Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

L’Homme révolté, Albert Camus
Fiche oeuvre

Contexte

À travers le XXe siècle et l’expérience des grandes guerres, la philosophie s’interroge sur le sens du monde, l’absurdité de la condition humaine et sur l’histoire. Camus s’intéresse notamment à la question de la révolte et à ses justifications. Il publie donc en 1951 un essai : L’Homme révolté, qui fait suite à son ouvrage Le Mythe de Sisyphe, dans lequel il aborde la question du caractère absurde de l’existence. Les intellectuels français ont réservé à l’ouvrage un accueil très mitigé à l’époque. Il a même déclenché une polémique entretenue entre Sartre et Camus dans la revue Les Temps Modernes. Camus avait créé un personnage romanesque à l’image de ce qu’il avance dans L’Homme révolté dans son roman La Peste, publié en 1947.

Albert Camus

1951

L’Homme révolté

Thèmes associés

Justice

Homme

Histoire

Résumé

Camus s’intéresse au meurtre et à la révolte. Pour lui, la révolte est un acte collectif, même si elle est effectuée individuellement : elle tire l’homme de sa solitude. Elle montre l’appartenance d’un individu à un collectif, à un groupe qui partage des valeurs communes. Elle est aussi liée à la mémoire, car les hommes se souviennent et peuvent ainsi soulever une solidarité humaine.

Camus dresse des portraits de figures emblématiques d’hommes révoltés (Lautréamont, Sade…) puis dénonce les systèmes contre lesquels la révolte se lève : les systèmes totalitaires.

Il se livre à une analyse de l’histoire européenne qui prend comme départ la Révolution française. Il soulève la question de savoir comment se révolter sans meurtres ou comment les justifier ? Sa lecture de l’histoire montre que personne n’a encore répondu à cette question. Le meurtre est de nos temps facilement justifiable, à cause d’une sorte d’indifférence à la vie.

Ainsi, la révolte ne justifie pas tout acte gratuit. Camus introduit alors le concept de révolte métaphysique. Par exemple la création artistique, qui par sa transgression du réel et une proposition d’autre chose de meilleur, est une forme de révolte à suivre.

La révolte est donc justifiable lorsqu’elle veut créer un monde meilleur et qu’elle agit pour l’humanité. Elle est toujours motivée par le sentiment d’injustice fait à l’humanité entière. Un homme révolté est avant tout un homme qui dit non. Son but doit être le rétablissement de l’ordre moral et de la liberté concrète. Pour Camus, la révolte est un droit, elle se situe dans « l’agir », elle est source d’espoir. L’homme révolté ne veut pas nécessairement changer le monde (comme le révolutionnaire) mais changer la vie.

Citation

« La révolte métaphysique est le mouvement par lequel un homme se dresse contre sa condition et la création toute entière ».