Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La dissertation
Fiche méthode BAC

Introduction :

La dissertation est redoutée car c’est une épreuve nouvelle pour un élève de classe de première. Si elle est réputée difficile, c’est surtout à cause de ce caractère inédit. Or, il faut savoir que lorsqu’elle est bien traitée, la dissertation permet d’accéder aux meilleures notes de l’examen.

Voici la définition officielle de l’exercice, tel qu’il est préconisé par les organisateurs de l’examen : « La dissertation consiste à conduire une réflexion personnelle et argumentée à partir d’une problématique littéraire issue du programme de français. Pour développer son argumentation, le candidat s’appuie sur les textes dont il dispose, sur les objets d’étude de la classe de première, ainsi que sur ses lectures et sa culture personnelle. »

En ce dernier point réside la principale difficulté de l’exercice : le correcteur attend une certaine culture, ainsi qu’une parfaite connaissance du programme de première.

Premier temps : l’analyse du sujet

Les sujets de dissertation sont très variés, ils peuvent être longs ou assez courts. Il peut s’agir de citations ou de sujets créés pour l’occasion. Ils peuvent sembler évasifs, ou au contraire trop restrictifs. Quoiqu’il en soit, la première étape est d’analyser le sujet.

Tout d’abord, il faut repérer les mots-clés du sujet. Ils représenteront la charpente de la dissertation et guideront le raisonnement. C’est dès le début de l’épreuve qu’il faut se fixer un cap cohérent, au risque de faire un hors-sujet. Il faut s’interroger non seulement sur le sens que possèdent ces mots dans le contexte du sujet, mais également sur celui qu’ils possèdent hors de ce contexte. Il faut tout de suite étudier l’ambiguïté des mots et leur polysémie, pour pouvoir les saisir dans leur intégralité, et en jouer dans la dissertation.

Si le sujet est une citation, il faut s’assurer de bien la comprendre. La lire de nombreuses fois, et là encore, surligner les mots importants. Certaines citations sont d’ailleurs tellement longues qu’elles semblent fournir sur un plateau le plan de votre devoir, en exprimant de multiples idées qu’il faudra éclaircir et expliquer, dans chacune des parties.

Enfin, tous les sujets sont accompagnés de consignes qu’il faut suivre à la lettre : elles fournissent souvent des indices très précis sur la démarche attendue. Elles vont même parfois jusqu’à sous-entendre un plan possible de dissertation.

Il faut savoir aussi que tous les sujets ne sont pas rédigés sous la forme d’une question. Si tel n’est pas le cas, il faut reformuler la problématique après l’avoir cernée, que ce soit sous la forme d’une question directe ou indirecte. Gardez à l’esprit que la dissertation toute entière est une tentative de réponse à la question.

Deuxième temps : la recherche d’idées

L’analyse du sujet a normalement déjà pris un bon quart d’heure, même pour une petite question. Au bout de quelques minutes, vous aurez trouvé plusieurs pistes possibles pour répondre à la question. Sauf qu’en l’état, ces idées ne valent rien. Il faut les appuyer d’une ou plusieurs citations.

bannière astuce

Astuce

Si peu d’idées vous viennent, pensez au corpus, il pourra vous fournir quelques pistes et sera de toute façon la source de beaucoup de vos citations. Dites-vous bien que ces textes ont été choisis justement pour cela.

Le premier endroit où vous puiserez des citations est donc le corpus. Le deuxième réservoir d’exemples est constitué par les textes étudiés pendant l’année de première. Il ne s’agit évidemment pas de les apprendre tous par cœur, mais juste de savoir réexpliquer une idée avec vos propres mots, et de l’attribuer à un auteur en particulier.

Un exemple : expliquez ce qu’est le pari de Pascal sans le citer mot pour mot mais en donnant son nom. Si l’explication est bonne, et que le concept est attribué au bon auteur, le correcteur saura apprécier la culture.

Le dernier vivier d’exemples susceptibles d’être utilisés se trouve dans votre culture personnelle. Là, le champ est très large : on ne parle pas nécessairement que de romans, ni même simplement de livres mais aussi de musique, de spectacles, de cinéma, de peinture…

Troisième temps : l’élaboration du plan

À ce stade, il ne devrait plus vous rester que deux heures environ. Il est temps de dégager un plan du brouillon. Deux types de plans sont possibles :

  • le plan analytique répond à une question ouverte. Regardez la problématique. Si elle est formée sur un modèle du genre : « Pourquoi, selon vous… ? » ou encore « Quelle image les artistes du … ont d’eux-mêmes ? », il s’agit d’une interrogation ouverte qui attend une réponse précise. Dans ce cas, le devoir devra exposer une seule thèse. Et chaque partie correspondra à un argument étayant cette thèse. Il faut donc trouver plusieurs arguments allant dans le sens de cette thèse.

  • le plan dialectique répond lui à une question fermée. Par exemple : « Le théâtre est-il fait pour être lu ou représenté ? » ou encore « Le combat des philosophes du … vous parait-il encore d’actualité ? » Dans ce cas, le devoir devra examiner deux aspects opposés du problème, c’est-à-dire peser le pour et le contre. Chaque partie du devoir va donc développer une thèse différente. Les paragraphes constituant ces parties vont, eux, correspondre aux arguments étayant ces thèses.

bannière attention

Attention

Le plan dialectique ne consiste pas à prouver une chose puis son contraire : il faut réussir à exprimer une pensée suffisamment nuancée pour ne pas se contredire. C’est là toute la difficulté de l’exercice. Concernant la troisième partie, respecter l’adage connu « thèse – antithèse – synthèse » est inutile car la synthèse se fait dans la conclusion et non avant. L’idéal est de trouver une troisième partie qui « botte en touche », c’est-à-dire qui permette de dépasser l’opposition.

Une fois le plan déterminé, il faudra construire des parties argumentatives qui développent les thèses et les arguments, en les appuyant, rappelez-vous, sur des exemples précis. Il faut également systématiquement commenter ces exemples. C’est dans ces commentaires que l’expression libre est la plus conseillée. Mais tout ceci se fera au moment de la rédaction, car au brouillon, il faut vous contenter du plan. Rédigez votre plan sur une feuille de brouillon à part. Chaque partie sera composée idéalement de trois sous-parties. Symbolisez-les par des tirets et notez-y les exemples dont vous allez vous servir.

bannière attention

Attention

Les titres de vos parties ne doivent pas apparaitre sur votre copie.

Quatrième et dernier temps : la rédaction au propre

Il faut commencer le devoir par une belle introduction, constituée d’un seul paragraphe mais de plusieurs étapes :

  • une mise en contexte qui introduit le thème ;
  • la citation (si le sujet en comporte une) ;
  • la problématique ;
  • l’annonce du plan.

N’oubliez pas que chaque paragraphe doit commencer par une phrase introductive, qui annonce l’idée sur le point d’être traitée. Cette idée sera traitée, justement, sur la base d’exemples précis, de citations exactes. Et enfin, le paragraphe devra se terminer par une phrase conclusive, prouvant l’aboutissement du raisonnement. Il est également de bon ton de relier les différentes parties entre elles par des phrases de transition afin de fluidifier la lecture du texte, ce qui est plus agréable pour le correcteur. N’oubliez pas de revenir à la ligne et de marquer un alinéa entre chaque paragraphe, ainsi que de sauter carrément une ligne entre chaque grande partie.

Enfin, la conclusion devra résumer en un seul paragraphe les résultats de la réflexion, mais aussi prendre clairement position si le sujet vous y invite (et c’est souvent le cas). Enfin, il faudra vous s’efforcer d’élargir la problématique, pourquoi pas par le biais d’une citation si elle est judicieusement choisie. Mais évitez par contre de terminer par une question, le plus souvent sans intérêt ou même complètement hors-sujet.

bannière astuce

Astuce

  • L’orthographe et la syntaxe doivent être particulièrement soignés.

  • La dissertation est une réflexion personnelle, mais n’employez surtout pas la première personne du singulier. Votre implication dans ce que vous écrivez ne doit pas être perçue par le correcteur. Employez des tournures impersonnelles.

  • Employez des guillemets lorsque vous citez un passage du corpus. En français, les guillemets sont « et », les guillemets anglais " et " ne sont utilisés que si l’on a besoin de mettre des guillemets dans un passage déjà entre guillemets. Si vous voulez couper une citation que vous jugez trop longue, symbolisez les mots manquants par […].

  • Soulignez les titres d’œuvre lorsque vous serez amené à les écrire.

  • Pensez à garder environ dix minutes en fin d’épreuve pour vous relire.

Conclusion :

Attention au trop fréquent hors-sujet : même si vous avez l’impression d’avoir compris d’emblée ce que l’on attend de vous, ne vous lancez pas dans l’exercice sans avoir rigoureusement identifié et analysé les mots-clés du sujet ET de l’énoncé. Dans cet exercice, le respect des consignes permet d’atteindre de bonnes notes. Parce que la dissertation est un exercice délicat, la choisir vous apportera les faveurs des correcteurs et les plus hautes notes en cas de réussite. Si vous désirez la tenter au baccalauréat de français, exercez-vous à plusieurs reprises durant votre année de première.