Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L'interprétation

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Problématiques

  • Comment interpréter ?
  • Quelles sont les méthodes de l’herméneutique et existe-t-il une méthode préférable à une autre ?
  • Interpréter consiste-t-il d’abord à chercher dans un ensemble disparate la clé de son explication et à réduire ensuite cet ensemble à un élément suspect, ou au contraire, à en trouver la logique et le sens général ?

Définitions à connaître : symbole, psychanalyse.

  • La question du symbole chez Ricœur

Ricœur traite de la question du symbole dans la psychanalyse. Les rêves et les éléments des rêves sont, dans de nombreuses cultures et religions (le judaïsme par exemple) des symboles à interpréter. Ainsi, Freud n’invente pas à proprement parler l’interprétation des rêves mais il développe une nouvelle manière d’interpréter. Par exemple, pour lui, rêver que l’on s’engouffre dans un trou signifie que l’on désire inconsciemment retourner dans le ventre maternel, se protéger de la réalité extérieure.

  • Pour Ricœur c’est donc une faiblesse, une frustration que la psychanalyse cherche à dévoiler dans son interprétation des symboles.
  • L’école du soupçon

Pour Ricœur, Freud fait partie de l’« école du soupçon » avec les philosophes Nietzsche et Marx, dont l’exercice est le suivant : « On réduit en expliquant par les causes (psychologiques, sociales, etc.), par la genèse (individuelles, historique, etc.), par la fonction (affective, idéologique, etc.) ». L’interprétation, dans ce cas, est une démarche dite « analytique », c’est-à-dire qui décompose, qui découpe, partie par partie, un ensemble mystérieux – par exemple un rêve –, jusqu’à en trouver la cause.

Ricœur reproche cependant à Freud, dans son interprétation de l’inconscient, de vouloir toujours tomber sur la même cause d’origine psychologique : une frustration de la pulsion sexuelle.

  • La récollection du sens selon Ricœur

La récollection du sens selon Ricœur permet une description du symbolisme religieux, des gestes symboliques et mystiques des rites du point de vue de l’être humain qui vit ce rite. Par exemple, un rituel religieux peut être décrit et interprété de l’extérieur comme un fait sociologique, c’est-à-dire relevant de la méthode sociologique consistant, par exemple, à décrire comment cette pratique, à la fois régulière et collective, s’impose, dans son fonctionnement, à des individus n’en ayant pas conscience. La question du sens profond de cet acte n’est pas posée. Il peut aussi, selon « l’exercice du soupçon », être vu comme signe d’une frustration liée au renoncement aux plaisirs de la chair. On parlerait alors d’une interprétation plus psychologique, c’est-à-dire orientée sur l’étude de la psyché individuelle ou collective.

Mais l’optique herméneutique de Ricœur cherche à voir ce qui donne à ce rite tout son sens. Il écrit :

« On décrit en dégageant la visée […] : le quelque chose visé, l’objet implicite dans le rite, dans le mythe ou dans la croyance ».

  • Il s’agit d’une démarche non-analytique autour d’un élément majeur : le sacré.
bannière à retenir

À retenir

  • Ricœur reproche à Freud, dans son interprétation de l’inconscient, de vouloir tomber sur la même cause d'origine psychologique.
  • Ricœur opte pour une autre herméneutique : la récollection du sens. Il cherche à restaurer le sens caché des choses, des événements.