Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

La Seconde Guerre mondiale

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Les victoires de l’Axe (1939-1942)

Les prémices et les débuts de la guerre

  • 1935 : Hitler viole le traité de Versailles en créant la Wehrmacht et en rétablissant le service militaire. En 1936, il remilitarise la Rhénanie et signe l’Axe Rome-Berlin avec Mussolini et le pacte anti-Komintern avec le Japon.
  • 1938 : Anschluss en mars, annexion des Sudètes en septembre (accepté par la France et le Royaume-Uni) et envahissement de la Tchécoslovaquie.
  • 1939 : Signature du pacte germano-soviétique. La France et le Royaume-Uni refusent à Hitler le rattachement de Dantzig et du corridor polonais à l’Allemagne.
  • 1er septembre 1939 : l’Allemagne envahit la Pologne. 3 septembre 1939 : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne. L’armée rouge attaque l’est de la Pologne.
  • 3 septembre 1939 au 10 mai 1940 : « drôle de guerre », puis les Allemands envahissent le Luxembourg, les Pays-Bas et la Belgique.
  • 13 mai 1940 : les Allemands franchissent la frontière de la France. 10 millions de Français fuient vers le sud.
  • 14 juin 1940 : les Allemands défilent sur les Champs-Élysées. 16 juin : le maréchal Pétain devient président du conseil. L’armistice est signé le 22 juin.
  • En 45 jours, l’Allemagne a écrasé les troupes alliées occidentales. En 1939 et 1942, la technique du Blitzkrieg lui permet d’occuper une partie de l’Europe du nord.

L’extension de la guerre à l’Europe

  • La Seconde guerre mondiale est une guerre totale : elle mobilise toutes les ressources disponibles, pousse les pays de l’Axe et les Alliés à orienter l’économie, la production et les populations civiles vers l’effort de guerre pour anéantir l’ennemi.
  • De l’armistice français de juin 1940 à l’opération Barbarossa du 22 juin 1941, le Royaume-Uni est seul face à l’Axe. L’accord commercial signé le 19 août 1939 entre l’URSS et l’Allemagne et le pillage de la France permettent à Hitler de financer les assauts contre le Royaume-Uni.
  • La population anglaise résiste, l’aviation défend le pays contre la Luftwaffe durant la bataille d’Angleterre (juillet 1940-mai 1941). Hitler engage alors la guerre sous-marine.
  • Hitler délègue à Mussolini la guerre en Méditerranée afin d’empêcher les Britanniques de prendre le contrôle des Balkans. La mer Méditerranée est la clé de voûte de l’empire britannique qui possède le rocher de Gibraltar et le Canal de Suez.
  • Avril 1939, l’Italie envahit l’Albanie et l’annexe. Octobre 1940, l’armée italienne attaque la Grèce (qui la repousse) et prend le contrôle du quart de l’Albanie.
  • L’Allemagne intervient pour aider les Italiens. Février 1941, l’Afrika Korps s’engage en Afrique du Nord. Avril, les Allemands prennent la Yougoslavie et la Grèce et en mai. En mai, la Crète.
  • Les Allemands installés en Crète et en Sicile interdisent le passage des Britanniques en Méditerranée. Ceux-ci doivent alors faire passer leurs convois par le sud.

Le cas des États-Unis et du Japon

  • 1937, la Chine est envahie par le Japon, qui occupe sa partie orientale (Mandchourie). En juillet 1941, c’est l’Indochine française qui est envahie.
  • Durant le même été, Roosevelt (avec le Royaume-Uni et la Hollande) met l’embargo sur l’acier et le pétrole japonais après avoir lancé un ultimatum demandant le retrait de ses forces de l’Indochine et de la Chine.
  • 7 décembre 1941, le Japon attaque Pearl Harbor sans déclaration de guerre. L’expansion japonaise continue ensuite en 1941 et 1942, et occupe des territoires appartenant aux États-Unis, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. En 1942, le Japon est aux portes de l’Inde, de Ceylan et de l’Australie.

Le tournant de la guerre

  • Les États-Unis : Avec la loi du prêt-bail (mars 1941), Roosevelt donne la priorité à l’écrasement des forces de l’Axe et s’efforce de maintenir l’alliance avec Staline. Il entend offrir aux peuples épuisés par la guerre la démocratie, la paix, la prospérité et préparer la domination américaine pour l’après-guerre. Il espère aussi isoler l’URSS au sein d’une organisation internationale.
  • 14 août 1941, conférence de l’Atlantique : Churchill et Roosevelt adoptent la charte de l’Atlantique. Elle est signée par l’URSS et les gouvernements réfugiés à Londres (France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Norvège, Grèce, Yougoslavie, Pologne, Tchécoslovaquie) en septembre 1941.
  • Décembre 1941, suite à Pearl Harbor, les États-Unis déclarent la guerre au Japon le 8 et à l’Allemagne le 11. Sans cette attaque, Roosevelt n’aurait sans doute pas pu convaincre le Congrès américain de faire participer les États-Unis à la guerre.
  • Le Royaume-Uni : Hitler pense que le pillage du Lebensraum peut lui permettre de vaincre le Royaume-Uni et de décourager les États-Unis à entrer en guerre. Mais le Royaume-Uni ne plie pas, malgré le blocus sous-marin.
  • La résistance du Royaume-Uni encourage la résistance qui naît dans les pays occupés. En mars 1941, la loi du prêt-bail permet au pays de récupérer du matériel de guerre grâce aux États-Unis.
  • La Russie : Hitler impose à ses généraux l’opération Barbarossa contre l’URSS, persuadé que la prompte défaite (escomptée) de l’Armée Rouge peut convaincre le Royaume-Uni de capituler.
  • 22 juin 1941 : il rompt le pacte de non-agression et plus de 3 millions d’hommes entrent en Russie. Sous l’effet de surprise, l’Armée Rouge s’effondre dès le début de l’opération Barbarossa.
  • Les Soviétiques déménagent 1500 usines loin du front et l’industrie soviétique continue à fonctionner à l’abri de la Wehrmacht. Roosevelt envoie du matériel à l’URSS, le Royaume-Uni annonce publiquement son soutien à l’URSS. Les bases d’une alliance sont posées et l’URSS reconstitue l’Armée rouge.
  • La colère des peuples : les actions nazies suscitent la mise en place d’organisation de résistance dans les pays vaincus : soulèvement du ghetto de Varsovie (19 avril-16 mai 1943), protection des Juifs par les membres des Églises, actions de la part des résistants, formés et équipés par les Alliés.

Le tournant de Stalingrad

  • Octobre 1941 : les Allemands atteignent Moscou mais les troupes de Staline et l’hiver obligent les Allemands à reculer.
  • 1942 : Hitler décide de relancer une offensive dans le Caucase, pour le pétrole, mais aussi vers Stalingrad.
  • 17 juillet 1942-2 février 1943 : début de la bataille de Stalingrad. Les Allemands écrasent l’Armée rouge et bombardent la ville dès le 23 août. En octobre, la ville est presque entièrement sous contrôle allemand. Mais les Russes défendent leur ville. Le 19 novembre, la contre-offensive a lieu et les Allemands sont vaincus le 2 février. Le maréchal Von Paulus est capturé, avec plus de 90 000 soldats allemands, dont 2 500 officiers.
  • L’impact psychologique est considérable. Les alliés de Hitler ne croient plus que l’Allemagne soit en mesure de gagner la guerre.
  • La bataille de Stalingrad a entraîné la mort de 750 000 soldats et 250 000 civils. C’est une des plus meurtrières de l’histoire.
  • Stalingrad marque le début de la contre-offensive russe, qui dure jusqu’à la prise de Berlin en 1945.
  • 5 juillet 1943 : les Allemands attaquent la ville de Koursk. Ils sont écrasés par les soviétiques le 23 août. C’est la plus grande bataille de blindés de l’histoire, et un nouveau choc psychologique pour les Allemands.

Vers la défaite de l’Axe

10 juillet 1943 : l’Armée rouge continue sa progression vers l’ouest, les Américains et les Britanniques débarquent en Sicile (opération Husky). La campagne de Sicile se termine en 39 jours avec la défaite de l’Italie.

  • 25 juillet 1943 : le Roi d’Italie Victor-Emmanuel III fait arrêter Mussolini.
  • Septembre 1943 : l’Italie signe l’armistice avec les Américains. Le IIIe Reich se retrouve seul.
  • 6 juin 1944 : débarquement américain en Normandie (opération Overlord). Plus de 150 000 hommes et 20 000 véhicules y participent. À l’intérieur du pays, les opérations de sabotage de la Résistance française se multiplient. Le front de l’Ouest est ouvert.
  • 15 août 1944 : débarquement en Provence de commandos français et américains. Le 28, les Allemands basés à Toulon et Marseille se rendent.((liste2)) * 25 août 1944 : Paris est libérée. Paris a été symboliquement libérée par des Français et la France est incluse parmi les vainqueurs.
  • Pendant ce temps, le 22 juin, alors que la Normandie est libérée par les alliés, Staline lance ses troupes à l’assaut de la Biélorussie. L’opération Bagration se termine le 19 août 1944.
  • C’est l’une des plus grandes défaites de la Wehrmacht, et la plus grande catastrophe militaire allemande au niveau humain.
  • La Wehrmacht et les Allemands ne veulent plus se battre. Le 20 juillet 1944, un attentat à la bombe, organisé par des officiers nazis, manque Hitler de peu.
  • De nombreux généraux sont destitués, des soldats désertent. L’armée allemande n’est plus assez nombreuse et le matériel de guerre vient à manquer.
  • Octobre 1944, l’Armée Rouge entre en Allemagne. Avril 1945, le général soviétique Joukov encercle Berlin. Quand Hitler se suicide, le 30 avril 1945, les Soviétiques ne sont qu’à 300 mètres du bunker où il s’était réfugié.
  • Les 7 (à Reims) et 8 mai (à Berlin) 1945, l’Allemagne capitule.
  • Tandis que l’Europe est libérée, les combats continuent à l’Est. Le 6 août 1945, une bombe atomique américaine explose à Hiroshima, suivie d’une seconde à Nagasaki le 9.
  • Entre-temps, l’U.R.S.S. est entrée en guerre contre le Japon (8 août).
  • Devant l’ampleur du massacre, le 15 août, l’empereur du Japon accepte de capituler.
  • Le 2 septembre 1945, trois mois après la capitulation allemande, c’est la signature de la capitulation sans condition de l’Empire nippon : la Seconde Guerre mondiale est terminée.