Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Comment se forme et s'exprime l'opinion publique ?

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

L’émergence de l’opinion publique au sein des démocraties contemporaines

  • Le terme d’opinion publique se développe au siècle des Lumières (XVIIIe siècle).
  • L’opinion publique n'est, au départ, que celle d'une minorité critique vis-à-vis du pouvoir de l’État et de l’Église.
  • Il s’agit de l’opinion d’un élite cultivée et bourgeoise qui s’oppose aux classes laborieuses de la population (la majorité) et entend préparer l’avènement d’une société nouvelle.
  • L'opinion publique se diffuse grâce à des textes variés : pamphlets, brochures, etc.
  • Suite à la Révolution française, l’opinion publique s’élargit à un panel de plus en plus vaste de la population grâce notamment à :
  • l’élargissement du suffrage,
  • l’action des partis politiques.
  • À partir de 1965, on assiste plutôt au développement d’une « démocratie du public » avec le développement des médias et des sondages.
  • L’électeur devient un spectateur.

Le rôle des sondages dans la mesure de l’opinion

  • Les sondages commencent à se développer dans les années 1930 mais deviennent centraux à partir des années 1960.
  • Ils s’imposent comme un procédé scientifique permettant de faire parler le peuple sans intermédiaire.
  • Ils sont le plus souvent effectués par des instituts privés.
  • Pour de nombreux observateurs, les sondages enrichissent la démocratie représentative en permettant de reconstituer le principe de publicité.
  • Ils sont cependant critiqués, notamment sur :
  • leurs limites quantitatives (échantillons trop faibles, pas assez représentatifs),
  • leurs limites qualitatives (ils supposent que tout le monde a un avis sur tout, les sondés sont influencés par le résultat attendu).

L’impact des sondages sur le processus démocratique : vers une démocratie d’opinion ?

  • L’actualité économique, sociale ou politique est de plus en plus influencée par la lecture de sondages d’opinion, et notamment les côtes de popularité.
  • Les côtes de popularité sont fortement dépendantes des événements.
  • Les sondages d’intentions de vote peuvent avoir un impact sur l’issue d’une élection.
  • En France, la loi du 19 juillet 1977 a longtemps interdit la publication de sondages une semaine avant l’échéance électorale. Depuis 2001, ils sont autorisés jusqu’au week-end précédant l’élection.
  • Avec l’essor des sondages, un vote stratégique se développe.
  • Effet bandwagon : voter pour celui qui semble en position de l’emporter.
  • Effet underdog : voter pour celui qui semble en difficulté.
  • La préférence politique est alors directement influencée par le sondage.
  • Selon Jean Stoetzel (1910-1987) cependant, les sondages n’ont que des « effets limités » :
  • ils confirment les électeurs dans leurs intentions de vote ;
  • ils permettent aux indécis de se décider ;
  • ils permettent aux décidés d’être indécis.