Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Lucien Leuwen, Stendhal
Fiche de lecture

Contexte

Deuxième roman de Stendhal, qui l’écrivit après Le Rouge et le Noir, en 1834, il est resté inachevé. Le contexte politique d’écriture, qui apparaît dans le roman, rendait en effet sa publication risquée et Stendhal a préféré en abandonner la rédaction.
Entre 1830 et 1848, la monarchie de Juillet a vu arriver au pouvoir Louis-Philippe Ier, que les « ultras » considèrent comme un usurpateur, alors que Charles X a été chassé. La noblesse, souvent ultra-royaliste, a vu ses privilèges s’effriter et ses revenus diminuer considérablement. Le roman décrit l’opposition entre les légitimistes, partisans du retour de Charles X, et les républicains.

Henri Beyle dit Stendhal

1894

Lucien Leuwen

Genre

Roman

Personnages

Lucien Leuwen : Jeune homme décrit comme sensible et idéaliste, il cherche d’abord à travailler honnêtement en servant son pays. Il est issu d’une famille riche.

Monsieur Leuwen : Riche banquier et père de Lucien. C’est un père aimant, attentif, qui cherche toujours à aider son fils.

Madame de Chasteller : Jeune veuve de 26 ans, partisane de Charles X et issue d’une vieille noblesse de Nancy. C’est une jeune femme romanesque et à l’esprit élevé.

Thèmes

La découverte du monde et la perte des illusions : Lucien Leuwen est le portait d’une âme noble et sensible qui se trouve peu à peu désillusionnée par la société de son époque. Son ambition de départ est de servir honnêtement l’État mais chaque domaine où il s’y essaie lui révèle sa corruption. Il s’agit donc avant tout du récit de la perte des illusions, celle de Lucien, mais aussi celle de son père.

C’est d’abord l’armée qui est l’occasion pour Lucien de découvrir la turpitude de son époque et qui fait, de la part de Stendhal, l’objet d’une description critique très précise. L’armée n’est pas en effet la gardienne de la nation que Lucien imaginait, mais sert au gouvernement à réprimer les rebellions. La société aristocratique et ultra de province est tout aussi révoltante pour Lucien, car elle est faite de mesquineries, d’espionnage et de nostalgie passéiste.

La politique : Sa découverte du monde politique est l’occasion pour Stendhal de décrire très précisément le système électoral de son époque, mais aussi la corruption alors en vigueur. Une nouvelle facette de Lucien se révèle : puisque ses idéaux se sont révélés vains et puériles, il devient ambitieux et accepte de servir un pouvoir qu’il n’estime pas.

Une histoire d’amour : Lucien Leuwen est également une histoire d’amour, la première partie du roman étant centrée sur la passion que Lucien et Madame de Chasteller vivent ensemble. On peut y voir un contre-point à la description pessimiste et pleine de désillusions de la société de l’époque, et peut-être un espoir. On sait en effet, d’après les notes de Stendhal, que le roman devait se terminer par les retrouvailles des deux amants.

Résumé

Lucien Leuwen, jeune homme de bonne famille et promis à un bel avenir, est chassé de l’école Polytechnique : il est en effet accusé d’avoir tenté de participer à l’insurrection de 1834 et d’avoir des sympathies républicaines. Grâce à l’influence de son père, grand banquier de Paris, il devient lieutenant. Il est envoyé en poste à Nancy, où cette vie si différente de ce qu’il connaissait l’ennuie terriblement. Il fréquente des ultraroyalistes, qu’il trouve ridicules et dont il se moque secrètement.
Lucien rencontre Madame de Chasteller, une jeune veuve dont il tombe amoureux. Tout les oppose, leurs origines sociales comme leurs convictions politiques, Madame de Chasteller étant légitimiste, mais ils vivent une passion partagée. L’entourage de Lucien essaie néanmoins de le détourner de cet amour, parvient à lui faire croire que Madame de Chasteller est enceinte d’un rival, et Lucien finit par s’enfuir et retourner à Paris, désespéré.
Son père l’aide une nouvelle fois et lui obtient un poste de secrétaire du ministre de l’intérieur, Monsieur de Vaize. Lucien observe alors de près la corruption de la vie politique. Il assiste notamment au trucage d’élections. Perdant peu à peu ses illusions, il se rallie à un parti qui n’est pas le sien. Mais il ne parvient pas à faire élire un député ultra, échouant dans sa mission et essuyant le mécontentement de sa hiérarchie. Pendant ce temps, son père s’est lui-même tourné vers la politique et devient député, entouré de fidèles. Il s’en prend alors au ministre de l’intérieur, ce qui est une manière pour lui de venger son fils. Monsieur Leuwen est désabusé et lucide, mais se montre brillant orateur et de plus en plus influent.
Un retour de situation entraîne la ruine de Monsieur Leuwen, qui meurt peu de temps après. Lucien met un terme à sa carrière et entreprend de redresser la situation financière de sa famille et d’assurer à sa mère de quoi vivre décemment. Il entreprend ensuite des démarches pour obtenir un poste diplomatique, et le roman s’interrompt sur son départ à Rome.

Citation

« Le lecteur bénévole est prié de considérer que notre héros est fort jeune, fort neuf et dénué de toute expérience ; tout cela ne nous empêche pas d’éprouver un sentiment en nous voyant forcé d’avouer qu’il avait encore la faiblesse de s’indigner pour des choses politiques. C’était à cette époque une âme naïve et s’ignorant elle-même ; ce n’était pas du tout une forte tête, ou un homme d’esprit, se hâtant de tout juger d’une façon tranchante. Le salon de sa mère, où l’on se moquait de tout, lui avait appris à persifler l’hypocrisie et à la deviner assez bien ; mais, du reste, il ne savait pas ce qu’il serait un jour. »

Chapitre X

« Je ne puis vivre avec des hommes incapables d’idées fines, si vertueux qu’ils soient, je préfèrerais cent fois les mœurs élégantes d’une cour corrompue. Washington m’eût ennuyé à la mort, et j’aime mieux me trouver dans le même salon que Mr de Talleyrand. Donc, la sensation de l’estime n’est pas tout pour moi ; j’ai besoin des plaisirs donnés par une ancienne civilisation. »

Chapitre VI

« Lucien était absorbé dans son admiration, lorsque les yeux de cette beauté pâle se tournèrent sur lui ; il ne put soutenir leur éclat ; ils étaient tellement beaux et simples dans leurs mouvements ! Sans y songer, Lucien restait immobile, à trois pas de madame de Chasteller, à la place où son regard l’avait surpris. »

Chapitre XVI

« Lucien Leuwen avait été chassé de l’école Polytechnique pour s’être allé promener mal à propos, un jour qu’il était consigné, ainsi que tous ses camarades : c’était à l’époque d’une des célèbres journées de juin, avril ou avril ou février 1832 ou 1834. »

Chapitre premier