Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Michel de Montaigne
Auteur

Biographie

Crédit image : artiste inconnu

Michel de Montaigne naît en 1533 dans le Périgord au sein d’une famille de négociants bordelais nouvellement anoblis. Son père s’attache à lui donner une éducation conforme aux principes humanistes. À six ans, grâce aux enseignements d’un précepteur allemand, le jeune Montaigne ne sait parler qu’en latin. Il est ensuite scolarisé dans un collège bordelais, où il se révèle être un excellent élève.

À treize ans, il étudie le droit à Toulouse et devient conseiller à la cour des Aides de Périgueux. Il fait aussi la rencontre d’Étienne de la Boétie avec qui il se lie d’une profonde amitié, et dont la mort en 1563 l’affectera beaucoup. Sa solitude ne sera guère comblée par son mariage avec Françoise de la Chassaigne, duquel naîtront six filles dont une seule survivra.

À la mort de son père en 1568, Michel de Montaigne hérite du domaine familial, démissionne de sa charge et se retire dans ses terres pour écrire. Après un voyage à travers l’Italie, la Suisse et l’Allemagne (pour soigner sa gravelle par des cures thermales), il rentre pour remplir ses charges de maire de Bordeaux de 1581 à 1585. En cette période des guerres de religion, il joue un rôle de négociateur entre le roi de France et le roi de Navarre, futur Henri IV.

Michel de Montaigne meurt en 1592 d’un ulcère à la gorge.

1533 - 1592

Status

Philosophe

Humaniste

Genres

Essai philosophique

Bibliographie sélective

Essais 1580

Journal de voyage (1580-1581) 1774 (posthume)

Œuvre

Dès 1568, Montaigne se retire dans sa « librairie » en haut de la tour de son château, pour se consacrer à l’écriture, à la lecture et à la méditation.

En 1572, il entreprend la rédaction de ses Essais. Il y aborde divers sujets, parfois banaux (maladies, affaires domestiques), et y fait l’expérience du « connais-toi toi-même » de Socrate. En s’analysant lui-même (« Je suis moi-même la matière de mon livre. »), c’est en fait la condition humaine que Montaigne prend pour objet d’étude. Il souhaite étudier l’Homme et instruire son lecteur qu’il invite à suivre son exemple.

Parce qu’il s’y inspire des auteurs antiques et parce qu’il y adopte une visée morale soucieuse de redéfinir le propre de l’Homme, Montaigne s’inscrit par ses Essais dans le courant humaniste.

En 1582, Montaigne publie une seconde édition de ses Essais enrichie d’additions, et il consacrera les dernières années de sa vie à une nouvelle version qui sera publiée après sa mort.

Un manuscrit rassemblant des notes prises par Montaigne pendant son voyage à travers l’Europe (Suisse, Allemagne, Italie) a été retrouvé en 1770 et publié en 1774 sous le titre de Journal de voyage.

Citations

« Chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage. »

Livre I, 31

Essais 1850

« Le but de notre carrière, c’est la mort ; c’est l’objet nécessaire de notre visée : si elle nous effraie, comme est-il possible d’aller un pas avant sans fièvre ? Le remède du vulgaire, c’est de n’y penser pas. Mais de quelle brutale stupidité lui peut venir un si grossier aveuglement ? Il lui faut faire brider l’âne par la queue […]. »

Livre I, 20

Essais 1850

« Qui se connaît, connaît aussi les autres, car chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition. »

Livre III, 2

Essais 1850

« Mon apprentissage n’a d’autre fruit que de me faire sentir combien il me reste à apprendre. »

Livre III, 13

Essais 1850