Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L'histoire de l'âge de la Terre

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/2
0 / 10
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

La détermination de l’âge de la Terre : perspective historique

  • Les religions monothéistes sont à l’origine d’un modèle « créationiste », basé sur des croyances et non sur des faits scientifiques : l’âge de la Terre est alors estimé à 6 000 ans.
  • Ce modèle commence à être remis en question au XVe siècle par des géologues italiens qui estiment l’âge de la Terre à 36 000 ans, en se fondant sur la formation des Alpes.
  • Du XVIIIe siècle au XIXe siècle, on assiste aux premières datations basées sur des faits scientifiques :
  • l’astronome Edmund Halley étudie la teneur en sel des océans et des mers due à l’érosion des continents pour estimer que l’âge de la Terre est supérieur à 36 000 ans ;
  • le géologue James Hutton découvre des fossiles humains anciens qui remettent de nouveau en cause la chronologie biblique des événements.
  • Au début du XXe siècle, le physicien Kelvin reprend les tests du savant Buffon en partant de l’idée que la Terre primitive devait être un amas de roches fondues qui s’est refroidi au cours du temps. Il estime alors l’âge de la Terre entre 20 et 200 millions d’années.
    L’ingénieur-mathématicien John Perry réalise ensuite les mêmes expériences, mais il arrive cette fois à un âge de plusieurs milliards d’années.

Techniques modernes de datation

  • Les techniques modernes de datation reposent sur l’étude des sédiments et la radiodatation.
  • Pour dater la Terre grâce aux roches sédimentaires, les scientifiques ont mesuré les empilements les plus épais sur les continents plus anciens.
    Connaissant la vitesse de sédimentation des particules, ils ont déduit de cette épaisseur un âge.
  • Ainsi, vers les années 1950, un intervalle de 2 à 10 milliards d’années a été proposé.
  • L’étude par radiodatation se fonde sur la mesure de l’énergie émise lors de la désintégration des isotopes radioactifs.
    En connaissant, la vitesse de désintégration et la quantité de radioactivité résiduelle présente dans une roche, on peut déduire le moment où elle s’est formée, car c’est à cet instant que la radioactivité devait être maximale.
  • Ainsi, les mesures réalisées permettent d’estimer l’âge de la Terre à 4,57 milliards d’années.