Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Britannicus, Jean Racine
Fiche de lecture

Contexte

Après trois pièces dont les sujets sont empruntés à l’Antiquité grecque, Racine écrit Britannicus, sa première tragédie historique et romaine. Il veut rivaliser avec Corneille sur son propre terrain. Inspirée de l’auteur latin Tacite, la pièce est une peinture réaliste et cruelle de la cour de Néron. Son enjeu principal est d’ordre politique, tandis que l’amour n’y occupe qu’une place secondaire : Racine se conforme ainsi à la vision de son rival Corneille qui considère que la tragédie exige « quelque grand intérêt d’État, ou quelque passion plus noble et plus mâle que l’amour, telle que l’ambition ou la vengeance ; et veut donner à craindre des malheurs plus grands que la perte d’une maîtresse » (Discours de l’utilité et des parties du poème dramatique, 1660).

Jean Racine

1669

Britannicus

Genre

Tragédie

Personnages

Néron : Néron est un empereur romain qui régna de 54 à 68. Il est le fils d’Agrippine.

Agrippine : Agrippine est la mère de Néron : elle favorisé son accession au pouvoir après la mort de l’empereur Claude, son second mari, qu’elle a épousé après la mort du père de Néron.

Britannicus : Britannicus est le fils de l’empereur Claude, né avant le mariage de celui-ci avec Agrippine : c’est lui qui aurait dû accéder au pouvoir après la mort de son père.

Junie : Junie est l’amante de Britannicus.

Narcisse : Narcisse, gouverneur de Britannicus, est en réalité le confident secret de Néron.

Burrhus : C’est le gouverneur de Néron. Il l’encourage à faire la paix avec sa mère et Britannicus.

Thèmes

Le pouvoir : Britannicus est avant tout l’exposé d’une lutte pour le pouvoir ; l’amour n’y fait que redoubler et renforcer la rivalité politique. Ainsi, l’enlèvement de Junie qui ouvre le drame est une mesure essentiellement politique destinée à déjouer les projets d’Agrippine. Ce n’est qu’à cette occasion, et accidentellement, que Néron s’éprend de la jeune femme.

La passion amoureuse : La passion amoureuse est représentée sous différentes variantes. En imaginant le couple Junie/Britannicus, Racine cherche à satisfaire son public, avide de sentiments tendres et prêt à s’émouvoir sur le sort d’amants aussi délicats que malheureux. Au contraire, la passion de Néron pour Junie prend la forme d’une pulsion soudaine, brutale et irrépressible.

Le mensonge et la dissimulation : À des degrés différents, tous les personnages de la pièce tiennent un discours ambigu ou dissimulent leurs véritables intentions. C’est Narcisse qui pousse à l’extrême cette attitude : il ment à tous les personnages, hormis Néron. Mais le mensonge et la dissimulation des uns et des autres se soldent systématiquement par un échec. Si la vérité est impossible à dire impunément, le mensonge se révèle toutefois inutile.

Résumé

Voilà trois ans que Néron gouverne avec sagesse l’Empire romain, lorsqu’une étrange action du prince sème le désarroi et l’inquiétude de son entourage : il fait enlever de nuit et conduire au palais Junie, une nièce d’Auguste promise au jeune Britannicus, ce fils de l’ancien empereur Claude écarté du pouvoir par les manœuvres d’Agrippine. Néron souhaite l’épouser. Il finit par faire empoisonner son rival.

Acte I

Néron vient d’enlever Junie, promise à Britannicus, le fils de l’empereur défunt Claude, qu’Agrippine, la mère de Néron, a écarté du pouvoir au profit de son fils. Cette dernière, apprenant que Néron veut la renvoyer, propose à Britannicus une alliance.

Acte II

Néron apprend par Narcisse que Junie et Britannicus s’aiment. Il déclare alors à la jeune femme qu’il veut l’épouser, après avoir répudié sa femme Octavie. Il lui ordonne de rompre avec Britannicus tandis qu’il les observera, caché dans la même pièce. Britannicus arrive et confie à son amante son espoir de reprendre le pouvoir, avec notamment le nouveau soutien d’Agrippine. Il prend pour de la froideur la réaction de Junie qui, sachant que Néron les écoute, essaie de dévier ses propos.

Acte III

Junie parvient à se réconcilier avec Britannicus en lui révélant qu’elle a agi sous la contrainte de Néron. Ce dernier les surprend. Britannicus s’oppose violemment à l’empereur qui le fait arrêter.

Acte IV

Néron reproche à Agrippine l’aide qu’elle semble apporter à son rival Britannicus. Celle-ci dément avec véhémence cette accusation. Son fils paraît alors convaincu de sa loyauté et lui propose une réconciliation. Convaincu par Narcisse, il ne lui parle pas de ses véritables intentions : assassiner Britannicus. Burrhus tente de convaincre Néron de revenir sur cette décision, mais il est trop tard.

Acte V

Britannicus est empoisonné lors d’un festin auquel Néron l’a convié pour fêter leur réconciliation. Ce dernier se retrouve alors face à sa mère qui l’accuse sans détour du meurtre de Britannicus : il nie et laisse entendre qu’il s’agit d’une mort naturelle. Agrippine ne croit pas sa version. Elle prédit une fin tragique pour elle mais aussi pour son fils. Quant à Junie, elle s’enfuit et fait vœu de devenir une vestale pour échapper définitivement à Néron. Narcisse, qui tentait de l’arrêter, a été tué par le peuple protégeant la jeune femme devenue sacrée. Néron impuissant et désespéré a assisté à la scène.

Citation

« AGRIPPINE
Tout ce que j’ai prédit n’est que trop assuré :
Contre Britannicus Néron s’est déclaré ;
L’impatient Néron cesse de se contraindre ;
Las de se faire aimer, il veut se faire craindre.
Britannicus le gêne, Albine ; et chaque jour
Je sens que je deviens importune à mon tour. »

Vers 9 à 14, Acte I, scène 1

« AGRIPPINE
Toujours la tyrannie a d’heureuses prémices. »

Vers 39, Acte I, scène 1

Néron, à propos de Junie :
« NÉRON
Elle aime mon rival, je ne puis l’ignorer
Mais je mettrai ma joie à le désespérer. »

Vers 749-750, Acte II, scène 8

« JUNIE
Hélas ! dans cette Cour
Combien tout ce qu’on dit est loin de ce qu’on pense !
Que la bouche et le cœur sont peu d’intelligence !
Avec combien de joie on y trahit sa foi !
Quel séjour étranger et pour vous et pour moi ! »

Vers 1522-1526, Acte V, scène 1

« BURRHUS
C’est à vous à choisir, vous êtes encor maître.
Vertueux jusqu’ici, vous pouvez toujours l’être :
Le chemin est tracé, rien ne vous retient plus ;
Vous n’avez qu’à marcher de vertus en vertus.
Mais si de vos flatteurs vous suivez la maxime,
Il vous faudra, Seigneur, courir de crime en crime,
Soutenir vos rigueurs par d’autres cruautés,
Et laver dans le sang vos bras ensanglantés. »

Vers 1339-1346, Acte IV, scène 3