Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les espaces productifs : la France agricole

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

​Introduction :

Cinquième puissance mondiale, la France doit notamment cette place au dynamisme de ses espaces productifs. Un espace productif se définit comme un espace aménagé et mis en valeur pour une activité économique.
Ce cours va permettre d’étudier le fonctionnement des espaces productifs destinés à l’agriculture, leur évolution, leur intégraton dans l’Union européenne ainsi que leur défi majeur, le développement durable.

Cette étude débutera par l’analyse du cas de l’élevage porcin en Bretagne, exemple révélateur de l’agriculture actuelle. L’espace agricole français sera ensuite défini de manière plus générale, puis la présentation des problèmes environnementaux permettra de conclure ce cours.

L’élevage porcin en Bretagne

Trois types d’espace de production existent en France : l’espace agricole, l’espace industriel et l’espace des services. Ils se répartissent de différentes manières sur le territoire. L’espace agricole français correspond au secteur primaire, qui comprend également les activités liées à la pêche et à la forêt.

L’espace productif agricole emploie seulement 3 % de la population active française mais occupe près de 60 % du territoire.

  • La France est le premier pays agricole européen et le deuxième pays exportateur mondial.

Cette immense place de l’agriculture dans l’économie française pose cependant des problèmes, comme celui de l’environnement.

L’élevage porcin en France

bannière definition

Définition

Élevage intensif  :

Ce terme veut dire que la production ou le rendement sont augmentés en élevant le nombre d’animaux présents sur l’exploitation, ou en augmentant le volume des animaux (en les nourissant davantage par exemple).

L’élevage intensif pose de sérieux problèmes éthiques. Le bien-être des animaux n’est pas respecté, et la santé des consommateurs est parfois mise en danger. Ce type d’élevage pose également de sérieux problèmes en terme d’environnement.

Les sols subissent :

  • l’érosion, car trop d’animaux sont présents sur un espace trop réduit ;
  • la pollution, due à la saturation des déjections animales ;
  • la déforestation au profit de l’installation d’exploitations agricoles, dans certains pays européens.

L’élevage porcin en Bretagne : les limites de l’agriculture intensive

La France est quatrième au niveau de l’élevage porcin en Europe (derrière l’Allemagne, l’Espagne et le Danemark). 90 % de la production provient de l’élevage intensif, dont l’un des centres principaux se situe en Bretagne.

Cette région est la première région agricole de France, grâce à son climat océanique et à sa modernisation. L’agriculture bretonne a en effet pu se mécaniser, c’est-à-dire employer beaucoup de machines, et également utiliser des produits chimiques, pour augmenter la fertilité du sol.

L’élevage porcin breton possède donc une importance économique majeure. Mais ce rendement crée des problèmes. Par exemple, les déjections porcines contiennent une importante quantité d’azote, qui finit dans les eaux de la région.

bannière exemple

Exemple

En 2009, d’impressionnantes algues vertes sont apparues sur les côtes bretonnes.

  • C’est la conséquence de la pollution des eaux due à l’élevage intensif.

L’espace agricole français

À partir de l’élevage porcin, il est possible d’évaluer les forces et les faiblesses de l’agriculture française. Extrêmement efficace du côté des rendements, elle est face à son défi majeur, le respect de l’environnement et du bien-être animal.

Les espaces agricoles français sont très spécialisés. Les petites exploitations agricoles ont quasiment disparu, dans le but d’augmenter la production et d’accroître la rentabilité.

  • ​La polyculture ne cesse de reculer en France.
bannière definition

Définition

Polyculture :

C’est la présence de plusieurs cultures différentes sur un seul endroit.

bannière exemple

Exemple

Les grands bassins parisiens et aquitains sont spécialisés dans la culture intensive des céréales, qui consomment énormément d’eau et qui utilisent une grande quantité de pesticides. La méditerranée est dominée par la culture de la vigne, tout comme le Bordelais et le Val de Loire.

Contrairement à l’agriculture intensive, l’agriculture extensive ne cherche pas à augmenter le rendement des animaux ou des sols par le biais d’actions humaines, mais n’utilise que les ressources présentes naturellement sur place. Cette agriculture, dont le rendement est faible, permet cependant d’accéder à des produits dits « biologiques ».

  • Comment expliquer la place de l’agriculture française en Europe et dans le monde ?

Premier pays exportateur européen et deuxième mondial, la France à débuté la modernisation de son agriculture dans les années 1960. Cela s’est fait grâce à la création de la PAC, Politique Agricole Commune, qui subventionne les agriculteurs afin de leur garantir un revenu stable, en dépit des problèmes ponctuels qui peuvent survenir (mauvais temps ou canicule par exemple). La PAC est également une politique européenne, qui permet d’intégrer l’agriculture française sur le marché européen et faire ainsi face aux difficultés mondiales comme la concurrence chinoise. La récole, le tri et la transformation des matières premières sont très mécanisées. Il s’agit d’une agriculture productiviste, c’est-à-dire à haut rendement.

L’environnement : le défi central de l’agriculture du XXIe siècle

Les conséquences négatives de l’agriculture productiviste ont fait naître en France et dans le monde une nouvelle agriculture dite « biologique ». Les consommateurs des pays du Nord, aux revenus souvent plus élevés que dans les pays du Sud, exigent de plus en plus que les normes environnementales soient respectées. Celles-ci sont d’ailleurs reconnaissables par les différents labels mis en place.

Désormais, pour obtenir les subventions européennes de la PAC, les agriculteurs doivent respecter des normes en matière de réduction de pesticides et d’engrais. Mais l’agriculture biologique ne concerne que 3 % des terres agricoles françaises.

Conclusion :

Les espaces agricoles français occupent plus de la moitié du territoire national. Ils contribuent à la diversité et la beauté du paysage français. Ce sont des espaces de plus en plus spécialisés. On distingue ainsi l’élevage intensif, la culture des céréales, la culture des fruits et légumes et la viticulture. La mécanisation de l’agriculture française a entraîné la disparition des petites exploitations. L’agriculture productiviste ou intensive, malgré les excellents résultats économiques qu’elle procure, contribue à détériorer sérieusement l’environnement.

L’espace agricole français est donc face à un défi : trouver un équilibre entre la préservation du rendement et la préservation de l’environnement.