Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

1848 : le Printemps des peuples

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

Le Printemps des peuples désigne un mouvement révolutionnaire qui a secoué l’Europe en 1848. Une grande partie du continent est concernée : la France, l’Italie, l’Empire d’Autriche, le Royaume de Prusse et les États allemands. Il s’agit d’une vague révolutionnaire d’une ampleur jusque-là inconnue en Europe.

Les révolutions de 1848 sont à la fois des mouvements nationaux, qui revendiquent l’indépendance d’un peuple ou son unification, et des mouvements libéraux, qui combattent pour davantage de libertés politiques et individuelles. Les deux notions qui accompagnent ce phénomène sont donc « nation » et « liberté ».

Nous verrons dans une première partie quelles sont les origines des révolutions de 1848. Puis, nous étudierons les différentes phases du mouvement révolutionnaire. Enfin, dans une troisième et dernière partie, nous nous pencherons sur l’échec du Printemps des peuples.

Les causes de la vague révolutionnaire de 1848

Dans un premier temps, intéressons-nous aux origines de ce mouvement révolutionnaire avec tout d’abord la diffusion du libéralisme en Europe et les revendications des libéraux.

Des revendications libérales et démocratiques

Dans le sillage de la Révolution Française, les peuples européens aspirent à plus de libertés. Ils sont marqués par les principes de 1789.

  • Au XIXe siècle, le libéralisme se diffuse en Europe.
bannière definition

Définition

Libéralisme :

Doctrine politique qui vise à limiter les pouvoirs de l’État et à augmenter les libertés individuelles.

Les libéraux revendiquent des constitutions.

bannière definition

Définition

Constitutions :

Textes de loi qui précisent l’organisation des pouvoirs.

Ils voudraient que ces constitutions limitent le pouvoir des souverains et leur assurent plus de libertés, notamment la liberté de la presse et celle de réunion. Ces revendications libérales se doublent d’aspirations nationales très fortes depuis le congrès de Vienne.

Des aspirations nationales

En 1815, après la défaite de Napoléon et l’écroulement de son Empire, le congrès de Vienne rétablit la monarchie absolue et redessine les frontières sans tenir compte des nationalités.

bannière definition

Définition

Nationalité :

Une nationalité, c’est ce qui définit un peuple avec un territoire, une langue, une culture, des traditions et une histoire en commun.

bannière à retenir

À retenir

Les monarchies européennes ignorent les aspirations nationales des peuples.

Ainsi, les Italiens et les Allemands sont dispersés dans plusieurs États et l’Empire d’Autriche comprend de nombreuses nationalités. À partir de 1815, ces aspirations nationales vont donc progresser en Italie, en Allemagne et dans l’Empire d’Autriche.

bannière à retenir

À retenir

  • En Italie et en Allemagne, où le peuple est divisé entre plusieurs États, il réclame ce qu’on appelle l’unification nationale.
  • À l’inverse dans l’Empire d’Autriche, où plusieurs peuples se côtoient, certains demandent l’indépendance. C’est le cas des peuples tchèque et hongrois.

Enfin, les révolutions de 1848 trouvent aussi leur origine dans une crise économique et sociale.

La crise économique et ses conséquences sociales

En 1845, l’Europe est touchée par une grave crise agricole. Les récoltes sont catastrophiques. Le prix des céréales flambe. La crise, qui touche toute l’Europe, ruine de nombreux paysans. Cette crise, d’abord agricole, se généralise dans les pays les plus développés, comme la France. Elle touche l’industrie, les finances et débouche finalement sur une crise sociale.

La crise agricole entraine une baisse de revenus des paysans qui ne peuvent plus rien acheter. La consommation diminue, les manufactures doivent donc réduire leur activité, ce qui entraîne une baisse des salaires et une forte hausse du chômage. La misère se répand parmi les ouvriers qui réclament plus de protection sociale.

Les phases du Printemps des peuples

Alt Le printemps des peuples : 1848 Le printemps des peuples : 1848

En France

On peut voir sur la carte ci-dessus que c’est en France que naît ce mouvement révolutionnaire qui se répand par la suite à la majeure partie de l’Europe. La France est sous la monarchie de Juillet du roi Louis-Philippe.

bannière rappel

Rappel

Il s’agit d’une monarchie constitutionnelle.

bannière definition

Définition

Monarchie constitutionnelle :

C’est une monarchie dans laquelle le pouvoir du roi est limité par une constitution.

Le roi Louis-Philippe a accordé un certain nombre de droits et de libertés, mais ils sont jugés insuffisants par une large partie du peuple. De plus, la crise économique de 1846-47 ne fait qu’augmenter les mécontentements.

Le 22 février 1848, une révolution éclate à Paris. Elle renverse en quelques jours la monarchie de Juillet. Une république est alors mise en place : c’est la « Deuxième République ».

bannière definition

Définition

République :

Régime politique sans roi, dans lequel le gouvernement est élu par le peuple.

Cette révolution parisienne a un énorme retentissement parmi les élites européennes. La révolution s’étend rapidement en Europe.

Dans l’Empire d’Autriche

En 1848, l’Empire d’Autriche est un immense empire qui regroupe de très nombreux royaumes, duchés et comtés. Plusieurs nationalités vivent sous la domination autrichienne.

Des insurrections éclatent dans tout l’Empire en mars 1848. Prague et Vienne se couvrent de barricades.

bannière definition

Définition

Barricades :

Les barricades sont des entassements d’objets et de matériaux divers, qui visent à empêcher le passage de l’adversaire et à se protéger lors des combats de rue.

L’empereur Ferdinand Ier doit s’incliner. Il accorde la liberté de la presse et promet une constitution.

bannière à retenir

À retenir

Fort de cette victoire, les Tchèques, les Polonais, les Croates, les Roumains et les Hongrois revendiquent plus de libertés civiques et réclament leur autonomie.

En Italie

En 1848, l’Italie est morcelée en plusieurs États (elle ne sera unifiée qu’en 1870). Il existe plusieurs petits royaumes. Les régions de Milan et Venise sont des possessions autrichiennes, tandis que Rome se trouve sous la domination du pape.

Les troubles révolutionnaires dans l’Empire d’Autriche réveillent les aspirations nationales de la bourgeoisie italienne. Les insurrections vont alors se multiplier. Le 22 mars 1848, l’armée autrichienne doit évacuer Milan et, le même jour, Venise proclame la République de Saint-Marc. Le 25 mars, le roi du Piémont-Sardaigne, Charles-Albert I, attaque l’Autriche. Enfin, à Rome, les révolutionnaires chassent le pape.

En Allemagne

Comme l’Italie, l’Allemagne de 1848 est divisée en de multiples États et royaumes et ne sera unifiée qu’en 1871.

Le 5 mars, des libéraux se réunissent à Heidelberg : ils organisent la création d’un parlement, représentant tous les États allemands. Cette assemblée se réunira pour la première fois le 18 mai à Francfort.

bannière à retenir

À retenir

Son objectif est de rédiger une constitution commune à tous les Allemands.

Le 18 mars 1848, une révolution éclate à Berlin. Des barricades sont érigées dans les rues. Le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume IV, est obligé d’accorder une nouvelle constitution à ses sujets et les autorise à brandir le nouveau drapeau national de l’Allemagne unifiée (le drapeau noir, rouge et or), visible sur l’image ci-dessous.

Alt Révolutionnaires brandissant le drapeau allemand le 18 mars 1848 à Berlin Révolutionnaires brandissant le drapeau allemand le 18 mars 1848 à Berlin

À Munich, le roi de Bavière est obligé d’abdiquer le 20 mars 1848.

bannière definition

Définition

Abdiquer :

Quitter le pouvoir.

Avec ces insurrections, il souffle sur l’Europe comme un vent de Révolution. Mais très rapidement, le mouvement est écrasé.

L’échec du mouvement révolutionnaire

La répression des révolutions

  • En Autriche, l’armée restaure le pouvoir impérial. L’empereur Ferdinand Ier, qui a dû fuir Vienne le 15 mai 1848, est contraint d’abdiquer au profit de son neveu François-Joseph. C’est lui qui va organiser la répression. Il obtient l’aide de l’Empire russe, qui craint une extension des troubles en Pologne.
  • Les mouvements libéraux et nationaux sont brisés et les Tchèques capitulent en juin 1848.
  • Vienne tombe en octobre 1848.
  • Les Hongrois résistent avec acharnement, avant d’être vaincus pendant l’été 1849.
  • En Allemagne, le parlement de Francfort est dissous en avril 1849. L’armée prussienne réprime l’insurrection. Les différentes tentatives de création de républiques sont déjouées.
  • Le 15 mai 1848, les républicains italiens sont écrasés par le roi de Naples.
  • Les troupes autrichiennes reprennent position à Venise en août 1849, et en Italie centrale. Seul le Royaume de Piémont réussit à conserver une constitution libérale.

Un échec général et le retour à l’ordre

bannière à retenir

À retenir

L’échec général du Printemps des peuples s’explique par l’absence de coordination entre les mouvements européens.

En effet, il n’y a pas d’unité entre les différents soulèvements révolutionnaires.

  • Ce sont des mouvements dispersés et isolés.

Par ailleurs, contrairement à la Révolution française, les révolutions de 1848 sont des révolutions urbaines, c’est-à-dire qu’elles se sont déroulées dans les villes. Les paysans n’y ont pas pris part.

La Deuxième République française apparait comme l’un des rares succès de cette expérience européenne.

bannière à retenir

À retenir

Mais, rapidement gouvernée par des conservateurs, elle refuse d’aider les révolutionnaires européens.

Les conséquences du mouvement révolutionnaire

Ces révolutions sont durement écrasées, mais les idées de nation et de liberté aboutissent une vingtaine d’années plus tard à l’unification de l’Italie (1870) et de l’Allemagne (1871). Les mouvements nationaux et libéraux sauront tirer des leçons de cet échec révolutionnaire.

Conclusion :

Le Printemps des peuples est un mouvement révolutionnaire qui embrase l’Europe en 1848. Les peuples européens revendiquent plus de libertés, et aspirent à l’unité nationale. Malgré la répression de l’ensemble des révolutions, le Printemps des peuples constitue un moment déterminant dans l’affirmation des aspirations nationales en Europe. Les mouvements italiens et allemands vont tirer des leçons de cet échec qui leur permettront de réaliser, vingt ans plus tard, leur unification.