Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Saint Augustin
Philosophe

Biographie

Crédit image : Sandro Boticelli, 1480
Crédit photo : The York Project

Augustin naît à Thagaste (en actuelle Algérie) en 354 dans une famille chrétienne. Il suit des études à Carthage, où il se convertit au manichéisme, une religion fondée au IIIe siècle. Il retourne ensuite dans sa ville natale et devient professeur de grammaire.

Se rendant en Italie, il rencontre à Milan une importante communauté d’érudits et notamment de platoniciens. Il y fait la connaissance d’Ambroise de Milan, l’évêque de la ville, qui l’influence sur sa perception de la Bible en l’analysant comme un texte allégorique. Il finit par se convertir en 386. Il se consacre alors exclusivement à ses études et à sa vie spirituelle. Revenu en Afrique en 388, il se rend à Hippone où il sera fait évêque en 391. Il décède en 430 et est canonisé en 1298.

13 novembre 354 - 28 août 430

Statut

Professeur

Évêque

Théologien

Courant

Néoplatonisme chrétien

Bibliographie sélective

Confessions 400 (env.)

De la Trinité 416 (env.)

La Cité de Dieu 426 (env.)

Œuvre

La philosophie d’Augustin est avant tout théologique. En effet, comme d’autres avant lui, il cherche à savoir si la foi précède la raison ou inversement. Il s’interroge aussi sur la temporalité. Pour ce qui est de ses références, elles sont surtout d’origine (lecture de Cicéron) ou d’inspiration antique, avec l’influence des théories néoplatoniciennes en vogues à Milan. Ses écrits prennent diverses formes, des dialogues ou encore des manifestes contre les religions décriées par l’Église chrétienne (le manichéisme ou encore le donatisme). Ses principales œuvres sont écrites lors de ses retraites spirituelles ou lors de son évêché à Hippone.

Citations

« Donc, si le présent, pour être du temps, doit rejoindre le passé, comment pouvons-nous déclarer qu’il est aussi, lui qui ne peut être qu’en cessant d’être ? Si bien que ce qui nous autorise affirmer que si le temps est, c’est qu’il tend à n’être plus. »

« Que deux personnes, ignorant chacune la langue de l’autre, viennent à se rencontrer, et que la nécessité les oblige à demeurer ensemble, deux animaux muets, même d’espèce différente, s’associeront plutôt que ces deux créatures humaines, et un homme aimera mieux être avec son chien qu’avec un étranger. »

« Crois et tu comprendras ; la foi précède, l’intelligence suit. »