Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L’entraînement aux 3 phases du Grand oral
Fiche méthode BAC

Entraînement à la 1re partie de l’oral sans notes

  • Il faut apprendre votre texte mais vous ne devez pas le réciter, ni en donner l’impression ; vous devez vous entraîner à parler « naturellement », montrer que vous maîtrisez votre sujet, comme si vous n’aviez rien écrit.
  • Il faut vous chronométrer en disant votre texte comme si vous n’aviez pas vos notes, afin de respecter le format de 5 minutes.
bannière attention

Attention

Attention, lorsqu’on on lit, on est plus rapide que lorsqu’on parle sans notes.

  • Entraînez-vous à dire votre texte en vous en séparant progressivement. Cherchez un tempo (une vitesse ni trop rapide ni trop lente) et une prosodie, c’est-à-dire une manière naturelle de parler, qui soit à la fois fluide mais avec des variations permettant d’accentuer légèrement les mots clés.
  • Filmez-vous pour écouter votre propos, son fond et sa forme, et observer votre attitude, votre posture, votre gestuelle : elle doit être adaptée, dynamique mais pas excessive, posée mais pas monotone. Attention : vous défendez une idée, vous ne faites pas une plaidoirie : pas d’effets de manche, pas d’exagération dans la diction. Il faut un discours rationnel, voire rassurant.
  • Faites des séances d’entraînement avec des camarades qui joueront le jury.
  • Faites le jury pour des camarades, ainsi vous pourrez mieux comprendre ce que le jury attend du locuteur.
  • Entraînez-vous aux 20 minutes de préparation en réalisant le support que vous aurez choisi pour le moment de la préparation et que vous remettrez au jury. Ce document pourra servir de point de repère au jury pendant vos 5 minutes : faites quelque chose de logique, simple et complet, comme un plan, un schéma, une arborescence où vous indiquerez les quelques étapes de votre raisonnement en précisant vos références (vous ne pourrez pas écrire sur un tableau durant les 5 minutes).
  • À chaque transition, annoncez rapidement ce que vous allez faire afin de donner des repères au jury : « Un second argument consiste à… », « Pour conclure… », etc.

Entraînement à la 2e partie de l’oral (l’échange avec le jury et les questions-réponses)

  • Vous devez anticiper les questions qu’on pourrait vous poser et trouver des pistes de réponses.
  • Il faut que vous vous entraîniez à répondre à des questions aussi bien attendues qu’inattendues, ainsi qu’à échanger avec le jury en étant à l’aise : faites cet entraînement en cours, avec vos professeurs et vos camarades ; faites aussi cet entraînement en dehors des cours, en groupe ou en famille.
  • Quelles questions peut-on vous poser ? Il y a deux catégories de questions :
  • les questions destinées à approfondir un point ou à lever une imprécision (normalement, pas de questions soulignant une erreur car vous aurez vu votre propos avec vos professeurs) ;
  • les questions destinées à compléter votre propos (indiquer un lien avec l’actualité, indiquer en quoi le sujet traité pourrait être universalisé, fournir un contre-exemple ou un contre-argument, comparer votre position avec une autre position, faire un lien avec l’autre spécialité si la question ne renvoie qu’à une seule spécialité, etc.).

Entraînement à la 3e partie de l’oral (l’échange avec le jury sur le lien entre votre oral et votre projet professionnel)

  • Préparez un propos sur tout ce qui pourrait vous servir :
  • votre intérêt pour la spécialité ou les deux spécialités concernées,
  • les liens entre vos spécialités et vos vœux d’orientation,
  • votre parcours dans vos choix d’orientation (CIO, documentation ONISEP, salons, portes ouvertes, etc.),
  • les rencontres qui ont pu vous décider
  • vos engagements dans la vie civile, associative (sport, humanitaire, social, culturel, art, etc.) et/ou au sein de votre lycée
  • les stages,
  • la mobilité internationale.
  • Là aussi, il faut que vous vous entrainiez à répondre à des questions attendues et inattendues, ainsi qu’à échanger avec le jury en étant à l’aise : faites cet entraînement en cours, avec vos professeurs et vos camarades ; faites aussi cet entraînement en dehors des cours, en groupe.
bannière astuce

Astuce

Durant ces entraînements aux trois phases du Grand oral, vous devez avoir en tête la grille d’évaluation du jury ; ci-dessous. Entraînez-vous devant vos professeurs et vos camarades afin de repérer vos points faibles et de progresser sur ces points.

Qualité orale de l’épreuve Qualité de la prise de parole en continu Qualité des connaissances Qualité de l’interaction Qualité et construction de l’argumentation
Très insuffisant Difficilement audible sur l'ensemble de la prestation. Le candidat ne parvient pas à capter l'attention. Énoncés courts, ponctués de pauses et de faux démarrages ou énoncés longs à la syntaxe mal maîtrisée. Connaissances imprécises, incapacité à répondre aux questions, même avec une aide et des relances. Réponses courtes ou rares. La communication repose principalement sur l'évaluateur. Pas de compréhension du sujet, discours non argumenté et décousu.
Insuffisant La voix devient plus audible et intelligible au fil de l'épreuve mais demeure monocorde. Vocabulaire limité ou approximatif. Discours assez clair mais vocabulaire limité et énoncés schématiques. Connaissances réelles, mais difficulté à les mobiliser en situation à l'occasion des questions du jury. L'entretien permet une amorce d'échange. L'interaction reste limitée. Début de démonstration mais raisonnement lacunaire. Discours insuffisamment structuré.
Satisfaisant Quelques variations dans l'utilisation de la voix ; prise de parole affirmée. Il utilise un lexique adapté. Le candidat parvient à susciter l'intérêt. La voix soutient efficacement le discours. Discours articulé et pertinent, énoncés bien construits. Connaissances précises, une capacité à les mobiliser en réponses aux questions du jury avec éventuellement quelques relances. Répond, contribue, réagit. Se reprend, reformule en s’aidant des propositions du jury. Démonstration construite et appuyée sur des arguments précis et pertinents.
Très satisfaisant Qualités prosodiques marquées (débit, fluidité, variations et nuances pertinentes, etc.). Le candidat est pleinement engagé dans sa parole. Il utilise un vocabulaire riche et précis. Discours fluide, efficace, tirant pleinement profit du temps et développant ses propositions. Connaissances maîtrisées, les réponses aux questions du jury témoignent d'une capacité à mobiliser ces connaissances à bon escient et à les exposer clairement. S'engage dans sa parole, réagit de façon pertinente. Prend l'initiative dans l'échange. Exploite judicieusement les éléments fournis par la situation d'interaction. Maîtrise des enjeux du sujet, capacité à conduire et exprimer une argumentation personnelle, bien construite et raisonnée.
bannière attention

Attention

Attention, cette grille est indicative, même pour le jury ; il ne s’agit pas d’un barème : ce qui compte surtout, c’est la qualité générale de votre oral ainsi que l’unité entre les 3 moments.