Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Fondements pour la métaphysique des mœurs, Emmanuel Kant
Fiche oeuvre

Contexte

Il s’agit du premier ouvrage de Kant consacré à la philosophie morale, qui va constituer un support pour élaborer la Critique de la raison pratique. Ce texte appartient à la période la plus féconde de Kant en termes de publications. L’ouvrage est très structuré, avec trois parties précédées d’une préface. Les Fondements seront suivis en 1795 de la Métaphysique des mœurs, une sorte de suite exposant la doctrine du droit et celle de la vertu.

Emmanuel Kant

1785

Fondements pour la métaphysique des mœurs

Thèmes associés

Éthique

Morale

Raison

Résumé

Selon Kant, la philosophie peut être divisée en trois domaines : la physique, (étude du monde), l’éthique (ou étude de la morale) et la logique. L’ouvrage se veut une étude des concepts purs qui se rapportent à l’expérience morale. Kant se propose de découvrir la racine des principes moraux. D’où la nécessité d’une métaphysique des mœurs, c’est-à-dire d’une philosophie morale pure. En effet, il ne suffit pas qu’il y ait conformité avec la loi morale (légalité), encore faut-il une intention morale (moralité).

Pour garantir l’universalité de la loi morale, Kant élabore la maxime suivante : agir de manière à ce que la maxime de notre action devienne une loi morale. Ainsi Kant s’interroge sur la moralité de l’action. Que faut-il pour qu’une action soit considérée comme morale ? Il faut qu’elle soit déterminée par une bonne intention, que Kant nomme « volonté bonne ». Ensuite, il faut résoudre la finalité, le but de l’action. Kant analyse 4 exemples pour établir ces fondements de la métaphysique des mœurs : le suicide, la fausse promesse, le refus de cultiver ses dons et le refus d’assistance à autrui. Dans cet ouvrage, Kant répond à cette double interrogation « que dois-je faire ? » et « que dois-je vouloir ? » en érigeant comme principe fondamental la volonté.

Kant part du postulat que tout être raisonnable est libre, mais dans ce cas, comment l’homme peut-il être à la fois libre et soumis à cette loi universelle qu’est le devoir ? La solution se trouve dans cette double appartenance de l’homme au monde sensible et intelligible. À travers la liberté, Kant met en avant les limites de la raison pratique.

Citation

« Agis donc de telle sorte que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. »