont nombreux, pour l’humanité comme pour la nature.

  • La pollution atmosphérique entraîne une succession de maladies (de l’allergie aux cancers).
  • Le transport énergétique est lui aussi responsable d’une série de catastrophes naturelles : les marées noires sont provoquées par des navires pétroliers qui déversent leur cargaison en totalité ou en partie dans la mer.
  • Les changements climatiques sont également l’une des conséquences de la pression énergétique : le rejet de gaz à effet de serre dans l’atmosphère est à l’origine du réchauffement de la planète, dont les conséquences néfastes sur l’être humain ainsi que sur la nature sont maintenant connues.
  • Les risques nucléaires sont également importants. L’accident de Tchernobyl en 1986 est dû à la panne d’un réacteur qui a provoqué une surchauffe et un nuage chimique dans l’atmosphère. Plus récemment, l’accident nucléaire de Fukushima, au Japon, a marqué les esprits. Les conséquences du déversement de liquide radioactif dans l’océan sont encore en train d’être étudiées, tandis que l’augmentation des cancers de la thyroïde au Japon est particulièrement inquiétante.

La centrale de Tchernobyl après l’accident La centrale de Tchernobyl après l’accident

De nouvelles exploitations

L’augmentation de la demande énergétique entraîne l’exploitation de nouvelles sources d’énergie. Les progrès technologiques réalisés sur ce sujet permettent désormais d’envisager l’exploitation des hydrocarbures en offshore, c’est-à-dire dans l’océan profond, sans que l’on connaisse les conséquences que cela pourrait avoir sur l’environnement.

L’Arctique apparaît également comme un nouvel eldorado énergétique : la fonte des glaciers permettrait à court terme d’exploiter de nouvelles sources d’hydrocarbures.

Afin de se libérer de la dépendance au pétrole, dont les réserves devraient grandement diminuer dans quelques décennies, les gouvernements se tournent vers les sources d’énergie non conventionnelles, telles que le gaz de schiste, qui implique l’extraction de la roche-mère. Les conséquences géologiques d’une telle production restent également à déterminer, même si les ONG dénoncent déjà les dommages irréparables faits aux sols.

Une énergie durable

L’épuisement des énergies fossiles, les tensions géopolitiques autour des détroits ou entre les pays fournisseurs et importateurs, et le réchauffement climatique incitent désormais les pays à penser d’une manière différente les politiques énergétiques.

bannière definition

Définition

Protocole de Kyoto :

Le protocole de Kyoto est un accord international pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ce protocole démontre une prise de conscience collective de l’urgence d’une autre politique énergétique. Pour cela, les pays signataires du protocole s’engagent à développer les énergies renouvelables, que l’on appelle « énergies propres » telles que :

  • l’énergie éolienne, qui utilise la force du vent ;
  • l’énergie solaire, captée grâce à des panneaux photovoltaïques.
  • L’énergie hydraulique, elle, pose problème puisqu’elle provoque de nombreux dégâts écologiques.
bannière definition

Définition

Biocarburants :

Les biocarburants sont des énergies fabriquées à partir de productions agricoles.

Mais finalement, malgré l’urgence d’une énergie durable, les gouvernements se montrent assez frileux et distants dans la mise en place d’un plan massif de production d’énergies renouvelables. En France par exemple, le nucléaire est admis en tant que source d’énergie propre, ce qui empêche la mise en place d’une véritable révolution énergétique.

Conclusion :

La croissance démographique ainsi que la diffusion du mode de vie occidental ont provoqué une hausse massive des consommations d’énergie. Étant donné que les réserves d’hydrocarbures s’épuisent, des alternatives sont actuellement mises en place. Certaines soulèvent de sévères problèmes écologiques, tandis que les énergies renouvelables peinent à trouver leur place dans une perspective globale et durable. Le développement durable est certes un enjeu planétaire, mais il ne progresse encore que très peu à l’heure actuelle.