Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le cerveau : un organe fragile à préserver

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Communication cérébrale

  • Le cerveau peut être scindé en plusieurs aires que l’on nomme aires corticales. On les classe en trois catégories :
  • les aires motrices, dont font partie les motoneurones, gèrent le mouvement ;
  • les aires sensorielles, composées essentiellement des neurones sensitifs, interprètent les informations provenant des organes sensoriels ;
  • les aires associatives reçoivent des informations de la part des autres aires et les combinent pour réaliser des tâches complexes.
  • Chaque point de la région motrice du cerveau innerve un muscle précis.
  • Grâce à l’IRMf on peut voir que seules certaines aires cérébrales sont activées par la réalisation d’un mouvement volontaire : les aires corticales motrices.
  • Pour réaliser des tâches complexes, il est nécessaire que les aires corticales communiquent entre elles.
  • Les échanges sont réalisés grâce aux neurones qui se transmettent les messages nerveux sous la forme de potentiels d’action par le biais des synapses.
  • Les neurotransmetteurs sont alors mis en jeu.
  • En général, un neurone ne produit qu’un seul type de neurotransmetteur. Les neurotransmetteurs peuvent être :
  • excitateurs, ils augmentent la fréquence des potentiels d’action de la cellule cible ;
  • inhibiteurs, ils diminuent la fréquence des potentiels d’action.
  • L’acétylcholine : un exemple de fonctionnement d’une communication cérébrale
  • L’acétylcholine est un neurotransmetteur impliqué dans la communication neuromusculaire.
  • Son exocytose permet sa fixation sur des récepteurs spécifiques de la membrane post-synaptique et ainsi la transmission du message nerveux.
  • Des récepteurs peuvent également être présents sur la membrane présynaptique. Ils permettent la fixation d’un neurotransmetteur qui va stimuler ou inhiber le fonctionnement de la synapse.
  • La fixation de l’acétylcholine de manière ponctuelle va stimuler l’ouverture de canaux Na+\text{Na}^+, générant à son tour l’ouverture des canaux Ca2+\text{Ca}^{2+}.
  • Ce processus va entraîner l’exocytose des vésicules synaptiques et donc la libération de dopamine.

Action de substances exogènes sur le cerveau

  • La consommation de certaines substances exogènes (extérieures à l’organisme) peut modifier le fonctionnement du système nerveux.
  • On dit d’une molécule exogène qu’elle est « agoniste » quand elle peut se fixer sur le récepteur dédié à un neurotransmetteur, et qu’elle mime les effets de celui-ci.
  • La nicotine, par exemple, peut se fixer sur les synapses à dopamine et les stimuler de façon à ce qu’elles produisent davantage de dopamine.
  • On dit d’une molécule qu’elle est « antagoniste » quand elle peut se fixer sur le récepteur dédié à un neurotransmetteur spécifique, mais qu’elle produit alors l’effet inverse.
  • La molécule issue de l’alcool (l’acétaldéhyde) va se fixer sur les récepteurs à glutamate et inhiber ainsi la transmissions des messages nerveux dans plusieurs aires corticales (d’où la sensation de perte de contrôle).

Effets secondaires et accoutumances

  • La consommation de molécules exogènes (issues des drogues et de l’alcool) engendre des complications graves, parfois dès la première prise.
  • Si les effets à court terme sont souvent recherchés par l’utilisateur·rice (bien-être, euphorie, etc.), les effets néfastes sur une plus ou moins longue période ne sont pas à négliger (cancer, infertilité, perte des réflexes et/ou du champ de vision, etc.).
  • En outre, cette consommation répétée entraîne des risques d’accoutumance et d’addiction.
  • L’accoutumance est caractérisée par l’atténuation ou la disparition de l’effet d’une substance sur l’organisme suite à une exposition répétée.
  • L’addiction est le désir incontrôlable de renouveler un comportement malgré la connaissance de ses effets néfastes.
  • C’est la perturbation du circuit de récompense qui est à l’origine de ces troubles.
  • En effet, la consommation de drogues et/ou d’alcool agit sur la libération de dopamine, neurotransmetteur impliqué dans le circuit de la récompense.