Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Les Destinées, Alfred de Vigny
Fiche de lecture

Contexte

Les Destinées est publié en 1864, après la mort d’Alfred de Vigny. Dans ce recueil, sous-titré Poèmes philosophiques, le poète aborde la question de la destinée de façon poétique mais aussi en exposant des conceptions philosophiques et morales. En usant de symboles et d’analyses, Vigny montre comment la conscience humaine, d’abord esclave, peut s’affranchir et proclamer sa liberté. Néanmoins, sa philosophie reste pessimiste et aboutit à la résignation et à la pitié : il faut obéir passivement à la destinée.

L’œuvre manie avec intelligence symboles et réflexions, possède une clarté de composition qui l’a rendue populaire, et se fonde sur la tradition des moralistes classiques pour la dernière partie du recueil.

Alfred de Vigny

1864

Les Destinées

Genre

Poésie

Personnages

Le poète : Il apparait comme un penseur hanté par l’idée de la destinée.

Le loup : Il s’agit du loup des Pyrénées. Dans Les Destinées, la fable animale vient peu à peu s’intégrer à l’idée et se transforme en symbole. En comparaison avec l’animal, d’autant plus qu’il apparaît comme sauvage, l’homme de « nature plus noble » doit arriver à se dépasser et à braver ses malheurs.

Autres : D’autres personnages sont présents dans Les Destinées, inspirés de la mythologie, de la Bible, de la littérature ou encore de la vie du poète. Tous restent symboliques. On trouve par exemple Samson et Dalila, la comtesse Wanda et son amant, Éva (qui est en fait Marie Dorval, avec qui Vigny a eu une liaison).

Thèmes

La liberté : Malgré la destinée, l’homme doit atteindre sa liberté. Toujours aux côtés de la destinée, la liberté ne cesse d’accompagner l’individu tout au long de sa vie. Pourtant, le poète relève de la difficulté de l’homme à vivre libre et à se défaire du poids de cette destinée. L’homme reste victime du déterminisme, ce qui contraint son champ de liberté et d’action.

La destinée : Dans l’ouvrage, elle est ce qui est écrit depuis les premiers jours de la Création et ce contre quoi on ne peut rien faire. La force de la destinée et son influence sur la vie de l’individu est loin d’être négligeable. L’homme doit réussir à dépasser tout cela pour devenir libre. C’est le problème de la condition humaine qui se trouve soumise à la destinée.

Résumé

Les Destinées est un recueil classique de onze poèmes écrits en alexandrins.

C’est le premier poème, « Les destinées », qui donne son nom à l’ouvrage. Le poète se pose la question de la fatalité face à laquelle l’espérance et l’effort ne peuvent plus rien. Cette fatalité se rattache à une autre interrogation liée à la condition humaine et à son fardeau de misère.

« La maison du berger » porte l’épitaphe « À Éva » (Marie Dorval, avec qui le poète a une liaison). Le poète y parle d’amour et de compassion, louant la tendresse réciproque. Il n’oublie cependant pas les souffrances humaines qui l’entourent et le poète affirme ici sa mission de guide.

« La colère de Samson » évoque la traîtrise des femmes et la façon dont elles mènent l’amour vers l’échec.

« La mort du loup » décrit une chasse au loup, la nuit, dans laquelle le loup meurt de façon héroïque. Ce poème est une réflexion sur le sens de la vie, il dénonce la cruauté et la stupidité des Hommes, qui devraient pourtant être au-dessus des animaux.

« La bouteille à la mer » parle de progrès et de science et livre une image positive de la force et de la volonté. Ce poème contraste avec l’amertume générale du recueil.

« La flûte » est un chant de consolation adressé à un joueur de flûte.

« La sauvage » parle des vertus de la charité chrétienne ainsi que de les bienfaits de la colonisation des Indiens aux États-Unis.

« Wanda » raconte l’histoire de Wanda, une femme qui suit son mari déporté en Sibérie. Elle n’y survivra pas. Ce poème dépeint la cruauté des tyrans.

« Les oracles » porte sur un propos plus politique. Ce poème prend la forme d’une longue diatribe et s’en prend à la démocratie, au parlementarisme et la monarchie de Juillet.

« Le mont des Oliviers » offre une vision très mystique des misères de la condition humaine, de l’ignorance et du doute.

« L’esprit pur » est le dernier poème, qui se présente sous la forme d’un « testament spirituel ». Le poète se sent triomphant, ayant accompli sa mission. Convaincu de la supériorité de l’œuvre d’art – et donc de la poésie – capable de transmettre des réflexions à travers le temps, finalement confiant en l’homme et en l’avenir, le poète réussit à dépasser ses multiples angoisses et interrogations métaphysiques qui n’ont cessé de parcourir jusque-là le recueil.

Citation

« C’était écrit
Depuis le premier jour de la création,
Les pieds lourds et puissants de chaque destinée
Pesaient sur chaque tête et sur chaque action
Chaque front se courbait et traçait sa journée,
Comme le front d’un bœuf creuse un sillon profond
Sans dépasser la pierre où sa ligne est bornée. »

« Les Destinées »

« Quand un grave marin voit que le vent l’emporte
Et que les mâts brisés pendent tous sur le pont,
Que dans son grand duel la mer est la plus forte
Et que par des calculs l’esprit en vain répond ;
Que le courant l’écrase et le roule en sa course,
Qu’il est sans gouvernail, et, partant, sans ressource,
Il se croise les bras dans un calme profond. »

« La bouteille à la mer »

« Et je vois au delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
Leur forme était semblable et semblable la danse ;
Mais les enfants du loup se jouaient en silence,
Sachant bien qu’à deux pas, ne dormant qu’à demi,
Se couche dans ses murs l’homme, leur ennemi. »

« La mort du loup »

« Poésie ! ô trésor ! perle de la pensée !
Les tumultes du cœur, comme ceux de la mer,
Ne sauraient empêcher ta robe nuancée
D’amasser les couleurs qui doivent te former.
Mais sitôt qu’il te voit briller sur un front mâle,
Troublé de ta lueur mystérieuse et pâle,
Le vulgaire effrayé commence à blasphémer. »

« La maison du berger »