Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Manon Lescaut, abbé Prévost
Fiche de lecture

Contexte

Le roman, au début du XVIIIe siècle, est perçu comme un genre futile. En réalité, il cherche à s’imposer en tant que nouveau genre littéraire face aux genres nobles. L’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, communément appelé Manon Lescaut, a d’abord été publié en Hollande en 1731, puis en France en 1734. C’est un roman-mémoire intégré en tant que septième et dernier tome aux Mémoires et aventures d’un homme de qualité. Lors de sa publication, il fut jugé scandaleux et fut interdit par deux fois : en 1733 puis en 1735. Prévost le publia à nouveau dans une dernière édition revue et augmentée en 1753.

L’auteur a trente-quatre ans lorsqu’il écrit ce récit. Le roman serait en partie autobiographique, puisqu’à ses vingt ans, il se brouilla avec sa famille et finit par rentrer dans les ordres. Cette histoire d’amour impossible est annonciatrice du roman romantique, voire réaliste, qui s’épanouira un siècle plus tard.

Antoine François Prévost d’Exiles dit abbé Prévost

1731

Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut

Genre

Roman

Personnages

Renoncour : Honnête homme, il croise par deux fois Des Grieux qui lui raconte son histoire. Il est le narrateur de l’histoire.

Des Grieux : Jeune noble passionné de dix-sept ans, il hésite entre une carrière de chevalier de Malte et de religieux. Mais son amour irrationnel pour Manon le mène à sa perte.

Manon Lescaut : Belle et ingénue, cette jeune femme est avant tout cupide : malgré son amour pour Des Grieux, elle ne cesse de le tromper. Ses escroqueries multiples la mènent en Amérique où elle est déportée. Après s’être repentie, elle meurt en Louisiane.

Lescaut : Il est le frère aîné de Manon. Amoral, il n’hésite pas à prostituer sa sœur pour de l’or. Il meurt au milieu de l’intrigue.

Tiberge : Jeune religieux et ami fidèle de Des Grieux à qui il rendra maints et maints services tout en le moralisant en vain. Il tente de ramener son ami vers une carrière religieuse.

Le père de Des Grieux : Le noble père de Des Grieux obéit à des principes moraux inflexibles et empêche son fils d’épouser Manon. C’est, cependant, un père compréhensif qui viendra en aide à son fils.

Thèmes

Le libertinage : Le libertinage est en pleine floraison en cette fin de régence très pieuse (Louis XIV est influencé par la dévote Mme de Maintenon). Lorsque Louis XV lui succède survient une époque de débauche et de déclin de la religion.

La cupidité et la corruption : Dans le roman, les rapports entre les individus sont déterminés par l’argent. Tout est monnayable, y compris Manon, qui est considérée comme un objet. La perversité des nobles qui l’utilisent y est dénoncée ainsi que les jeux d’argent et l’escroquerie pour les plus pauvres : l’argent corrompt intégralement la société.

Le genre romanesque : L’amour passionnel (inconditionnel voire irrationnel) et l’aventure sont des thèmes omniprésents. Des Grieux ne peut résister à Manon et la suit jusqu’en Amérique et finit par la tuer pour la conserver.

Un « anti roman » d’éducation : Prévost livre en fait une version opposée, inversée, du roman d’apprentissage ou d’éducation.

Résumé

Ce roman est construit en deux parties. Au-delà de cette construction binaire, l’enchaînement du récit est plus complexe qu’il n’y paraît : les deux rencontres fortuites de Renoncour et Des Grieux se produisent pendant l’histoire de Manon Lescaut (l’histoire centrale du roman) que Des Grieux racontera lors de la deuxième rencontre avec Renoncour, deux ans après. Cela créé une mise en abîme qui confère une originalité et une dynamique à la narration.

Première partie

À Pacy-sur-Eure, un honnête homme, Renoncour, fait la rencontre de deux jeunes amant malheureux : Manon, déportée en partance pour la Louisiane, et le chevalier Des Grieux qui la suit. Deux ans plus tard, il revoit Des Grieux à Calais, seul, qui lui raconte son histoire.

Noble, futur chevalier de Malte, Des Grieux s’éprend de Manon et l’enlève. Après une brève romance à Paris, Manon trompe Des Grieux, puis l’abandonne pour un riche fermier général, M. de B… qui la couvre de cadeaux. Abattu, Des Grieux est récupéré par sa famille et reprend ses projets de vie en gagnant les ordres. Mais plus tard, il revoit Manon et rechute en s’enfuyant avec elle.

À Chaillot, ils coulent des jours heureux, mais Manon finit par s’ennuyer. Ils repartent à Paris, et rejoignent le frère de Manon Lescaut, un escroc débauché. Mais l’incendie de leur maison de Chaillot les ruine.

Des Grieux emprunte de l’argent à son ami Tiberge et triche aux jeux sous l’influence de Lescaut. Des serviteurs le prennent en flagrant délit.

Afin d’éviter que Manon, qui a des goûts de luxe, ne le trompe à nouveau avec le riche M. de G…. et avec la complicité de cette dernière et de son frère, Des Grieux l’escroque lors d’un dîner tout en l’humiliant. Mais le plan échoue et ils sont dénoncés par le vieillard qui les fait tous les trois enfermer : Manon est séparée de son amant et de son frère. Des Grieux parvient à s’échapper et, avec l’aide de Lescaut qui meurt dans la fuite, libère Manon à son tour. Les amants se réfugient discrètement à Chaillot où ils tentent de mener une vie plus simple. Pause du récit de Des Grieux le temps de dîner, puis reprise de l’intrigue.

Deuxième partie

Manon, pour une fois, reste fidèle à Des Grieux, refusant même les avances d’un riche seigneur italien. Mais, le fils du vieux M. de G…, s’éprend à son tour de Manon et la gâte abondamment. Cela provoque cette fois-ci la colère de Des Grieux qui fait une scène de jalousie à Manon. Afin de le calmer, elle propose de réitérer l’escroquerie sur le fils. Par malchance, le père a déjà pris les devants et interrompt les voleurs : ils sont à nouveau jetés en prison.

Le père de Des Grieux rend alors visite à son fils fait prisonnier et le pardonne, le sortant de la prison. À l’inverse, il ne pardonne pas à Manon, dont il refuse catégoriquement l’union avec son fils : il la fait transférer loin de Des Grieux, dans les colonies en Amérique. En proie au désespoir, Des Grieux fuit sa famille pour aller retrouver Manon en Louisiane à la Nouvelle-Orléans.

En Amérique, ils coulent des jours simples et heureux. Mais le neveu du gouverneur, Synnelet, s’est pris de passion pour Manon et souhaite l’épouser. Il en fait la demande à son père, qui, apprenant qu’elle n’est pas mariée à Des Grieux, accepte. Des Grieux provoque en duel Synnelet et fuit vers le désert avec Manon. Cette dernière y meurt, épuisée.

Tiberge porte alors secours à son ami et le rapatrie en France : Des Grieux, endeuillé, opte alors pour une vie rangée.

Citation

« On ne peut réfléchir sur les préceptes de la morale sans être étonné de les voir tout à la fois estimés et négligés ; et l’on se demande la raison de cette bizarrerie du cœur humain, qui lui fait goûter des idées de bien et de perfection, dont il s’éloigne dans la pratique. »

Avis de l’auteur

« […] c’est un fonds excellent de revenu pour les petits, que la sottise des riches et des grands. »

Première partie

« Rien n’est plus admirable et ne fait plus d’honneur à la vertu, que la confiance avec laquelle on s’adresse aux personnes dont on connaît parfaitement la probité. »

Première partie

« […] rien n’est plus capable d’inspirer du courage à une femme, que l’intrépidité d’un homme qu’elle aime. »

Deuxième partie