Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Gorgias, Platon
Fiche oeuvre

Contexte

Le Gorgias est un dialogue de Platon qui porte principalement sur la critique de la rhétorique pratiquée par les Sophistes. La critique de la sophistique se retrouve dans plusieurs dialogues platoniciens car, quand Platon écrit, les sophistes sont à la tête d’Athènes et sont, selon lui, en train de corrompre la Cité avec la rhétorique, qui professe les fausses opinions. De plus, pour Platon, ce sont les sophistes qui sont responsables de la condamnation à mort de Socrate. Dans le Gorgias, Socrate oppose la rhétorique à la philosophie qui permet de mener une vie bonne. Les protagonistes du dialogue sont Socrate, Gorgias, un sophiste célèbre se faisant payer pour enseigner la rhétorique, Polos, un autre rhéteur, et Calliclès, un jeune sophiste.

Platon

387 av. J.-C. (env.)

Gorgias

Thèmes associés

Justice

Réthorique

Philosophie

Résumé

On sépare traditionnellement le dialogue en trois parties. Dans la première conversation, celle de Socrate avec Gorgias, Socrate pose de multiples questions à Gorgias pour savoir comment définir la rhétorique. Il finit par dire que la rhétorique est l’art des discours destinés à persuader les assemblées et qui portent sur le juste et l’injuste. Donc la rhétorique sert à produire le sentiment de conviction. Cependant, Socrate veut ensuite définir ce sentiment, et Gorgias lui répond que la rhétorique peut faire croire à ce qu’elle dit sans réellement connaître ce qu’elle fait croire. Socrate met alors Gorgias devant ses contradictions en discutant du rapport d’une telle rhétorique avec la justice Dès lors commence le second dialogue avec Polos, qui cherche à mettre en avant la toute-puissance des rhéteurs car ils peuvent commettre l’injustice. Pour Socrate cependant, commettre l’injustice est plus laid, donc plus mauvais que de la subir. On arrive donc à la conclusion que la rhétorique est une flatterie et que le seul bien est la justice. Enfin, la dernière partie est constituée de l’opposition entre Calliclès et Socrate sur la Justice. Calliclès soutient que dans la nature, c’est la loi du plus fort qui domine, et la loi positive n’est faite que pour et par les faibles qui garantissent leurs intérêts contre les forts. Ainsi, il remet en question la justice positive tandis que Socrate la défend. Platon termine le Gorgias par un discours sur la vie philosophique et un mythe qui met en avant l’utilité de pratiquer la justice.

Citation

« La rhétorique a découvert un procédé qui sert à convaincre, et le résultat est que, devant un public d’ignorants, elle a l’air d’en savoir beaucoup plus que n’en savent les connaisseurs ».