Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Isabelle, André Gide
Fiche de lecture

Contexte

Ce bref roman peu connu et peu lu aujourd’hui décrit la déchéance d’une famille dans un château de Normandie.

Quelques années plus tôt, en 1909, Gide a fait paraître La Porte étroite, premier de ses livres à lui rapporter un peu d’argent. Il a connu avant cela une assez longue période de passage à vide pendant laquelle il a très peu écrit. Deux ans après La Porte étroite, Gide publie un nouveau roman, Isabelle, dont la brièveté indique peut-être que l’auteur n’a pas encore retrouvé toute son inspiration.

Ce roman a été édité par la NRF, qui s’était alors associé avec Gaston Gallimard pour mettre en place une maison d’édition. Isabelle est le premier titre de leur catalogue.

André Gide

1911

Isabelle

Genre

Roman

Personnages

André Gide : La narration est d’abord entreprise par l’auteur lui-même, Gide, qui dit avoir visité les lieux avec ses amis Francis Jammes, un poète français, et Gérard Lacase, un personnage imaginaire. Celui-ci entreprend de raconter ce qu’il a vécu dans ce château.

Gérard Lacase : Il devient le narrateur de l’histoire. Au moment de son arrivée dans le château, c’est un jeune étudiant, connaissant peu la vie, et qui se laisse entraîner par son imagination et sa sensibilité.

M. et Mme Floche : M. Floche un vieil érudit dont la bibliothèque contient des documents très précieux. Il vit au château avec sa femme.

M. et Mme Saint-Auréol : Ils vivent également à Quartfourche. Ils ont beaucoup de sympathie pour Gérard Lacase.

Isabelle : C’est la fille des Saint-Auréol. Au début du roman, elle a disparu il y a plusieurs années de cela.

Casimir : Casimir est le fils d’Isabelle qu’elle a abandonné. C’est un enfant infirme.

L’abbé Santal : C’est le précepteur de Casimir.

Gratien : Fidèle domestique du château, il représente, avec Casimir, la figure de l’innocence.

Thèmes

L’amour et l’imaginaire : Isabelle est un roman d’amour qui explore les sentiments du narrateur. Le roman décrit d’abord son coup de foudre face au portrait d’Isabelle puis la fascination qui s’empare de lui. Ce qui pourrait être la description un peu attendue d’un amour romantique dans un château presque abandonné prend toute son originalité du fait que Gide fasse ici le récit d’un amour purement imaginaire.

Les codes du genre se retrouvent alors brouillés. Gide cultive soigneusement une atmosphère quelque peu fantastique dans ce château peuplé d’ombres et d’un enfant malade, et Isabelle, présence évanescente, a quelque chose d’un fantôme. Pourtant, ni la piste fantomatique ni la piste romantique ne sont valables.

On comprend alors que le roman porte sur l’imagination du narrateur et ses rêves juvéniles plutôt que sur la jeune femme éponyme. Le récit d’amour devient impossible dès lors que l’on découvre le contraste entre la beauté physique d’Isabelle et la médiocrité de son âme.

Résumé

Gérard Lacase, un jeune étudiant, prépare une thèse sur Bossuet et fait des recherches au château de la Quartfourche où sont conservés des documents importants. Vivent dans ce château isolé de tout M. Floche et sa femme, ainsi que le vieux couple de Saint-Auréol, un petit garçon infirme, son précepteur et plusieurs domestiques. Ils forment un groupe étrange et vivent retirés du monde, dans une grande solitude.

Le jeune homme apprend que le marquis de Saint-Auréol a une fille, Isabelle. Elle est la mère du petit garçon. Cette femme très belle a disparu il y a des années de cela, après que son fiancé ait été assassiné dans les jardins du château. L’esprit romanesque de Gérard Lacase invente des histoires aventureuses et tragiques concernant cette femme.

Isabelle est revenue en cachette au château pour rendre visite aux siens. Gérard Lacase l’aperçoit par hasard et en tombe aussitôt amoureux. Mais il ne réussit pas à lui parler.

Ses études le mènent finalement loin du château et sa vie reprend son cours. Longtemps après, il revient sur ces lieux. Le château est tombé à l’abandon, ses propriétaires étant morts, et il va être vendu. Enfin, il fait la connaissance d’Isabelle. Mais il se rend compte qu’elle n’est pas la figure romantique qu’il avait imaginée mais une simple aventurière qui s’était toujours débrouillée pour soutirer de l’argent à sa famille. Elle souhaite maintenant récupérer tout ce qu’elle peut de son héritage.

Citation

« J'ai presque peine à comprendre aujourd'hui l'impatience qui m'élançait alors vers la vie. À vingt-cinq ans je n'en connaissais rien à peu près, que par les livres ; et c'est pourquoi sans doute je me croyais romancier ; car j'ignorais encore avec quelle malignité les événements dérobent à nos yeux le côté par où ils nous intéresseraient davantage, et combien peu de prise ils offrent à qui ne sait pas les forcer. »

« Les pensées sont comme les fleurs, celles qu'on cueille le matin se conservent le plus longtemps fraîches. »

« Un mur de pluie me séparait du reste du monde, loin de toute passion, loin de la vie, m'enfermait dans un cauchemar gris, parmi d'étranges êtres à peine humains, à sang froid, décolorés et dont le cœur depuis longtemps ne battait plus. »

« Elle coupait ce récit d’interjections, il est vrai, récriminant contre le destin, et elle déplorait que dans ce monde la poésie et le sentiment eussent toujours tort ; mais je m’attristais de ne distinguer point dans la mélodie de sa voix les chaudes harmoniques du cœur. Pas un mot de regret que pour elle ! Quoi ! pensais-je, est-ce là comme elle savait aimer ?… »