Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

François Mauriac
Auteur

Biographie

Crédit photo : auteur inconnu, 1932
©Njal

François Mauriac naît à Bordeaux en 1885. Après ses études de lettres, il s’installe à Paris mais abandonne son projet d’intégrer l’École des Chartres pour se consacrer à la littérature. En 1913, Mauriac se marie et l’année suivante naît son premier fils. Trois autres enfants suivent… Pendant la Première Guerre mondiale, Mauriac travaille dans un hôpital.

Il entre à l’Académie française en 1933. Pendant la guerre d’Espagne, il soutient les nationalistes, puis les Républicains. Lors de l’Occupation, il publie dans la presse clandestine sous le pseudonyme « Forez ». Plus tard, il prend position pour l’indépendance de l’Algérie et du Maroc et dénonce la torture organisée par l’armée française.

En 1952, Mauriac obtient le prix Nobel de littérature. Il décède à Paris en 1970.

1885 - 1970

Status

Écrivain

Journaliste

Genres

Roman

Théâtre

Poésie

Bibliographie sélective

Le Baiser au lépreux 1922

Thérèse Desqueyroux 1927

Les Mal-aimés 1945

Un Adolescent d’autrefois 1969

Œuvre

Son premier recueil de poèmes, Les Mains jointes (1910), est salué mais le succès n’arrive véritablement qu’en 1922 avec Le Baiser au lépreux et en 1927 avec Thérèse Desqueyroux. Il s’essaie à tous les gens : roman, poésie, théâtre, essai, journalisme (à L’Express et au Figaro Littéraire). La Pharisienne sort en 1941 et Mémoires politiques en 1967.

Dans ses œuvres, Mauriac analyse la passion de l’âme humaine, et s’attaque à la bourgeoisie de Province et à son hypocrisie. Ses personnages sont partagés entre la moralité et les pulsions perverses (comme la cupidité).

Citations

« N’importe qui sait proférer des paroles menteuses ; les mensonges du corps exigent une autre science. »

Thérèse Desqueyroux 1927

« La peur est le commencement de la sagesse. »

Thérèse Desqueyroux 1927

« Sous la couche épaisse de nos actes, notre âme d'enfant demeure inchangée ; l'âme échappe au temps »

La Fin de la nuit 1935

« Et si la vérité était enfantine ? »

Ce que je crois 1958