Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Zadig ou la Destinée, Voltaire
Fiche de lecture

Contexte

À l’époque de la publication de Zadig, Voltaire est historiographe du roi, et vient d’être élu à l’Académie française. En dépit des divers scandales qui ont émaillé sa carrière, Voltaire est alors un homme de lettres reconnu. Zadig est un conte philosophique qui s’inspire du goût pour l’exotisme de l’époque. Comme Montesquieu avec ses Lettres persanes, Voltaire se sert de ce cadre oriental pour contourner la censure. Il en profite également pour régler des comptes personnels : ainsi, le personnage de Yébor ressemble à l’évêque Boyer, et Orcan au chevalier de Rohan, des gens avec qui Voltaire a eu des démêlés.

Cet exotisme est également une bonne façon de toucher un large public : le cadre du conte oriental permet toutes les fantaisies romanesques. Cependant, au divertissement s’ajoute une intention didactique, propre au genre du conte philosophique. Zadig est pour Voltaire l’occasion de poser la question du bien et du mal, et du pessimisme contre l’optimisme. La philosophie du mal nécessaire, exposée dans le livre, n’est pourtant pas convaincante pour l’auteur, comme semble le suggérer la fin, heureuse en apparence mais chargée d’ironie. Zadig pose les bases de la réflexion qui trouvera un aboutissement dans Candide, publié douze ans plus tard.

François-Marie Arouet dit Voltaire

1747

Zadig ou la Destinée

Genre

Conte philosophique

Personnages

Zadig : Zadig est un jeune homme plein d’enthousiasme et d’optimisme. C’est aussi un homme de raison, qui croit que les problèmes sociaux peuvent être réglés grâce au bon sens et à la mesure.

Moadbar : Roi de Babylone, il devient l’ami de Zadig avant de le soupçonner d’avoir une relation avec sa femme.

Sémire : La femme que Zadig devait épouser avant de réaliser qu’elle était infidèle. Elle épouse finalement Orcan.

Missouf : Battue par son mari, Zadig tente de la sauver. Plus tard, elle épousera le roi Moadbar.

Sétoc : Il achète Zadig au marché aux esclaves et se lie d’amitié avec lui.

Cador : C’est le plus fidèle ami de Zadig, qu’il aide à de nombreuses reprises au cours du récit. Il est également son confident.

Astarté : Reine de Babylone, elle finit par épouser Zadig à la fin de l’histoire, après la mort du roi.

Orcan : Rival de Zadig, il enlève sa fiancée Sémire, qui décide finalement de quitter Zadig pour lui, après le duel dont il ressort éborgné.

L’ermite : Personnage mystérieux, il aide Zadig à donner du sens au monde et à la vie. Il s’agit en fait de l’ange Jesrad.

Arbogad : C’est un riche brigand qui abrite Zadig l’espace d’une nuit et lui apprend que Moadbar est mort.

Thèmes

Le voyage initiatique : Dans la tradition du roman d’apprentissage, Zadig raconte comment un jeune homme grandit et mûrit en se confrontant au monde, à travers de multiples aventures.

L’optimisme et le pessimisme : À l’instar de Candide, Zadig pose la question du mal. Faut-il adopter un certain fatalisme (impliqué par le pessimisme) qui considère que le mal est inéluctable et omniprésent, et faut-il se méfier de l’optimisme, qui peut conduire à la naïveté ? Dans les deux contes, l’auteur s’attaque sans le dire à un philosophe allemand, Leibniz, dont il méprise la conception du monde, et pour qui le mal apparaît comme une ombre nécessaire pour valoriser la beauté et le caractère intrinsèquement bon de l’univers.

Le fanatisme religieux : Dans l’œuvre de Voltaire, les prêtres et théologiens sont des cibles privilégiées. Voltaire, qui s’approche d’une conception déiste du monde (selon laquelle la croyance en Dieu peut se passer des textes sacrés), méprise le dogmatisme. Dans Zadig, à travers plusieurs épisodes comiques, il montre l’étroitesse d’esprit et l’absence de raisonnement des prêtres quand il s’agit de débattre de sujets religieux.

Résumé

Zadig ou la Destinée narre les aventures du personnage éponyme, un jeune homme plein d’enthousiasme et d’optimisme qui subit de nombreux revers de fortune en dépit de sa bonne volonté. Quand l’histoire commence, il croit avoir trouvé un bonheur durable avec Sémire, mais commence alors une série de péripéties qui l’aideront à trouver finalement sa place dans le monde. Les deux derniers chapitres sont des ajouts à l’édition originale.

Chapitre 1 : Le Borgne

Zadig est heureux avec Sémire, qu’il s’apprête à épouser. Malheureusement, un noble du nom d’Orcan enlève sa fiancée. S’ensuit un combat au cours duquel Zadig est éborgné. Pour comble du malheur, Sémire trahit Zadig et s’enfuit avec Orcan. Finalement, Zadig épouse une autre femme, Azora.

Chapitre 2 : Le nez

Zadig, qui se méfie de sa femme, invente un stratagème pour voir si elle lui est fidèle. Il demande la complicité de son ami Cador, auquel Azora semble s’intéresser. Zadig fait croire à sa propre mort, puis Cador fait semblant de tomber malade et raconte à Azora que l’unique remède est de consommer le nez d’un mort. Sans hésitation, Azora se rend sur la tombe de Zadig pour prélever un bout de son nez.

Chapitre 3 : Le chien et le cheval

Dans ce chapitre, Zadig est pour la première fois victime de son intelligence et de la bêtise des gens. En essayant d’éclaircir une affaire de vol d’animaux royaux, Zadig se fait soutirer son argent par la justice.

Chapitre 4 : L’envieux

Zadig s’attire à nouveau des ennuis en tentant de faire prévaloir la raison et le bon sens. Lors d’une soirée, il tente de mettre fin à une polémique stérile sur les griffons, et vexe un mage qui veut alors le faire exécuter. Il est heureusement défendu par son ami Cador. Ensuite, il est victime des mensonges d’Arimaze, jaloux de sa renommée. Mais la vérité triomphe et Zadig s’en sort une nouvelle fois.

Chapitre 5 : Les généreux

Zadig est récompensé du titre de citoyen le plus vertueux pour n’avoir pas hésité à parler en bien d’un ministre que le roi venait de congédier.

Chapitre 6 : Le ministre

Nommé ministre, Zadig augmente encore sa bonne réputation par sa clarté d’esprit, son honnêteté, et son sens de la justice.

Chapitre 7 : Les disputes et les audiences

Comme plus tôt avec l’affaire du griffon, Zadig tente de trouver un compromis pour mettre d’accord les théologiens : puisque certains prétendent qu’il faut entrer dans le temple du pied gauche et d’autres du pied droit, Zadig décide que désormais, il faudra y entrer en sautant à pieds joints.

Chapitre 8 : La jalousie

Le roi soupçonne sa femme Astarté de le tromper avec Zadig. En réalité, Zadig est bien amoureux d’elle, mais il ne s’est rien passé entre eux. Quand il apprend l’amour de Zadig pour Astarté, le roi veut les faire tuer tous les deux. Avec l’aide de Cador, Zadig s’enfuit en Égypte, laissant Astarté sous la protection de son ami.

Chapitre 9 : La femme battue

En voulant venir en aide à Missouf, une femme battue, Zadig tue son mari qui l’a attaqué en premier. Missouf est furieuse après Zadig, qui refuse d’intervenir quand elle se fait enlever par la suite.

Chapitre 10 : L’esclavage

Zadig est arrêté pour le meurtre du mari violent, et vendu comme esclave. Heureusement, il finit par se lier avec son nouveau maître, Sétoc, qui admire son intelligence.

Chapitre 11 : Le bûcher

Zadig met fin à la tradition consistant pour les veuves à s’immoler par le feu pour suivre leurs défunts maris dans la mort.

Chapitre 12 : Le souper

Une nouvelle fois, Zadig apaise une polémique entre des religieux qui se disputent sur des points de théologie en leur prouvant qu’ils croient tous au même Dieu, au-delà de leurs différences.

Chapitre 13 : Les rendez-vous

Les prêtres, qui en veulent à Zadig d’avoir mis fin à la tradition des bûchers de veuvage, le font arrêter. Almona, une veuve que Zadig a convaincue de ne pas aller au bûcher, piège les prêtres en leur faisant croire qu’elle leur accordera ses faveurs en échange de la liberté de Zadig. Elle convoque des juges qui sont alors témoin de l’immoralité des prêtres. On rend sa liberté à Zadig, tandis que son maître Sétoc épouse Almona.

Chapitre 14 : Le brigand

Accueilli au château d’Arbogad, un brigand qui a apprécié sa bravoure au combat, Zadig apprend que le roi de Babylone, Moadbar, a trouvé la mort. Arbogad n’a aucune information sur ce qu’il est advenu d’Astarté.

Chapitre 15 : Le pécheur

Zadig fait la connaissance d’un pêcheur, qui, désespéré, veut mettre fin à ses jours suite à des revers de fortune liés à la situation politique de Babylone, à l’époque de la fuite de Zadig. Celui-ci lui donne la moitié de sa bourse et le convainc de chercher refuge après de son ami Cador.

Chapitre 16 : Le basilic

Sur la route, Zadig tombe sur un groupe de femmes à la recherche d’un animal fabuleux, le basilic, afin de guérir leur maître Ogul. Parmi ces femmes, Zadig reconnaît la reine Astarté, dont il était autrefois amoureux. Depuis sa fuite de Babylone, celle-ci est passée par de nombreuses péripéties jusqu’à être enlevée par le bandit Arbogad, puis vendue à Ogul. Zadig donne comme conseil à Ogul de se servir du basilic (un faux qu’il a lui-même fabriqué) pour faire de l’exercice au lieu de le manger, et comme le régime fonctionne, Zadig demande en récompense la liberté d’Astarté.

Chapitre 17 : Les combats

Astarté, revenue à Babylone, organise un grand tournoi : le vainqueur pourra l’épouser. Zadig remporte le tournoi, mais se fait voler son armure par Itobad, qui usurpe son identité. Accablé, Zadig part errer sur les rives de l’Euphrate.

Chapitre 18 : L’ermite

Au cours de sa promenade, Zadig croise la route d’un ermite. Les deux conviennent de passer plusieurs jours ensemble. Au terme de trois jours, Zadig réalise que l’ermite était en fait l’ange Jesrad. L’ange explique à Zadig que le mal est nécessaire pour que le bien soit possible, mais Zadig n’est pas tout à fait convaincu.

Chapitre 19 : L’énigme

De retour à Babylone, Zadig dénonce l’usurpation de Itobad. Le mage de la cour lui pose alors une série d’énigmes, au terme desquelles Zadig retrouve sa place à la cour et épouse enfin Astarté. Ainsi, la morale de Jesrad est sauve : après toutes ses infortunes, la chance sourit enfin à Zadig.

Chapitre 20 : La danse

Appendice

Ce chapitre relate un nouveau stratagème de Zadig qui vient en aide au roi Nabussan, abusé par ses trésoriers. Pour en choisir un nouveau, Zadig conseille au roi de les faire passer par la salle du trésor avant de leur demander de danser pour le roi : il peut ainsi reconnaître les candidats malhonnêtes à leurs poches remplies de pièces d’or qui tintent.

Chapitre 21 : Les yeux bleus

Appendice

Dans ce chapitre, Zadig est une nouvelle fois victime de sa mauvaise fortune en raison d’un malheureux hasard : la seule femme qu’il ait recommandée au roi a les yeux bleus, or, une loi interdit d’épouser les femmes aux yeux bleus. Zadig est alors contraint à la fuite.

Citation

« Il était fermement persuadé que l’année était de trois cent soixante et cinq jours et un quart, malgré la nouvelle philosophie de son temps, et que le soleil était au centre du monde ; et quand les principaux mages lui disaient, avec une hauteur insultante, qu’il avait de mauvais sentiments, et que c’était être ennemi de l’État que de croire que le soleil tournait sur lui-même, et que l’année avait douze mois, il se taisait sans colère et sans dédain. »

Chapitre 1 : Le borgne

« Zadig, l’ayant fait convenir qu’elle se brûlait pour les autres et par vanité, lui parla longtemps d’une manière à lui faire aimer un peu la vie, et parvint même à lui inspirer quelque bienveillance pour celui qui lui parlait.
“- Que feriez-vous enfin, lui dit-il, si la vanité de vous brûler ne vous tenait pas ?
- Hélas ! dit la dame, je crois que je vous prierais de m’épouser.” »

Chapitre 11 : Le bûcher

« Voilà ce que c’est, disait-il, de m’être éveillé trop tard ; si j’avais moins dormi, je serais roi de Babylone, je posséderais Astarté. Les sciences, les mœurs, le courage, n’ont donc jamais servi qu’à mon infortune. »

Chapitre 19 : Les combats

« Mais quoi ! dit Zadig, il est donc nécessaire qu’il y ait des crimes et des malheurs ? et les malheurs tombent sur les gens de bien !
- Les méchants, répondit Jesrad, sont toujours malheureux : ils servent à éprouver un petit nombre de justes répandus sur la terre, et il n’y a point de mal dont il ne naisse un bien. »

Chapitre 20 : L’ermite