Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Le Mariage de Figaro, Beaumarchais : Le valet, personnage central de la comédie

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Le valet dans la comédie avant la naissance de Figaro

  • La « nouvelle comédie » de Ménandre (vers 340 av. J.-C. - 292 av. J.-C.) met des esclaves au cœur de l’intrigue.
  • Les comédies de Ménandre inspireront l’Amphytrion de Plaute (vers 254 av. J.-C. - 184 av. J.-C.) et le personnage de Sosie.
  • Les ressemblances entre le faux (Mercure déguisé en Sosie) et le vrai esclave (Sosie lui-même) créent des effets comiques reposant sur le quiproquo.
  • Cette pièce a été reprise
  • par Molière sous le même titre d’Amphytrion (1668) ;
  • par Giraudoux sous le titre Amphitryon 38 (1939).
  • Dans la comédie antique, l’esclave est un archétype : il est d’emblée identifiable par son langage, ses vêtements, le rôle qui lui est attribué.
  • L’esclave devient valet dans la commedia dell’arte.
  • Ce théâtre reprend les types comiques de la « nouvelle comédie » antique : les personnages y portent des habits et des masques aussitôt identifiables.
  • Les valets (ou zanni) tirent leur vis comica de leur stupidité ou, au contraire, de leur ruse.
  • Le théâtre de Molière fait la part belle aux valets en s’inspirant à la fois de la comédie antique, de la farce médiévale et de la commedia dell’arte.
  • Ces domestiques n’ont que rarement des fonctions précises à accomplir dans la maison.
  • Ils sont surtout caractérisés par leur proximité, voire leur familiarité, avec leur maître respectif.
  • Sortis du carcan des archétypes, ils ont leur caractère propre.
    Mais leurs points communs sont :
  • d’être au courant de tout ;
  • de dire ce qu’ils pensent ;
  • d’entreprendre des actions très souvent en opposition avec celui auquel ils devraient normalement obéissance.
  • Ils se divisent toutefois en deux catégories, comme dans la comédie italienne : les idiots et les vifs d’esprit, souvent fourbes.

Les causes de la permanence des valets dans le théâtre comique

  • La permanence des valets au théâtre s’explique bien sûr par leur fonction comique.
  • Elle naît de la relation ambivalente qui se crée entre le valet et le spectateur.
  • quand le valet fait preuve de bêtise et de maladresse, le spectateur rit de son idiotie ;
  • quand, au contraire, le valet triomphe des obstacles par son intelligence ou sa rouerie, le spectateur s’identifie au héros et rit de contentement.
  • Le valet symbolise alors les aspirations de tout un chacun pour une société juste dans laquelle les faiblesses sont punies et les qualités récompensées.
  • Les valets accomplissent ainsi la devise latine Castigat ridendo mores.
  • Les six types de comique sont d’ailleurs déclinés par les valets.
  • La persistance des personnages de serviteurs dans le théâtre s’explique également par le long maintien d’une société fondée sur de forts rapports hiérarchiques inégalitaires.
  • En France, c’est la Révolution de 1789 qui renversera l’Ancien Régime. Dès lors, le théâtre, en prise avec les réalités sociales, évoluera en parallèle.
  • Annonciateur de ces transformations, le valet dans le théâtre du XVIIIe siècle devient un personnage contestataire et critique d’un certain ordre social.
  • Il s’émancipe et porte en germe les idées des Lumières en dénonçant notamment les abus de pouvoir.
  • Dans le Mariage de Figaro, Beaumarchais montre la frivolité et le libertinage d’une société décadente représentée par le comte Almaviva.
  • Quant à Figaro, il est doué d’une vraie psychologie.

Figaro

  • Le personnage de Figaro est une création de Beaumarchais.
  • On voit en lui l’influence marquée du roman picaresque.
  • Cette influence apparaît nettement dans le monologue de l’acte V, scène 3 où le valet résume les principaux épisodes de son existence et énumère ses différentes activités.
  • Contrairement à beaucoup de valets de théâtre, Figaro a des fonctions auprès de son maître qui sont nettement définies.
  • Si beaucoup d’événements de sa vie ne sont connus du spectateur que par ce que Figaro lui-même en dit, son passé proche a été représenté sur scène (cf. Le Barbier de Séville).
  • Le public a donc vu le personnage évoluer et s’étoffer de la première à la deuxième pièce.
  • Cette récurrence de Figaro l’ancre dans le temps, l’éloignant ainsi de stéréotypes, et lui donne une épaisseur psychologique et humaine.
  • S’il était l’adjuvant d’Almaviva dans le Barbier, il devient ici son opposant : cette situation va permettre au valet de faire montre de son inventivité.
  • Beaumarchais qualifie d’ailleurs son héros de « machiniste ».
  • Le déroulement de l’intrigue tient en effet à la capacité de Figaro d’inventer des moyens de se tirer d’affaire ou de parvenir à ses fins.
  • Le valet a donc une fonction dramatique cruciale.
  • Dans la scène 2 de l’acte II, Figaro a déjà tout manigancé quand il expose son plan à Suzanne et à la Comtesse :
  • l’emploi répété du verbe « faire » ;
  • mais également l’emploi du futur proche ;
  • du présent à valeur de futur ;
  • ainsi que des impératifs, souligne son rôle d’organisateur et de metteur en scène.
  • L’action est donc le maître mot de Figaro.