Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les espaces de faible densité

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Les caractéristiques démographiques des espaces de faible densité

  • En France, la densité moyenne de la population métropolitaine est de 115 habitants au km2.
  • Les espaces faiblement peuplés présentent des densités inférieures à 30 habitants au km2. Ils regroupent environ 4 millions d’habitants, soit 6 % de la population, et représentent 48 % du territoire français.
  • Ils s’étendent des Ardennes aux pieds des Pyrénées, en passant par le Massif central : c’est la « diagonale du vide ».
  • Les zones montagneuses, comme les Alpes et le Jura, le centre de la Bretagne, la Basse-Normandie, les Landes et la Corse, comptent aussi de vastes espaces aux densités très faibles.
  • L’exode rural a vidé de nombreuses campagnes de leurs habitants. Commencé au XIXe siècle, ce processus s’est accéléré au XXe siècle.
  • Les espaces de faible densité sont caractérisés par leur environnement rural et leur déprise démographique.
  • La population y est plus âgée qu’ailleurs et enregistre de faibles taux de natalité. La disparition de la population entraîne un risque de désertification rurale.
bannière attention

Attention

Tous les espaces faiblement peuplés ne sont pas en déclin ! Certains sont plus dynamiques que d’autres et accueillent de nouveaux habitants à la recherche d’une meilleure qualité de vie.

  • Parmi ces nouveaux résidents, on compte de nombreux retraités, mais aussi de néo-ruraux.
  • Ces territoires, devenus attractifs, présentent désormais un solde migratoire positif.

Des dynamiques agricoles inégales

  • Certains de ces espaces peu peuplés sont marqués par l’agriculture productiviste : élevage intensif, céréaliculture, viticulture. Ces grandes exploitations ont besoin d’espace mais pas forcément de beaucoup de main-d’œuvre. Ce type d’agriculture modèle profondément les paysages.
  • Contrairement à ces espaces agricoles très productifs, l’agriculture de moyenne montagne est en crise.
  • Le nombre d’agriculteurs a fortement diminué en raison des progrès techniques. Parfois, cette diminution de l’activité se traduit par une déprise agricole. Les friches agricoles se multiplient alors dans ces espaces en déclin.
  • Beaucoup de ces territoires ont conservé des modes de production privilégiant la qualité et les savoir-faire locaux.
  • Ces spécialités sont souvent reconnues par une labellisation de type appellation d’origine protégée (AOP).
  • Ce type de petite production agricole permet de revitaliser ces territoires en déclin.

Le tourisme, un atout à valoriser

  • Le tourisme est un nouvel atout pour les territoires de faible densité car ces espaces offrent un rapport privilégié à la nature qui permet de développer des activités en lien avec l’environnement comme le tourisme sportif.
  • La prépondérance des espaces agricoles favorise également le développement d’un tourisme vert, qui s’épanouit dans les 51 parcs régionaux de France. Ils représentent 15 % du territoire métropolitain.
  • Les espaces de faible densité cherchent de plus en plus à promouvoir un tourisme culturel, qui repose sur leur patrimoine artisanal, artistique et architectural.