Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

De l’esprit des lois, Montesquieu
Fiche oeuvre

Contexte

Montesquieu rédige une œuvre monumentale de 31 livres qui analyse le rapport des lois avec ce qui les détermine : gouvernement, force militaire, mœurs, religion, population… Il imprime son œuvre à Genève, sans nom d’auteur, pour éviter la censure. Son travail a duré 14 ans. Son œuvre a été très critiquée par les conservateurs et ecclésiastiques mais soutenues par ses confrères, philosophes des Lumières.

Charles de Secondat dit Montesquieu

1748

De l’esprit des lois

Thèmes associés

État

Justice

Nature

Résumé

La vision de Montesquieu est résolument moderne, car il part d’une analyse de choses réelles et concrètes pour analyser les lois : monnaie, population, climat… Il définit les lois comme la condition nécessaire pour que toute chose subsiste. Ainsi, chaque chose est régie par des lois (les animaux, les hommes, etc.).

Les lois de la nature sont les lois qui précèdent les lois établies par l’homme. C’est donc l’état de nature, avant que l’homme n’appartienne à une société gouvernée par des lois. L’état de nature est un état de paix pour Montesquieu. Quatre états caractérisent l’homme à l’état de nature :

  • il a l’idée de Dieu ;
  • il cherche à se nourrir ;
  • il désire se reproduire ;
  • il cherche à vivre en société.

Dès que l’homme entre en société, il sort de l’état de nature et entre dans l’état de guerre. Les hommes sont en guerre entre eux dans une même société, et les nations sont en guerre. Trois formes de lois apparaissent alors :

  • les lois qui gouvernent les relations entre les peuples : le droit des gens ;
  • les lois qui gouvernent les rapports entre le gouvernement et son peuple : le droit politique ;
  • les lois qui régissent les rapports entre citoyens : le droit civil.

Montesquieu ne propose pas une forme de gouvernement idéale, mais il démontre que le gouvernement le plus naturel est celui qui s’adapte le mieux au peuple qu’il gouverne. La diversité des peuples entraîne une grande diversité de lois et donc de gouvernements différents. Pour lui, les lois les plus efficaces sont celles qui sont adaptées au régime politique voulu, aux mœurs et au physique du pays (climat, géographie, etc.).

Il analyse ensuite trois types de gouvernement : la monarchie (un seul gouverne, avec des lois. Son fondement est l’honneur), le despotisme (un seul gouverne sans loi et sans règle, son fondement est la crainte) et la république (gouvernance par le peuple, son fondement est la vertu).

Il développe enfin sa théorie de la séparation des pouvoirs : il n’est pas souhaitable qu’une même entité cumule les pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif, sinon, il n’y aurait plus de liberté.

Citation

« [Les lois] doivent être tellement propres au peuple pour lequel elles sont faites, que c’est un très grand hasard si celles d’une nation peuvent convenir à une autre. »