Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Manuel, Épictète
Fiche oeuvre

Contexte

Épictète est un esclave affranchi qui suit, à Rome, les leçons du stoïcien Musonius Rufus. Expulsé de Rome en l’an 94, il passe le reste de sa vie dans la pauvreté en Épire où il fonde une école. À l’instar de Socrate, Épictète n’a rien écrit. Le Manuel a été écrit en grec par son disciple Arrien de Nicomédie à partir de ses leçons et enseignements. Le Manuel se présente comme une sorte de condensé des principaux éléments que l’auteur a extraits des Entretiens, à savoir des notes de cours qu’il a prises lors des enseignements d’Épictète.

Épictète

130 (env.)

Manuel

Thèmes associés

Morale

Volonté

Liberté

Résumé

Dans le Manuel, Épictète définit les principes qui servent de guide de vie à celui qui désire devenir philosophe, c’est-à-dire accéder à la sagesse. Il propose ainsi un modèle de comportement, une certaine attitude à adopter face aux évènements et aux choses, à tout ce qui arrive (notamment la mort), afin d’annuler tous les effets négatifs (tristesse, désespoir, colère) qu’ils peuvent procurer à notre âme. Épictète livre les clés du bonheur philosophique en instaurant une dualité fondamentale, à savoir qu’il existe des choses qui dépendent de nous (nos opinions), et d’autres qui ne dépendent pas de nous (notre corps, la beauté, la santé, la richesse). Le travail du sage consiste à opérer une distinction entre ces deux domaines. De ce fait, le sage délimite le périmètre de sa liberté et de son action.

L’objectif de l’ouvrage consiste à libérer les hommes de la souffrance. Épictète prône l’indifférence et le détachement vis-à-vis des choses pénibles. D’où la nécessité de modérer ses sentiments vis-à-vis de ses proches, car ils sont mortels. Leur mort ne doit en rien troubler la quiétude du sage car il n’a aucune prise dessus. C’est donc à une philosophie de la liberté intérieure et de l’autonomie du jugement qu’Épictète invite, dans le courant du stoïcisme.

Citation

« Ce qui dépend de nous est, par sa nature même, soumis à notre libre volonté ; nul ne peut nous empêcher de le faire ni nous entraver dans notre action. Ce qui ne dépend pas de nous est sans force propre, esclave d’autrui ; une volonté étrangère peut nous en priver. »