Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Platon
Philosophe

Biographie

Crédit photo : Marie-Lan Nguyen, 2006

Né dans une famille de la noblesse athénienne, Platon assiste dans sa jeunesse à la chute d’Athènes après la guerre du Péloponnèse. Il s’oriente très tôt vers une carrière politique. À 20 ans, il rencontre Socrate et, sous son influence, il choisit la voie de la philosophie. Mais, pour Platon, philosophie et politique sont étroitement liées. Il tente à plusieurs reprises d’établir un gouvernement juste à Syracuse. Finalement, déçu de n’avoir pu trouver un possible « philosophe-roi », il retourne à Athènes. Il fonde alors l’Académie, en -387, une école de philosophie dans laquelle il enseignera pendant 40 ans. Il s’éteint à l’âge de quatre-vingts ans à Athènes.

428 av. J.-C. (env.) - 347 av. J.-C. (env.)

Status

Politicien

Courant

Idéalisme

Bibliographie sélective

Protagoras Ve s. – IVe s. av. J.-C.

Gorgias Ve s. – IVe s. av. J.-C.

Le Banquet Ve s. – IVe s. av. J.-C.

La République Ve s. – IVe s. av. J.-C.

Œuvre

Platon est généralement considéré comme l’un des fondateurs de la philosophie. Disciple de Socrate, il reprendra ses travaux afin d’élaborer sa propre pensée. Son œuvre est principalement constituée de dialogues, qui évoquent chacun un questionnement sur un point particulier. Il s’oppose notamment aux sophistes, qui sont présentés dans de nombreux dialogues comme ses adversaires.

Citations

« Protagoras, n’imagine pas que j’aie pour discuter avec toi d’autre motif que l’examen des questions sur lesquelles j’achoppe moi-même à chaque fois. »

Protagoras Ve – IVe s. av. J.-C.

« Veux-tu savoir quel type d’homme je suis ? Eh bien, je suis quelqu’un qui est content d’être réfuté, quand ce que je dis est faux, quelqu’un qui a aussi plaisir à réfuter quand ce qu’on me dit n’est pas vrai, mais auquel il ne plaît pas moins d’être réfuté que de réfuter. »

Gorgias Ve – IVe s. av. J.-C.

« L’éducation est donc l’art qui se propose pour ce but, la conversion de l’âme, et qui recherche les moyens les plus aisés et les plus efficaces de l’opérer ; elle ne consiste pas à donner la vue à l’organe de l’âme, puisqu’il l’a déjà, mais comme il est mal tourné et ne regarde pas où il faudrait, elle s’efforce de l’amener dans la bonne direction. »

République Ve – IVe s. av. J.-C.