Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Samuel Beckett
Auteur

Biographie

Crédit photo : Roger Pic, BNF, 1977

Samuel Beckett nait à Dublin le 13 avril 1906 dans une famille plutôt aisée. Il fait ses études au Trinity College de Dublin où il étudie l’anglais, mais aussi le français et l’italien. Il devient enseignant puis lecteur en anglais à l’École normale supérieure de Paris. Il fait alors la rencontre de James Joyce, romancier irlandais, qu’il assiste dans son travail. Beckett retourne quelques temps en Irlande puis entreprend plusieurs voyages avant d’emménager définitivement à Paris. En 1938, il se fait poignarder dans la poitrine, mais finit par se rétablir. C’est à cette époque qu’il rencontre Suzanne Dechevaux-Dumesnil, qui deviendra sa femme. Il s’engage activement dans les forces résistantes françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Samuel Beckett décède le 22 décembre 1989, quelques mois après son épouse.

1906 - 1989

Statut

Écrivain

Dramaturge

Poète

Genres

Théâtre

Roman

Poésie

Bibliographie sélective

En attendant Godot 1952

L’Innommable 1953

Watt 1953

Fin de partie 1957

Œuvre

Samuel Beckett est essentiellement connu pour son œuvre théâtrale que l’on associe au genre du théâtre de l’absurde. C’est pourtant par le roman que l’écrivain a commencé sa carrière. Il publie son premier roman, Murphy, en 1938, après s’être heurté à de nombreux refus d’éditeurs. Entre 1951 et 1952, il publie une trilogie romanesque aux éditions de Minuit (Molloy et Malone meurt en 1951, L’Innommable en 1953), qui porte déjà les thèmes de l’angoisse et du silence face à la tragédie de l’existence humaine. Mais c’est bien à travers l’écriture théâtrale que Beckett pousse sa logique de l’absurde à son paroxysme. En 1952 paraît En attendant Godot, sa pièce la plus célèbre. Face à l’absurdité de la condition humaine, la solitude des personnages se fait plus grande et l’angoisse de ne pas parvenir à communiquer apparait plus pressante encore. Le langage devient impuissant, dynamité par le non-sens de l’existence. Le temps est suspendu, la mise en scène est sobre, minimaliste, vidée de sa substance, tout comme les personnages, qui cherchent à « être » au monde sans jamais y parvenir tout à fait. Face au néant, le langage se disloque : il ne reste plus que des mots. Ce pessimisme n’empêche pourtant pas Samuel Beckett de faire preuve de beaucoup d’humour : fausse logique, dialogue absurde, comique de situation, folie… le rire est intimement lié au désespoir. Cette logique de l’absurdité, Beckett l’emmène encore plus loin avec sa pièce Fin de partie, qui paraît en 1957. L’écriture de Samuel Beckett est éminemment moderne. En 1969, il se voit décerné le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre, ce qu’il considère comme une « catastrophe ».

Citations

« VLADIMIR :
Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

ESTRAGON :
On attend.

VLADIMIR :
Oui, mais en attendant ? »

En attendant Godot 1952

« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent. »

En attendant Godot 1952

« La fin est dans le commencement, et cependant on continue. »

Fin de partie 1957

« J’emploie les mots que tu m’as appris. S’ils ne veulent plus rien dire apprends-m’en d’autres. Ou laisse-moi me taire. »

Fin de partie 1957