Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les États-Unis et la question environnementale

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Les États-Unis et la question environnementale depuis le XIXe siècle

Un environnement transformé et mis en valeur au cours de la conquête de l’Ouest

  • Dès l’époque de la conquête de l’Ouest, les pionniers ont transformé et exploité l’environnement.
  • L’immensité du territoire américain fit croire aux pionniers que les ressources naturelles dont regorgeait le sol et le sous-sol étaient infinies.
  • Les États-Unis sont le quatrième pays au monde par la superficie, avec un territoire de plus de 9 600 000 km2.
  • De nombreuses ressources le composent, cependant, la faune et la flore ont été affectées par cette nouvelle exploitation à grande échelle.
  • Le sous-sol des États-Unis est également particulièrement riche en minerais et hydrocarbures.
  • Le premier forage de pétrole moderne a eu lieu en 1859 en Pennsylvanie ouvrant la voie à l’exploitation industrielle de la ressource. À la même époque eut lieu la première ruée vers l’or de l’histoire en Californie.
  • L’exploitation de ces ressources a eu d’importants effets négatifs sur l’environnement.
  • la technique de l’extraction hydraulique fut utilisée dès 1853 par les chercheurs d’or et contribua également à la pollution des eaux et des sols.
  • La technique de forage par fracturation des roches de schiste contribue à rendre les terres exploitées stériles. En outre, cette activité libère d’importantes quantités de méthane dans l’air, un des principaux gaz contribuant à l’effet de serre et au réchauffement climatique.
  • L’exploitation pétrolière et l’exploitation aurifère ont ainsi contribué à la pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques et accéléré la déforestation de nombreux sites.
  • La surexploitation des ressources du territoire américain a été à la base de leur développement économique et industriel.
  • Elle s’est poursuivie après la Première Guerre mondiale, pour soutenir l’American way of life, entraînant une forte dégradation de l’environnement.
  • Plus grave encore, la surexploitation des ressources naturelles entraîne une aggravation, voire une augmentation des phénomènes naturels comme les séismes.
  • Néanmoins, parallèlement à l’exploitation des ressources naturelles de leur territoire, les États-Unis ont été pionniers dans la protection de l’environnement.

Les États Unis, pionniers dans la protection de l’environnement

  • Les États-Unis sont en effet le premier pays à créer des parcs nationaux. Le parc national de Yellowstone fut par exemple institué par la loi du 1er mars 1872.
  • C’est au cours des deux mandats présidentiels de Théodore Roosevelt (1901-1909) que va voir le jour une véritable politique de préservation et de gestion des ressources naturelles du pays.
  • Cette politique volontariste est favorisée par la création, en 1905, du Service des forêts des Etats-Unis, agence fédérale en charge de la protection et de l’administration des forêts publiques étasuniennes.
  • Cependant, si l’État fédéral protège la nature à partir de cette époque, ce n’est pas pour la sacraliser, mais pour les bienfaits, notamment économiques, que l’on peut en tirer.
  • Une même conception anima son neveu, Franklin Delano Roosevelt, qui fut président des États-Unis de 1933 à 1945. En 1934, ce dernier initia le projet Shelterbelt.
  • Ce projet de reboisement à très grande échelle avait pour objectif premier de stopper le phénomène de désertification des terres arables de la région des Grandes Plaines, les arbres permettant notamment de réduire la vitesse des vents de poussière.
  • Entre 1934 et 1942, le programme permit la plantation de 220 millions d’arbres entre le Canada et le Texas
  • Le projet fut également une pierre angulaire du programme interventionniste dans le domaine économique porté par Roosevelt et passé à la postérité sous le nom de New Deal.
  • La plantation de cette ceinture d’arbres représente en effet à ce jour le plus important effort initié par le gouvernement fédéral des États-Unis pour résoudre une crise écologique en dépit des mesures environnementales prises par les successeurs de Franklin Delano Roosevelt à partir des années 1960.

Les rôles respectifs de l’État fédéral et des États fédérés dans la politique environnementale

L’évolution de la politique environnementale de l’État fédéral

  • Première puissance économique de la planète, les États-Unis émettent 15 % du total des gaz à effet de serre, alors que leur population représente moins de 4,5 % de la population mondiale.
  • Ainsi, si la population mondiale avait le même niveau de vie que la population américaine, il faudrait consommer les ressources de pas moins de 5 planètes pour satisfaire les besoins de chacun.
  • À partir des années 1960, on assiste à une véritable prise de conscience écologique aux États-Unis qui se traduit par l’adoption de lois de protection de l’environnement par l’État fédéral.
  • Cette prise de conscience est liée à l’engagement de scientifiques de renom comme Rachel Carson avec la publication de son livre Silent Spring en 1962.
  • L’ouvrage, qui connut une large diffusion et bénéficia d’une forte couverture médiatique, contribua à faire prendre conscience aux américains de l’urgence à œuvrer en faveur de la protection de l’environnement et marque les débuts du mouvement écologiste aux États-Unis.
  • Des drames, comme le décès de 20 personnes en Pennsylvanie en 1948, suite à la formation d’un nuage de pollution au-dessus de la cité industrielle de Donora, contribuèrent également à cette prise de conscience.
  • Progressivement, une importante législation fédérale de protection de l’environnement va être instaurée.
  • Entre 1960 et 1980, début du premier mandat présidentiel de Ronald Reagan, le Congrès va adopter une trentaine de lois majeures en faveur de l’environnement signées par les présidents républicains comme démocrates.
  • La législation fédérale sur l’environnement est centrée autour de trois axes majeurs : la protection des mers et des océans, la pollution de l’air et la protection de la faune et de la flore (en particulier des espèces en voie d’extinction).
  • En 1980, l’adoption de l’Alaska National Interest Land Conservation Act (ANILCA) a considérablement étendu la superficie des parcs nationaux du 49e État américain.
  • Concrètement, l’adoption de l’ANILCA a permis de préserver l’Alaska et ses nombreux gisements d’hydrocarbures et de minerais de l’appétit des compagnies minières et pétrolières américaines.
  • Cependant, le développement des théories climatosceptiques à partir de la fin des années 1980 va entraîner un infléchissement progressif de la politique environnementale américaine.
  • Cet infléchissement atteint son point d’orgue avec l’élection de Donald Trump à la présidence en 2016.
  • À partir de la fin des années 1980, les lobbies pétroliers et évangélistes vont militer auprès du parti républicain pour assouplir la législation environnementale et en particulier refuser toute mesure contraignante.
  • En 1990, le président George Bush (1989-1993) va assouplir les règles édictées par le Clean Air act.
  • En 1997, le Sénat, à majorité républicaine, refuse de ratifier le protocole de Kyoto, accord international qui prévoyait une réduction des gaz à effet de serre émis par les États signataires.
  • Pays le plus pollueur du monde en 1997, les États-Unis furent en effet le seul État au monde à refuser de ratifier le protocole.
  • Barack Obama (2008-2016) signe l’accord de Paris le 22 avril 2016 et sa ratification par le Congrès engage les États-Unis, entre autres, à contenir le réchauffement climatique sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel.
  • L’élection de Donald Trump amorce un revirement majeur dans la politique environnementale fédérale. Le 1er juin 2017, le président américain retire en effet les États-Unis de l’accord de Paris, comme il l’avait promis lors de sa campagne électorale.
  • Depuis 2017, l’administration Trump a ainsi abrogé une centaine de mesures environnementales, la dernière en date ouvrant les espaces naturels protégés de l’Alaska aux activités pétrolières.

La mobilisation des acteurs publics et privés à l’échelle locale

  • Face au désengagement de plus en plus significatif de l’État fédéral dans la lutte contre le réchauffement climatique de nombreux acteurs, publics et privés, se mobilisent.
  • Depuis les années 1970, l’État de Californie fait figure de pionnier dans son engagement en faveur de la cause environnementale.
  • La Californie a pour objectif de produire 100 % de son énergie électrique par des moyens renouvelables à l’horizon 2045.
  • À l’échelle locale, les métropoles s’engagent également en faveur de l’environnement. Plusieurs grandes métropoles américaines, comme New York, ont rejoint l’organisation C40, créée en 2005 par l’ancien maire de Londres Ken Livingstone (2000-2008). Ce groupe réunit 94 des plus grandes métropoles du monde (pour 70 % des émissions mondiales de CO2) et ambitionne de lutter contre le dérèglement climatique.
  • Au-delà des acteurs publics, les acteurs privés s’engagent également en faveur de la cause environnementale. En particulier les acteurs économiques, qui voient des opportunités de croissance économique dans le développement de l’économie verte.
  • Entre 2007 et 2017, par exemple, pas moins de 22 milliards de dollars ont été investis dans les start-up de l’énergie verte au sein de la Silicon Valley. Les FTN investissent également dans les technologies environnementales innovantes.
  • C’est par exemple le cas de Tesla, qui développe des voitures électriques autonomes.
  • Aux côtés de ces acteurs institutionnels, on retrouve les ONG de protection de l’environnement et la société civile.
  • Les ONG américaines de protection de l’environnement comme Worldwatch ou Surfrider sont très actives.
  • Enfin, et ce n’est pas le point le moins important, des citoyens militent pour une meilleure justice environnementale.
  • L’exemple le plus emblématique de cette lutte réside dans la figure d’Erin Brockovich qui alerta l’opinion publique américaine sur la pollution au chlore de l’eau potable de la ville californienne de Hinkley dans les années 1990.
  • Les luttes de ces nombreux acteurs ont convergé, en 2017, avec la coalition We Are Still In.
  • En 2017, le président américain Donald Trump a en effet décidé de retirer les États-Unis de l’accord de Paris de 2016.
  • La même année, une coalition environnementale regroupant acteurs publics et privés s’est formée avec pour objectif affiché de réaffirmer leur fidélité aux engagements environnementaux de l’accord de Paris.
  • Parmi plus de 4000 entités signataires, on retrouve dix États fédérés dont la Californie, l’Oregon et l’État de Washington), 190 villes dont les plus importantes métropoles du pays (New York, Los Angeles, Chicago, Miami, Seattle ou encore San Francisco), plus de 2000 entreprises dont des FTN comme Amazon, et environ 500 institutions comme la célèbre université de Berkeley.
  • L’objectif de cette coalition environnementale est de se substituer à l’État fédéral afin de réduire les émissions de CO2 des États-Unis de 28 % par rapport à leur niveau de 2005, c’est-à-dire de respecter les engagements pris par l’administration Obama lors de l’accord de Paris en 2016.
  • Cet exemple témoigne de la mobilisation de plus en plus forte des acteurs locaux dans la politique environnementale des États-Unis.