Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le changement global et ses effets

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Les Hommes ont depuis toujours été confrontés aux catastrophes naturelles. Mais depuis le début du XXe siècle, on observe des changements climatiques importants qui amplifient la puissance de ces catastrophes et multiplie leur nombre. Ces changements sont tellement forts qu’on parle aujourd’hui de changement global.

Les sociétés sont profondément inégales face à ces modifications de l’environnement car leur réponse dépend en grande partie de leur niveau de développement.

Dans ce cours, nous allons nous intéresser au changement global et à ses effets.

Dans une première partie, nous définirons ce qu’est le changement global. Puis, nous aborderons les inégalités qui existent face au changement global. Enfin, nous verrons quelles sont les politiques d’adaptation qui sont menées à petite et grande échelle.

Le changement global

Qu’est-ce que le changement global ?

bannière definition

Définition

Changement global :

Ce terme désigne un ensemble de modifications environnementales qui ont des conséquences majeures sur la vie des hommes et des écosystèmes et qui se produisent à l’échelle mondiale.

Le changement global implique un changement climatique, qui consiste en une modification durable du climat de la Terre.

Le climat actuel est considéré comme anormal par rapport à celui des précédents millénaires.

  • Ce changement climatique a des causes naturelles et des causes humaines.

Le climat de la Terre a toujours connu des phases de réchauffement et de refroidissement, mais les activités humaines (industrie, transport, agriculture) accélèrent et accentuent ces changements.

bannière à retenir

À retenir

Le changement global implique une accélération du réchauffement climatique au niveau mondial et la multiplication des catastrophes naturelles.

Le réchauffement climatique

bannière definition

Définition

Réchauffement climatique :

Il s’agit d’une augmentation globale de la température de la Terre et des océans.

Les scientifiques estiment qu’entre 1850 et aujourd’hui, en 2017, la température moyenne a augmenté d’un peu plus d’un degrés Celsius. Elle a donc relativement peu augmenté, mais on remarque sur ce graphique que cette augmentation a commencé à s’accélérer au début du XXe siècle. D’ici à 2100 la température pourrait encore augmenter de 4 degrés !

L’augmentation de la température moyenne entre 1850 et 2017, et les prévisions pour 2100 géographie cinquième

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (le GIEC) explique que ce réchauffement climatique est dû à l’accumulation des gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone, le méthane ou l’ozone dans l’atmosphère.

Les activités humaines comme l’utilisation des énergies fossiles, la déforestation et l’urbanisation sont responsables d’une concentration excessive de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

La concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a explosée entre 1850 et les années 2000 avec une forte accélération à partir des années 50. Nous atteignons aujourd’hui les 30 milliards de tonnes émises.

L’évolution de la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère (1850-2000) géographie cinquième

En piégeant la chaleur émise par les rayons solaires, c’est cette concentration excessive des gaz à effet de serre qui provoque un réchauffement climatique aussi rapide.

La hausse des températures de la Terre est responsable du réchauffement des océans et de la fonte des glaciers et des banquises.

Le glacier de Grinnell en 1938 Le glacier de Grinnell en 1938

Le glacier de Grinnell en 2005 Le glacier de Grinnell en 2005

La fonte des glaciers et banquises entraîne une élévation du niveau des mers qui pourrait atteindre près d’un mètre en 2100. Cette hausse menace de nombreux territoires qui se retrouveraient en-dessous du niveau de la mer.

  • Certains archipels souffrent déjà de graves inondations, comme les îles Kiribati et les îles Marshall dans le Pacifique.

La multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes

Le changement global est aussi à l’origine de catastrophes naturelles.

bannière definition

Définition

Catastrophe naturelle :

Événement d’origine naturelle qui provoque des dégâts matériels et humains.

bannière à retenir

À retenir

Entre 2000 et 2015, plus de 6 500 catastrophes naturelles ont été recensées dans le monde.

Parmi les catastrophes naturelles, on trouve par exemple les séismes, les avalanches et les éruptions volcaniques. Dans bien des cas, ces derniers sont une conséquence directe du changement global.

Aux catastrophes naturelles s’ajoutent les phénomènes météorologiques extrêmes : les sécheresses, les cyclones, les pluies torrentielles ou encore les tempêtes.

bannière à retenir

À retenir

Chaque année, on estime à 250 millions le nombre de personnes affectées par ces phénomènes extrêmes.

Une femme se tient au milieu des dégâts provoqués par le super-typhon Haiyan en novembre 2013 Une femme se tient au milieu des dégâts provoqués par le super-typhon Haiyan en novembre 2013

En novembre 2013, le super-typhon Haiyan a frappé de plein fouet les Philippines. Il a laissé derrière lui plus de 6 000 morts et un archipel ravagé.

bannière definition

Définition

Typhon :

Cyclone tropical du Pacifique occidental et de la mer de Chine.

Un autre exemple : la mousson de 2011, en Asie. D’une ampleur exceptionnelle, elle a profondément marqué les Thaïlandais qui ont vécu sur des terres inondées pendant plusieurs semaines.

Les inondations provoquées par la mousson en 2011, en Thaïlande Les inondations provoquées par la mousson en 2011, en Thaïlande

Face à ces conséquences du changement global, les sociétés ne sont pas égales. Les pays en développement sont plus vulnérables que les pays développés .

Les inégalités face au changement global

Le changement global est une réalité mondiale, et les risques naturels sont aggravés par l’activité humaine.

La déforestation, par exemple favorise les risques de crue. Lorsque les arbres sont coupés, ils ne peuvent plus limiter l’écoulements des eaux de pluie, qui vont alors gonfler les cours d’eaux. Les rivières finissent par déborder et inondent les terres.

bannière definition

Définition

Déforestation :

Ce terme désigne l’action de couper ou déraciner des arbres et donc de réduire les forêts, bien souvent pour récupérer un terrain cultivable.

bannière definition

Définition

Crue :

Élévation du niveau d’un cours d’eau.

Tous les pays ne sont pas égaux face à ces risques. S’ils sont causés par l’activité humaine de manière générale, les risques que nous encourons frappent plus sévèrement les pays les moins développés. Leurs populations sont donc les plus vulnérables.

Les pays développés, plus protégés

Les pays développés, qui sont les principaux émetteurs de CO2 en raison de leur industrie et du mode de vie occidental, sont moins vulnérables que les pays en développement.

bannière à retenir

À retenir

En effet, les pays riches peuvent investir des moyens financiers pour réduire les risques.

  • La ville de New York, par exemple, construit des digues dans la presqu’île de Manhattan, et aménage ses berges pour se protéger de la montée des eaux ; des travaux pharaoniques qui sont estimés à 738 millions d’euros.

Les pays en développement, plus vulnérables

Les pays pauvres n’ont pas les moyens financiers de réaliser de tels travaux ce qui pose problème sachant que 98 % des victimes de catastrophes naturelles sont des habitants de pays en développement.

À Kiribati en Océanie, par exemple, les habitants se protègent de la montée inexorable des eaux en construisant des digues avec des sacs de sable.

Les populations pauvres sont donc plus vulnérables que les populations les plus riches et elles ont difficilement les moyens de faire face au changement global.

Au Pakistan, les populations fuient les inondations catastrophiques qui emportent tout sur leur passage, comme en 2010 et 2011, lorsque des dizaines de millions de Pakistanais ont été forcés de se déplacer.

bannière à retenir

À retenir

Comme eux, des millions de personnes, sont contraints de changer de lieu de vie à cause de la transformation du climat. On les appelle des migrants environnementaux.

Par ailleurs, après une catastrophe naturelle, la résilience des pays en développement est plus limitée que celle des pays riches.

bannière definition

Définition

Résilience :

C’est la capacité à revenir à un fonctionnement normal après avoir subi une catastrophe.

Ainsi, il est plus facile de revenir à un fonctionnement normal après une série de tremblements de terre pour la population italienne que pour la population haïtienne, beaucoup plus pauvre.

S’adapter à toutes les échelles face au changement global

Des actions locales

Face au changement global, l’humanité tente de s’adapter.

bannière à retenir

À retenir

Au niveau local, les populations s’adaptent en aménageant leur territoire.

  • Ainsi, en Birmanie par exemple, des jardins flottants ont été créés dans les zones inondées.

Structure d’un jardin flottant géographie cinquième Structure d’un jardin flottant

Un homme dans un jardin flottant au lac Inle, en Birmanie ©Thomas Schoch Un homme dans un jardin flottant au lac Inle, en Birmanie ©Thomas Schoch

Ces jardins sont structurés de la manière suivante : un radeau constitué de bambous et de jacinthes d’eau forme une base flottante sur laquelle on place de la terre fertile qui servira à faire pousser les différentes cultures.

Des politiques nationales

Dans les pays du Nord, les États mettent en place des politiques de prévention.

bannière definition

Définition

Politique de prévention :

Une politiques de prévention est un ensemble de mesures prises par un État pour limiter les effets destructeurs d’un risque, avant et après la catastrophe.

Ces mesures visent à réduire la vulnérabilité des populations. La France s’est par exemple dotée d’un plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) qui limite la construction de maisons et de divers bâtiments dans les zones inondables.

Dans les pays du Sud, la prévention est peu développée.

Mais les ONG aident les États à mettre en place des mesures d’adaptation. Par exemple, pour limiter les effets des cyclones qui emportent tout sur leur passage, l’ONG WWF aide des habitants de Malaisie à replanter de la mangrove.

bannière definition

Définition

Mangrove :

Forêt littorale tropicale caractérisée par des arbres dont les racines s’enfoncent dans la vase comme des échasses.

Mangrove à palétuviers sur l’île de Carabane, au Sénégal Mangrove à palétuviers sur l’île de Carabane, au Sénégal

Une lutte internationale

La lutte contre le réchauffement climatique est menée par les grandes organisations internationales, et notamment par l’ONU. D’autre part, la communauté internationale s’organise pour répondre au défi climatique.

bannière à retenir

À retenir

Ainsi, en 2015, la COP 21 a réuni à Paris 195 pays pour définir des objectifs communs de réduction des émissions de CO2. À la fin de cette conférence mondiale sur le climat, les États signataires de ce qu’on appelle les « accords de Paris » se sont engagés à limiter le réchauffement de la planète à 2 °C.

Conclusion :

Le changement global altère profondément la vie des hommes et des écosystèmes. Le réchauffement climatique et l’intensification des phénomènes météorologiques extrêmes fragilisent les populations.

Cependant, les sociétés n’ont pas toutes les mêmes moyens pour y répondre. Les pays en développement sont particulièrement vulnérables et leur capacité de résilience est beaucoup plus faible que celle des pays industrialisés.

Tous, néanmoins, doivent s’adapter au changement global. Les actions sont à la fois locales, nationales et internationales.

Mais, malheureusement, la mise en place d’une gouvernance mondiale pour un développement durable est lente et l’application des accords signés, comme celui de la COP 21, reste encore limitée. Le président des États-Unis, Donald Trump, a d’ailleurs signalé début 2017 que son pays se retirerait des accords de Paris.