Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Les États-Unis : rôle mondial, dynamiques territoriales

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Les États-Unis sont l’un des pays les plus influents et les plus puissants du monde. Il faut savoir que les États-Unis sont la première économie mondiale depuis 1945, ils représentent donc 70 ans de domination sans partage.

Pour étudier ce géant économique et diplomatique, nous verrons d’abord en quoi les États-Unis sont une superpuissance à l’échelle de la planète, puis étudierons son territoire, largement inscrit dans la mondialisation.

Les États-Unis, superpuissance mondiale

Puissance économique

  • Les États-Unis ont une population de 313 millions d’habitants (dont, 83 % de population urbaine), soit 4,5 % de la population mondiale.
  • L’espérance de vie est de 78 ans, et l’Amérique du Nord est au 3e rang mondial pour l’indice de développement humain.
  • Le PIB global est de 17 000 milliards de dollars, soit un PIB par habitant de 54 000 dollars, là où le PIB chinois ne s’élève qu’à 6 000 dollars par habitant.
bannière attention

Attention

Ces richesses ne sont pas réparties équitablement dans la population, puisque 10 % des plus pauvres ne possèdent que 2 % de la richesse, alors que 10 % des plus riches en possèdent 30 %.

La structure du PIB donne un aperçu du niveau de productivité des différents secteurs de l’économie.

  • Agriculture : 1,2 % du PIB.
  • Industrie : 18 % du PIB.
  • Tertiaire : 80,8 % du PIB.

La structure de la population active (c’est-à-dire les Nord-Américains qui travaillent) montre une société postindustrielle avancée, centrée sur les services :

  • Agriculture : 0,7 % de la population active.
  • Industrie : 23 % de la population active.
  • Tertiaire : 76,3 % de la population active.

Les États-Unis représentent 15 % des importations mondiales et 9 % des exportations mondiales.

Les États-Unis sont une puissance financière considérable, avec une monnaie internationale, le dollar. La bourse de New York, Wall Street, est la plus puissante du monde toutes transactions confondues. La bourse de Chicago est également la plus puissante du monde pour les produits agricoles.

  • Les plus grandes transnationales du monde sont nord-américaines : Walmart Stores pour la distribution, Exxon Mobil pour le pétrole, General Electric pour l’énergie, ou encore Ford pour l’automobile.

Les États-Unis sont une puissance agricole, avec l’agriculture la plus performante du monde. Ils possèdent un territoire immense avec des terres et des climats extrêmement variés ce qui permet de produire tout type de produits, et en grande quantité.

  • La recherche agronomique et les biotechnologies liées à la recherche animale et végétale sont employées pour atteindre les meilleurs rendements possibles, avec des OGM par exemple.

Les États-Unis sont également un géant énergétique, puisque le pays est le premier producteur mondial d’hydrocarbures (pétrole et gaz), de nucléaire civil, d’hydroélectricité, de charbon et de gaz de schiste. Les choses sont similaires dans le domaine des matières premières et de l’extraction des minerais.

La puissance industrielle est, elle, en net recul si on la compare aux années 1960-1970. Les États-Unis restent toutefois dans les premiers rangs mondiaux grâce aux productions dans l’aéronautique (Boeing), l’aérospatiale, l’automobile (Ford) et l’informatique (Microsoft).

Hard et soft power

Les États-Unis sont aussi une hyperpuissance militaire. Le budget de la défense est de 5 % du PIB, le plus élevé du monde.

Grâce à l’armement atomique, l’armée conventionnelle, la marine de guerre, et un grand nombre de bases militaires en dehors du territoire, ils peuvent frapper n’importe où. La technologie militaire de pointe leur permet d’être en avance sur de nombreux pays, avec par exemple les drones.

bannière à retenir

À retenir

C’est le hard power des États-Unis : la capacité à régler par la force de nombreux problèmes mondiaux et ainsi défendre leurs intérêts.

On peut voir sur cette carte l’omniprésence militaire américaine.

Géographie terminale La présence militaire américaine dans le monde La présence militaire américaine dans le monde

C’est également une puissance technologique mondiale. Les plus grands centres de recherche associés aux universités de renommée mondiale ont une capacité de recherche inégalée.

  • Harvard, la Silicon Valley et le MIT sont les plus connus.

Les États-Unis attirent les meilleurs chercheurs du monde entier, c’est ce que l’on appelle le brain-drain , littéralement le « drainage des cerveaux ». Cette opportunité leur permet de « truster » les prix Nobel, les dépôts de brevets et licences du monde entier.

Les États-Unis sont aussi une puissance culturelle. La langue anglaise, le cinéma, les séries télévisées, la musique, la littérature, la nourriture, les modes vestimentaires : c’est tout le mode de vie américain qui s’exporte. Cela s’accompagne d’une puissance médiatique mondiale avec des réseaux et des agences de communication dans le monde entier.

bannière à retenir

À retenir

C’est le soft power américain, la puissance diffusé « en douceur » par sa culture.

Le pouvoir d’attraction de la société américaine vient aussi de son modèle démocratique et de son ouverture sur les apports extérieurs. Le rêve américain fonctionne encore sur des millions d’immigrants, notamment latino-américains.

Les États-Unis restent les leaders du monde occidental. Leur puissance se manifeste par leur poids dans les institutions internationales :

  • les États-Unis financent plus d’un quart du budget de l’ONU ;
  • ils ont un siège permanent au Conseil de Sécurité avec droit de véto et ils en usent très volontiers pour imposer leur politique et leur vision du monde ;
  • le siège de l’ONU, c’est tout un symbole, est d’ailleurs à New York ;
  • le siège du FMI (Fonds monétaire international) est également présent sur le territoire américain puisqu’il se situe à Washington ;
  • ils pèsent aussi lourdement sur les choix de l’OMC, Organisation mondiale du commerce, et donc sur les politiques économiques menées au niveau mondial.

géographie terminale Les États Unis, puissance économique mondiale, plaque tournante de la mondialisation Les États Unis, puissance économique mondiale, plaque tournante de la mondialisation

Une puissance contestée

Mais les États-Unis sont aussi une puissance contestée qui doit faire face à une concurrence de plus en plus féroce et aux conséquences de ses choix économiques.

Les États-Unis sont très concurrencés par la Chine, notamment sur la production manufacturière, et par les pays émergents de manière générale.

bannière à retenir

À retenir

À l’intérieur du pays, la crise de 2008 a laissé beaucoup de traces et la société américaine a dû faire face au chômage et aux baisses de productions.

Les effets néfastes de l’industrie et de l’agriculture sur l’environnement sont bien réels et, à long terme, ils pourraient remettre en cause ce modèle économique.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 et les interventions qui ont suivi en Iraq et en Afghanistan, ils sont menacés un peu partout dans le monde. Les pratiques d’incarcération hors de tout contrôle judiciaire à la prison de Guantanamo, zone de non droit sur une base américaine à Cuba, n’améliorent pas leur image internationale.

  • Le monde évolue vers un rééquilibrage et la position américaine risque de ne plus être aussi prépondérante.

Un territoire maîtrisé et intégré dans la mondialisation

Caractéristiques du territoire

Plus de 9 millions de kilomètres carrés, des distances colossales avec 4 500 kilomètres à vol d’oiseau d’Est en Ouest, 2 500 kilomètres du Nord au Sud…

  • Les États-Unis forment presque à eux seuls un continent.

Un bon tiers du territoire est occupé à l’Ouest par les montagnes Rocheuses, avec des sommets à plus de 4 000 mètres d’altitude, d’immenses plaines au centre et une chaîne de montagne modeste à l’Est avec les Appalaches.

Ce territoire possède une multitude de climats parfois extrêmes. Ceci est dû à la disposition des reliefs américains qui ne protègent pas le territoire des influences du Grand Nord canadien ni des influences tropicales venues du Sud. Rocheuses et Appalaches amoindrissent les influences océaniques qui modèrent les excès climatiques.

  • Typhons, tornades, températures extrêmes : le territoire américain est soumis à de véritables aléas climatiques.

Le sol américain se découpe en trois territoires assez distincts.

  • Le cœur du territoire se situe sur la façade du Nord-Est et autour des Grands Lacs.

Cœur historique des 13 premières colonies, on y trouve les centres décisionnels économiques, politiques et militaires comme New York, Washington ou Chicago.

Les sièges sociaux des plus grandes entreprises y sont implantés. Agriculture, industries en reconversion, tertiaire supérieur et recherche développement y sont tous bien ancrés. On y trouve des clusters, territoires où sont implantés de nombreuses entreprises et centres de recherche travaillant sur un même produit pour être plus efficaces. Frontière ouverte avec le Canada, interface avec l’Union européenne, une des façades maritimes les plus actives du monde, tels sont les atouts du cœur américain. Cependant beaucoup de villes ne parviennent pas à se reconvertir et certaines sont mêmes en faillite.

  • Exemple : Detroit, ancienne capitale mondiale de l’automobile, abrite aujourd’hui de nombreuses friches industrielles. Vers 1960, Detroit avait 2 millions d’habitants, aujourd’hui la population est de 700 000 habitants.

Les populations du Nord-Est quittent cette région pour des raisons d’emploi, de délocalisations et d’héliotropisme.

  • Autre grande région, la Sun Belt, ceinture du soleil, part du sud de Washington, passe par Atlanta et remonte toute la côte ouest.

Alt texte La Sun Belt aux États-Unis

  • La Californie est le premier État de l’union pour sa capacité économique.

Elle abrite des industries de pointes en aérospatiale, aéronautique ou encore en informatique. Son agriculture se caractérise par une très haute valeur ajoutée avec ses vignes, ses fruits et légumes et son industrie agroalimentaire. L’industrie du cinéma implantée à Hollywood, dans la banlieue de Los Angeles, est la première au monde pour toutes les productions audiovisuelles. Premier État de l’union pour son tourisme, la Californie possède une façade maritime tournée vers l’Asie et une frontière terrestre avec le Mexique.

  • La Floride est un des États les plus en pointe de la Sun Belt.

Aérospatiale, aéronautique et industrie traditionnelle côtoient une agriculture liée au climat tropical avec agrumes et fruits. C’est un État très touristique, Miami étant le départ des croisières les plus chères du monde autour des Caraïbes. La Floride possède une façade maritime tournée vers les Caraïbes et l’Union européenne.

  • Le Texas possède aussi de nombreux atouts.

L’agriculture y est très diversifiée et compétitive, et l’industrie de l’informatique est bien implantée à Dallas. C’est l’extraction du pétrole sur terre et en offshore qui domine l’économie texane. Le port de Houston est un des plus grands ports du monde car bien placé dans l’interface avec les Caraïbes et l’Amérique latine.

  • L’État de Washington au Nord-Ouest (à ne pas confondre avec la capitale du pays) où se situe Seattle, est également très actif.

Actif grâce à Microsoft pour l’informatique et Boeing pour l’aéronautique, l’État de Washington est bien placé avec une frontière ouverte sur le Canada et une interface maritime avec l’Asie.

  • Pour le reste de la Sun Belt, il reste la région du « Vieux Sud » autour d’Atlanta.

Le « Vieux Sud » se revitalise car il reçoit des délocalisations venues du Nord-Est. Son agriculture s’est diversifiée et son agroalimentaire, avec le siège de Coca Cola à Atlanta se porte très bien.

bannière à retenir

À retenir

La Sun Belt rééquilibre le territoire américain sur de nombreux plans : populations, industrie et tertiaire.

  • La diagonale du vide comporte les Rocheuses et les grandes plaines. On y rajoute les deux États excentrés que sont l’Alaska et Hawaï.

C’est l’agriculture et l’élevage extensif qui y dominent, ainsi que l’extraction des matières premières et l’exploitation de certains gisements énergétiques. On y trouve une forme de tourisme de sports d’hiver et des découvertes paysagères comme les grands parcs nationaux ou les grands canyons. Il n’y a que peu de grandes villes et la densité de population y est très faible.

L’Alaska est connu pour son pétrole et sa pêche ; Hawaï pour son tourisme et sa base militaire en plein Pacifique.

bannière à retenir

À retenir

Le territoire américain est maîtrisé et son exploitation est maximisée par un réseau de transport et de communication unique au monde, par sa capacité à faire circuler tout et très vite.

Un territoire de réseaux

Les réseaux de transport américains sont les plus développés et les plus denses du monde. Routes, autoroutes, canaux, fleuves navigables, voies de chemin de fer, transport aérien : le territoire américain est tout simplement le mieux desservi au monde. Les territoires de production sont très bien reliés aux territoires de consommation.

  • Le fleuve Mississipi en est un bon exemple. Des bateaux à fort tirant d’eau remontent le Mississipi, relié aux Grands Lacs par d’immenses canaux.

Le Canada et le golfe du Mexique sont donc reliés, et c’est une voie majeure du transport fluvial américain. De même, la côte est est longée par des canaux qui relient Boston au nord-est, non loin du Canada à Corpus Christi au sud-est, près de la frontière mexicaine.

Les façades maritimes sont très bien aménagées. Sous l’effet de la mondialisation, le nombre de ports fluviaux et maritimes d’importance internationale est impressionnant. On assiste à une littoralisation des activités humaines sur le territoire américain. La façade maritime atlantique, plus ancienne, et la façade ouest pacifique sont des interfaces majeures de la planète. La façade du golfe du Mexique est aussi une façade majeure en interface avec l’espace Caraïbes et l’Amérique latine.

bannière à retenir

À retenir

Le réseau des villes américaines est très dense. On assiste à une métropolisation de la population américaine, c’est-à-dire l’accroissement phénoménal des plus grandes villes au détriment des villes petites et moyennes. Plus d’un habitant sur deux vit aujourd’hui dans une ville de plus d’un million d’habitants.

Relations régionales

L’ALENA, Accord de libre-échange nord-américain entre le Canada, les USA et le Mexique, a redistribué les cartes du territoire. Les régions transfrontalières deviennent des régions majeures. La région de Seattle/Vancouver se développe et s’interpénètre, de même pour la région des Grands Lacs et tout le Nord-Est des États-Unis et du Canada.

Le « Mexamérique » est la région frontalière entre les USA et le Mexique. Sur cette frontière se trouvent les « maquiladoras », des entreprises de montage qui font travailler la main d’œuvre mexicaine déclarée ou clandestine. Les États de la frontière mènent une politique très souple sur le plan de la législation du travail : le taux d’imposition et le taux de syndicalisation y sont très faibles.

  • Les immigrés s’y massent pour y travailler et surtout pour traverser la frontière vers les États-Unis. De nombreux trafics y sont présents notamment celui de la drogue, ce qui en fait la frontière la plus violente et la plus meurtrière de la planète.

Conclusion :

Les États-Unis sont, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la seule grande superpuissance. Les USA s’imposent comme leader dans tous les secteurs : économie, industrie, agriculture, puissance militaire ou culture. Ils peuvent donc imposer leur vision et faire respecter leurs intérêts dans le monde entier.

Les USA, c’est aussi un pays à l’échelle d’un continent, parfaitement intégré dans la mondialisation, et qui abrite plusieurs villes-mondes. L’implantation des industries et de l’économie n’est néanmoins pas uniforme à l’intérieur du pays, et les États de la Sun Belt semblent tirer au mieux leur épingle du jeu.