Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Transferts thermiques

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Modes de transfert thermique

Conduction Un transfert thermique par conduction se fait par contact direct sans déplacement macroscopique de matière. Il est dû à une différence de température dans le milieu. Il s’effectue majoritairement dans les solides.
Convection Un transfert de thermique par convection est propre aux systèmes fluides, il se fait par déplacement macroscopique de matière au sein d’un fluide. Il est dû à une différence de température dans le milieu. Il s’effectue dans les liquides et gaz.
Rayonnement Ce transfert thermique correspond à l’énergie thermique échangées par émission ou absorption de rayonnement électromagnétique émis par tout corps quelle que soit sa température. Il a lieu en l’absence de milieu matériel.

Flux thermique et résistance thermique

  • Le flux thermique Φ\Phi (en W\text{W}) se définit par la quantité d’énergie QQ (en J\text{J}) transférée sous forme de chaleur au sein d’un système ou entre différents systèmes pendant une durée Δt\Delta t (en s\text{s}). Φ=QΔt\Phi=\dfrac{Q}{\Delta t}
  • La résistance thermique RthR{\text{th}} (en KW1\text{K}\cdot \text{W}^{-1}) d’un milieu quantifie son aptitude à s’opposer au flux thermique Φ\Phi (en W\text{W}). Rth=T1 T2Φ R{\text{th}} = \dfrac{T1-\ T2}{\Phi} Avec T1T1 et T2T2 les températures des deux isothermes en K\text{K}.
  • Pour une même variation de température, plus la résistance thermique d’un corps est élevée moins la quantité d’énergie transférée sous forme de chaleur qui le traverse est grande.
  • La résistance thermique RthR{\text{th}} (en KW1\text{K}\cdot \text{W}^{-1}) d’une paroi dépend de son épaisseur ee (en m\text{m}), de l’aire de la surface SS (en m2\text{m}^2) et de la conductivité thermique λ\lambda (en Wm1K1\text{W}\cdot \text{m}^{-1}\cdot \text{K}^{-1}) du matériau qui la constitue. Soit : Rth=eλ×S R{\text{th}} = \dfrac{e}{\lambda \times S}

Alt texte

Évolution temporelle de la température d’un système au contact d’un thermostat

  • Un thermostat est un système fermé, ayant une température constante, capable d’échanger de l’énergie sous forme de transferts thermiques.
  • La loi phénoménologique de Newton permet de rendre compte des transferts conducto-convectifs entre un corps et le milieu extérieur.
  • Les transferts thermiques entre un corps (généralement solide) et son milieu extérieur (fluide) suivent la loi phénoménologique de Newton si le flux thermique Φ\Phi qui transite à travers la surface SS du corps est proportionnelle à l’écart de température entre celle de la surface du corps et celle de l’extérieur pendant une durée tt.

Φ(t)=h×S×(T0T(t))\Phi(t) = h\times S\times (T_0 - T(t))

  • Avec :
    hh le coefficient de transfert thermique ou coefficient de Newton en Wm2K1\text{W}\cdot \text{m}^{-2}\cdot \text{K}^{-1} ;
    T0T_0 la température du système en K\text{K} ;
    T(t)T(t) la température du milieu extérieur en K\text{K} à la date tt.
  • Pour modéliser l’évolution temporelle de la température de notre thermostat, il faut établir un bilan d’énergie pour trouver l’équation différentielle suivante : dT(t)dt+T(t)τ=T0τ\dfrac{\text{d} T(t)}{\text{d}t}+\dfrac{T(t)}{\tau} =\dfrac{T0}{\tau} Avec τ=mcmh×S\tau=\dfrac{m cm}{h\times S}, la constante de temps.
  • La solution de l’équation différentielle qui nous donne l’évolution temporelle de la température du thermostat est donc :

T(t)=(T0T)etτ+TT(t)=(T_0-T _{\infty})\text{e}^{-\frac{t}{\tau}}+T_{\infty}

Transfert thermique par rayonnement : bilan thermique du système {Terre, atmosphère}

  • Relation de Stefan-Boltzmann :
    La température TT (en K\text{K}) de ce corps et le flux thermique surfacique φ\varphi (en Wm2\text{W}\cdot \text{m}^{-2}) émis sont liés par la relation de Stefan-Boltzmann :

φ=σT4\varphi = \sigma T^4

  • Avec σ\sigma la constante de Stefan-Boltzmann avec σ=5,67×108 Wm2K4\sigma = 5,67\times10^{-8}\ \text{W}\cdot \text{m}^{-2}\cdot \text{K}^{-4}.
  • Le rayonnement thermique peut se propager dans le vide.
  • La Terre reçoit du Soleil un rayonnement solaire incident dont le flux thermique surfacique moyen φS\varphi_{\text{S}}. Lorsque ce rayonnement atteint la Terre, une partie du flux en est absorbée, tandis qu’une autre est réfléchie par la couche terrestre et par l’atmosphère qui sera diffusée vers l’espace. On appelle ce phénomène l’albédo. Une diminution de l’albédo terrestre conduit à une diminution du flux réfléchi puisque le flux incident est relativement constant.
  • Ceci a alors pour conséquence une augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre.
  • En outre, le sol terrestre émet un rayonnement infrarouge, dont le flux thermique surfacique φT\varphi_T augmente avec la température et suit la relation de Stefan-Boltzmann.
    Une partie de cette puissance surfacique est absorbée par l’atmosphère, qui elle-même émet un rayonnement infrarouge vers le sol et vers l’espace : c’est l’effet de serre. Il est responsable d’une température plus élevée sur Terre. Ce flux thermique descendant vers la Terre vient alors s’ajouter au flux thermique solaire incident.
  • Une augmentation de la concentration en gaz à effet de serre dans l’atmosphère, conduit à une augmentation de la fraction de rayonnement réémis vers le sol. Ceci a alors pour conséquence une augmentation de la température moyenne de la surface terrestre (réchauffement climatique).

Alt texte