Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Une structure complexe : la cellule vivante

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/2
0 / 10
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

L’observation des cellules

  • Les cellules sont des structures microscopiques ; on ne peut pas les observer à l’œil nu.
  • Le premier microscope optique est conçu par le naturaliste Antonie van Leeuwenhoek, au XVIIe siècle.
  • Grâce à une lentille grossissante, il permet d’observer les cellules végétales.
  • Par la suite, l’invention du microscope à lentilles multiples permet d’augmenter les grossissements et la netteté des observations.
  • C’est ainsi que les premières bactéries sont observées à la fin du XIXe siècle.
  • La technologie du microscope électronique à transmission (MET) est basée sur l’utilisation d’ondes électromagnétiques.
  • Pouvant réaliser des grossissements très importants, le MET permet d’observer les composants de la cellule.
  • À l’échelle de l’ultrastructure cellulaire, de puissants microscopes ont ainsi mis en évidence la présence des organites.
  • Ces observations ont permis de constater l’unicité du monde du vivant et d’affirmer que tous les êtres vivants ont ainsi une origine commune, la cellule étant leur point commun.

La structure particulière des membranes cellulaires

  • La membrane plasmique de la cellule est composée de deux couches d’acides gras (lipides).
  • En présence d’eau, les acides gras s’associent entre eux pour que leur queue hydrophobe ne soit pas en contact avec l’eau.
  • Cette bicouche lipidique forme la structure de base de la membrane plasmique d’une cellule et lui confère son étanchéité.
  • Les protéines sont formées d’une succession d’acides aminés dont l’ordre est codé par l’ADN.
    Ces protéines s’insèrent entre les lipides de la bicouche en formant des canaux ou des récepteurs.
  • La membrane plasmique cellulaire a donc à la fois pour fonction d’isoler la cellule en formant une barrière étanche (acides gras), mais aussi de lui permettre d’interagir avec son milieu extérieur (protéines).