Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le poète métamorphose le monde

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Le poète trouve son inspiration dans le réel et en livre une vision poétique. Il est également capable de transformer le monde par son écriture poétique, voire même d’en créer un. Mais il n’y a pas que les poètes qui possèdent ce pouvoir : on trouve de la poésie également dans la peinture ou encore au cinéma.

Nous nous demanderons dans ce cours comment l’artiste parvient à rendre poétique le monde qui nous entoure. Pour répondre à cette interrogation, nous examinerons la vision poétique du monde que livre le poète, puis nous étudierons comment le poète s’y prend pour métamorphoser le monde. Enfin nous verrons qu’il peut créer un univers où tout n’est que poésie.

Le poète et sa vision du monde

Bashō est un poète japonais du XVIIe siècle. Il a écrit plus de deux mille haïkus et est considéré comme l’inventeur de cette forme de poésie.

bannière definition

Définition

Haïku :

Un haïku est un petit poème japonais composé de trois vers. Le premier et le dernier vers sont composés de 5 syllabes et celui du milieu de 7 syllabes. Il retranscrit la beauté d’un instant court mais intense.

Voici un exemple d’un haïku de Bashō.

« La rosée s’égoutte
pour un peu l’on voudrait rincer
le monde flottant »

Ce haïku propose une vision poétique de la nature. Il évoque la douceur d’un instant où le poète contemple la rosée. Le premier vers expose un fait compréhensible pour le lecteur : « La rosée s’égoutte ». Mais l’expression du vers suivant « rincer le monde flottant » ne signifie rien de concret, il est donc impossible pour le lecteur de se figurer précisément la scène décrite.
On bascule alors dans la poésie car le lecteur est laissé libre d’imaginer la scène comme il le souhaite, en se laissant porter par les émotions qu’éveille chez lui ce poème. Le champ lexical de l’eau avec « rosée », « s’égoutte », « rincer » et « flottant » apporte par exemple une certaine douceur.

La vision poétique de l’artiste peut parfois s’exprimer de manière inattendue, surprenant alors le spectateur. On peut penser par exemple au tableau de Magritte intitulé La Trahison des images.
Il s’agit d’une peinture représentant une pipe en bois sur un fond marron clair. Sous le dessin, on peut lire la phrase suivante : « Ceci n’est pas une pipe ».

Il y a évidemment, à première vue, un paradoxe entre la phrase écrite sous le tableau et la représentation de ce qui parait être une pipe.

bannière definition

Définition

Paradoxe :

Un paradoxe est un fait, une chose qui semble défier la logique.

Cette œuvre suggère qu’il n’existe pas qu’une seule réalité car le réel peut être interprété. En effet, même si le tableau représente une pipe de façon réaliste, ce n’est pas une pipe mais seulement l’image d’une pipe : on ne peut pas la fumer ni la tenir dans ses mains.

Cette explication du tableau de Magritte est la plus évidente mais d’autres interprétations sont possibles. L’artiste laisse au spectateur la liberté d’interpréter son œuvre.

bannière à retenir

À retenir

Ainsi, le poète livre son interprétation du réel, celle qui lui est propre. Elle est teintée de ses sentiments, de sa personnalité, et c’est ce qui en fait une œuvre poétique.

La transfiguration du réel

bannière definition

Définition

Transfiguration :

La transfiguration est le changement d’une forme à une autre.

Le poète crée une distorsion, une déformation du réel en partant de la description d’un objet du quotidien.

Jacques Réda est un poète du XXe siècle connu pour sa poésie dite « imaginative ». « La bicyclette », poème écrit en 1989, est issu du recueil Retour au calme.

Le poète décrit ici un vélo, objet banal qu’il transforme grâce à sa poésie.

« Passant dans la rue un dimanche à six heures, soudain,
Au bout d’un corridor fermé de vitres en losange,
On voit un torrent de soleil qui roule entre des branches
Et se pulvérise à travers les feuilles d’un jardin,
Avec des éclats palpitants au milieu du pavage
Et des gouttes d’or en suspens aux rayons d’un vélo.
C’est un grand vélo noir, de proportions parfaites,
Qui touche à peine au mur. Il a la grâce d’une bête
En éveil dans sa fixité calme : c’est un oiseau.
[…]
Parfois un chien aboie ainsi qu’aux abords d’un village.
[…]
La bicyclette vibre alors, on dirait qu’elle entend.
Et voudrait-on s’en emparer, puisque rien ne l’entrave,
On devine qu’avant d’avoir effleuré le guidon
Éblouissant, on la verrait s’enlever d’un seul bond
À travers le vitrage à demi noyé qui chancelle,
Et lancer dans le feu du soir les grappes d’étincelles
Qui font à présent de ses roues deux astres en fusion. »

Un cadre réaliste

Le vélo se trouve sur le passage du poète. On observe un côté narratif : le poète décrit le vélo et le cadre. Il parle d’un « grand vélo noir », et énumère ses composants : un « guidon », des « roues » et des « rayons ».

L’emploi de l’article indéfini « un » renforce l’aspect banal de ce vélo.

Le cadre de la scène est décrit : le poète se trouve dans une « rue » et aperçoit le vélo « au bout d’un corridor fermé de vitres en losange ». Les termes « jardin » et « pavage » renforcent la précision de cette description.

L’emploi de vers libres amplifie le côté réaliste du poème qui fait presque penser à un roman.

bannière definition

Définition

Vers libres :

Un vers libre est un vers écrit sans régularité particulière. Le poème en vers libres n’obéit à aucune règle : il n’a ni rimes, ni strophes ni vers réguliers.

La métamorphose du vélo

Dans ce cadre réaliste, le vélo semble ensuite se transformer sous la plume du poète. Le lecteur comprend que c’est le pouvoir du poète qui va en faire un objet extraordinaire.

Jacques Réda animalise le vélo.

bannière definition

Définition

Animalisation :

Une animalisation est une figure de style qui consiste à attribuer des caractéristiques animales à un objet ou une personne.

Le vélo semble prendre vie, il est capable de faire un « bond » et est qualifié de « bête ».

  • Il fait alors penser à un félin ou une bête sauvage : il est « vivant ».

Cette animalisation se poursuit avec le vers « En éveil dans sa fixité calme : c’est un oiseau », métaphore de la liberté.

On peut remarquer une progression dans la transformation du vélo par le poète.

  • Dans un premier temps, le poète fait une description en utilisant les termes propres au vélo dans un cadre réaliste.
  • Puis, le vélo se métamorphose en animal, il « vibre ».
  • Enfin, le poème se termine en apothéose.
bannière definition

Définition

Apothéose :

Dans la Grèce antique, une apothéose était la transformation d’un mortel en dieu. Aujourd’hui, ce terme désigne une fin brillante, époustouflante.

En effet, on peut relever à la fin du poème les champs lexicaux de la lumière et du cosmos avec les termes « éblouissant », « étincelles », « feu », « astres » et « fusion ».

bannière à retenir

À retenir

Le poète parvient à transfigurer le réel à partir de la description d’un objet du quotidien.

Il contemple le monde et en révèle au lecteur l’éclatante beauté à travers sa rêverie poétique.

Mais si le poète est capable de métamorphoser un objet du quotidien, il peut aussi créer un univers.

La création d’un monde

Big Fish est un film de Tim Burton sorti en 2003.

Edward Bloom, le personnage principal, a toujours raconté des histoires fantastiques sur sa vie, tant et si bien qu’il est devenu « impossible de séparer la fiction de la réalité, l’homme du mythe » comme le dit son fils. À travers ses histoires, Edward Bloom a créé son propre univers, peuplé de géants, de sorcières ou encore de loups-garous.

Son fils voudrait apprendre à mieux le connaître. S’il appréciait autrefois les histoires de son père, formidable conteur, il souhaiterait désormais savoir qui il est en réalité. Il le compare au père Noël et le qualifie de « charmante imposture ».

bannière definition

Définition

Imposture :

Une imposture est une tromperie.

bannière à retenir

À retenir

Le film retrace donc la vie d’Edward Bloom, ou plutôt la vision qu’il souhaite en garder et montrer aux autres.

Cependant, on découvre à la fin du film que les histoires du héros s’inspiraient tout de même de la réalité puisque les personnages existent bel et bien. Ils ont simplement été modifiés, exagérés ou romancés.

  • Par exemple, le géant n’est en fait qu’un homme très grand.

À la manière d’un poète, Edward Bloom transforme le réel. Le film de Tim Burton peut être considéré comme une allégorie.

bannière definition

Définition

Allégorie :

Une allégorie est une figure de style qui consiste à exprimer une idée par une métaphore et son développement. Un récit allégorique est donc une histoire destinée à faire comprendre une idée.

Big Fish pose la question de la limite entre le réel et l’imaginaire.
En effet, le rôle de la poésie est de créer de l’illusion. Elle pourrait donc être associée au mensonge. Mais l’hypothèse que pose finalement le film de Tim Burton est que la vérité peut se cacher dans le rêve. En effet, c’est quelquefois en ayant recours à l’imaginaire que l’on parvient à décrire le réel avec justesse.

Conclusion :

Le poète prend donc appui sur le réel et sur sa sensibilité pour proposer une vision poétique du monde. Il va jusqu’à transformer la réalité et créer un monde imaginaire. Mais la création de cet univers poétique est bien plus ancrée dans le réel qu’on ne pourrait le croire, car c’est pour refléter la réalité dans toutes ses dimensions que le poète a recours aux symboles et aux images. C’est l’union des sentiments du poète et de la description du réel qui crée la vision poétique.