Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Galien
Scientifique

Biographie

Galien était un médecin grec de l'Antiquité. Il a commencé par étudier la philosophie mais se lance dans la médecine. Il réussit à devenir le médecin des gladiateurs, puis celui de l’empereur Marc Aurèle. Il est à l'origine d'un système explicatif global rassemblant les parties de l'art médical. Il s’adonnait à l’observation anatomique afin d’établir des hypothèses sur le processus physiologique. Il est considéré, avec Hippocrate, comme l'un des principaux fondateurs des bases de la médecine.

131 (env.) - 201 (env.)

Statut

Médecin

Philosophe

Bibliographie sélective

Utilité des parties du corps humain Non daté

Œuvres médicales choisies Non daté

Souvenirs d’un médecin Non daté

Œuvre

Lorsqu'il est nommé médecin des gladiateurs pour soigner, entre autres, leurs plaies, il découvre que le sang circule dans les artères. Il établit alors un descriptif de la circulation sanguine, mais se trompe sur de nombreux points. Il pense par exemple que le sang est produit dans le foie.
Sa description du système nerveux comporte moins d’erreurs : il comprend que l’influx nerveux part du cerveau et se déplace par les nerfs.
Ne pouvant pas disséquer des cadavres, il se contente d’expérimenter sur des animaux pour appuyer ses thèses (principale raison de ses nombreuses idées erronées).

Il s’intéresse également à la question de l’hygiène de vie. Il est le premier à avoir étudié l’effet positif de l’activité physique sur le corps (sur les muscles, nerfs et organes). Il se rend ainsi compte des vertus de la transpiration : maintien des « pores et conduits du corps ouverts » ce qui permet « l’évaporation des superfluidités présentes dans le corps ».

Avec Hippocrate, il préconise la saignée comme moyen d’éliminer les humeurs mauvaises qui seraient la cause de la maladie. Pour eux, c’est l’équilibre des quatre humeurs (le sang, le phlegme, la bile jaune et la bile noire) qui conditionne la santé. La maladie, en général, provient d’un déséquilibre de ces humeurs.