Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Albert Camus
Philosophe

Biographie

Crédit photo : United Press International, 1927

Camus est né en 1913 en Algérie française. Il souffre dans sa jeunesse de la tuberculose, qui l’affaiblit grandement. En 1935 il adhère au Parti communiste algérien pour finalement le quitter en 1937, pour des divergences idéologiques, il fait de même pour le Parti communiste français. En 1940, il s’installe à Paris et travaille pour divers journaux, comme la revue Combat dont il reprend la direction. Pendant ces années se lance aussi sa carrière d’écrivain.

Ses positions idéologiques et politiques lui valent d’être souvent incompris et de se brouiller avec certains de ses amis, comme Sartre. Sa lutte contre les inégalités mais aussi sa répugnance de tout acte terroriste et violent fait, dans ces temps troublés par la guerre d’Algérie, qu’il est souvent controversé. Malgré tout, il reçoit en 1957 le prix Nobel de littérature. Il décède en 1960 dans un accident de voiture.

7 novembre 1913 - 4 janvier 1960

Status

Écrivain

Journaliste

Courant

Humanisme

Existentialisme

Bibliographie sélective

L’Envers et l’Endroit 1937

Le Mythe de Sisyphe 1942

L’Étranger 1942

L’Homme révolté 1951

Œuvre

L’œuvre de Camus est vaste et variée. On compte en effet des romans, des pièces de théâtre, des articles et des essais. Néanmoins, sa philosophie et ses idées transparaissent dans tous ses écrits, même s’ils ne relèvent pas tous de l’essai philosophique. Sa réflexion tourne autour de la condition de l’Homme et de sa vie politique. La perception de la société comme absurde permet de découvrir la vérité avec une certaine forme de pessimisme. Elle place en tout cas l’Homme dans une interrogation perpétuelle qui le rapproche de la compréhension du monde.

Citations

« Pour un esprit absurde, la raison est vaine et il n’y a rien au-delà de la raison. »

« L’œuvre d’art naît du renoncement de l’intelligence à raisonner le concret. »

« Peut-on, loin du sacré et de ses valeurs absolues, trouver la règle d’une conduite ? Telle est la question posée par la révolte. »