Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Pasteur
Scientifique

Biographie

Louis Pasteur est un chimiste et biologiste né à Dole le 27 décembre 1822. Il est reçu en 1843 à l’École normale supérieure et soutient deux thèses de doctorat, en physique et en chimie, en 1847. En 1854, il est nommé doyen de la faculté des sciences de Lille, qu’il quitte en 1857 pour être administrateur et directeur des études scientifiques de l’École normale.
Ses travaux sont rendus publics dans des mémoires sur les fermentations lactique (1847), alcoolique (1860) et acétique (1864), sur le vin (1866) et le vinaigre (1868). À ce sujet, pour éviter l’altération des vins, il propose leur chauffage à 55°C : c’est la pasteurisation.
Il reçoit en 1859 le prix de physiologie de l’Académie et est élu à l’Académie des sciences en 1862. En 1865, à la demande du ministère de l’Agriculture, il étudie les maladies du ver à soie. Après la guerre de 1870-1871, Pasteur revient à ses recherches sur la fermentation, notamment sur la bière.
De 1870 à 1886, avec ses collaborateurs, Chamberland et Roux, il s’intéresse à la maladie charbonneuse des moutons ; il découvre le vibrion septique, microbe anaérobie responsable d’une septicémie gangreneuse chez les animaux ; il décèle la cause des furoncles et de l’ostéomyélite (staphylocoque) ; il reconnaît que l’infection puerpérale est due à un microbe dénommé aujourd’hui « streptocoque ». En 1881, Pasteur et Roux commencent leurs recherches sur la rage.
En 1888, Pasteur est placé à la tête de l’Institut qui porte son nom. Il décède le 28 septembre 1895 à Villeneuve-l’Étang.

1822 - 1895

Statut

Chimiste

Biologiste

Bibliographie sélective

Études sur la maladie des vers à soie 1870

La théorie des germes et ses applications à la médecine et à la chirurgie 1878

Sur les maladies virulentes et en particulier sur la maladie appelée vulgairement choléra des poules 1880

De la possibilité de rendre les moutons réfractaires au charbon par la méthode des inoculations préventives 1881

Œuvre

En 1848, après des recherches associant la cristallographie, la chimie et l’optique, il établit un parallélisme entre la forme extérieure d’un cristal, sa constitution moléculaire et son action sur la lumière polarisée. Ses travaux ouvrent la voie à la stéréochimie.
Pasteur montre ensuite que les fermentations sont dues à un micro-organisme, et qu’à chaque fermentation répond un ferment spécifique. Il découvre les anaérobies. En 1862, ses expériences lui permettent de nier la théorie de la génération spontanée.
En 1865, il invente le grainage cellulaire pour combattre la pébrine, l’une des maladies du vers à soie. Ses recherches sur celles-ci sont le prélude à ses travaux sur les maladies infectieuses, dont il pense qu’elles sont dues, comme les fermentations, à des micro-organismes.
En 1879, en étudiant le choléra des poules, il découvre avec Chamberland et Roux le principe des vaccinations préventives par inoculation de microbes atténués dans leur virulence. Il réalise le vaccin contre la maladie charbonneuse. En 1885 a eu lieu la première vaccination antirabique chez l’homme.