Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Le bac de français 2023 arrive à grand pas ! Pas de stress, on a pensé à toi avec la liste des oeuvres ou bien un plan de révision pour les épreuves anticipées de 1ere 💪

De la possibilité d’établir un contrat social

  • Réclamer que les femmes soient des « citoyennes » est une véritable audace puisque cela ne s’était jamais fait auparavant.
  • Pour de Gouges, le fait que Louis XVI prête serment de fidélité le 14 septembre 1791 (le jour de la publication de sa Déclaration) à la nouvelle Constitution est une preuve que les mentalités se transforment et qu’une réforme en profondeur des institutions est possible.
  • Dans la « Dédicace à la reine », on devine que de Gouges croit vraiment que l’aristocratie peut se ranger derrière ce soulèvement populaire et peut accompagner la chute de la monarchie. Cette confiance envers le changement explique l’enthousiasme de l’écriture dans la Déclaration.
  • Il y a d’autant plus de raisons d’avoir confiance que les femmes prennent un rôle actif auprès des sans-culottes pendant les événements. C’est à cette époque qu’apparaît une forme moderne du militantisme politique.
  • De Gouges veut appeler à la lutte contre ce qui est désigné comme un abus de pouvoir.
  • Le développement de ce militantisme est possible car, avant 1789, la pensée occidentale fait la part belle à l’émancipation personnelle.
  • La philosophie connaît un essor exceptionnel, les penseurs promeuvent l’esprit critique, la tolérance, le progrès dans tous les domaines. Les principes religieux qui régissent lourdement la société d’ancien régime sont remis en cause, le plaisir et l’athéisme sont mis en avant, et le bonheur individuel est imaginé au centre de l’organisation sociale.
  • Olympe de Gouges souhaite tout particulièrement renverser le préjugé sexiste.
  • Ce dernier repose au moins sur deux idées préconçues : la première consiste à considérer que la femme, représentée par Ève, est fautive devant Dieu. L’idée que la femme est un être défaillant, peu fiable, s’installe dans les mentalités à partir de là.
  • Un second préjugé veut que la supériorité de l’homme soit naturelle. Or, il se trouve que tous les corps humains connaissent des moments de fragilité au cours de leur existence, et si cette fragilité implique que les corps doivent être protégés, cela n’implique pas qu’ils doivent être soumis à d’autres corps.
  • L’astuce intellectuelle de de Gouges consiste à ne pas renier Dieu ou la nature, mais à retourner ces arguments, pour montrer qu’en vérité l’égalité est un fait à la fois divin et naturel.
  • Il faut voir dans ces textes davantage qu’une provocation à l’égard des hommes et de tous ceux qui détiennent le pouvoir. En fait, les différentes formes que prend l’argumentation dans ce texte sont à comprendre comme une invitation à s’engager soi-même.

Rhétorique du combat politique

  • La Déclaration laisse entendre que les femmes ne pourront pas faire autrement, à l’avenir, que de prendre leur destinée en main. En ce sens, il y a une urgence à l’insurrection qui pousse de Gouges à faire usage de l’invective dans son texte.
  • La nécessité de travailler l’art oratoire est aussi exprimée explicitement. Pour de Gouges les femmes doivent pouvoir monter à la tribune, à une époque où elles n’ont que peu de permissions. L’impact d’une telle revendication est long à se faire sentir.
  • Cependant, c’est probablement ce genre de réclamation qui leur permettra d’obtenir le droit à la succession en 1790, et au divorce en 1792, avant que Napoléon Ier ne revienne sur l’attribution de ces libertés.
  • Attention, la Déclaration sera ridiculisée et passera même relativement inaperçue. Pendant la Révolution, le nom d’Olympe de Gouges sera vite oublié au moment d’accorder quelques droits aux femmes. Il faudra attendre les années  1980 pour qu’elle soit réhabilitée.
  • De Gouges en vient à manipuler un large spectre des outils de la rhétorique traditionnelle à travers ses textes. Chacune de ces parties démontre, à sa manière, qu’une force de conviction peut émaner du style pamphlétaire.
  • La Déclaration et les textes qui l’entourent relèvent donc du pamphlet. Le ton et les registres employés par de Gouges sont multiples.
  • La « dédicace à la reine » est un texte épistolaire.
  • L’« exhortation aux hommes », est un texte satirique.
  • Le « préambule » explique la raison d’être de la Déclaration et démontre qu’il est nécessaire d’établir des droits pour les femmes.
  • La réécriture de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclame l’égalité des sexes devant la loi. Réécrite avec le même lexique et la même syntaxe, il s’agit donc d’une parodie.
  • Par ces procédés, de Gouges met en doute l’idée selon laquelle le terme « homme » pourrait désigner tous les êtres. En somme, elle questionne l’universalité prétendue de la Déclaration des droits de l’homme.
  • Le « postambule » est adressé aux femmes, leur proposant de s’émanciper en choisissant de s’instruire et en réfléchissant, plutôt qu’en cherchant à incarner la beauté. Ce texte d’une grande éloquence recourt aussi à la satire pour rendre compte de l’organisation de la société française.
  • Le « contrat social », de Gouges est une réflexion juridique et philosophique qui n’hésite pas à provoquer la polémique, voire l’indignation. Il est possible de parler d’un essai.
  • Le texte d’Olympe de Gouges est un texte audacieux, qui engage à une réflexion sur le droit des femmes, et à ce que signifie s’engager dans le domaine politique.
  • Si on parle encore de ce texte aujourd’hui, c’est parce qu’il propose une réflexion d’avant-garde sur la situation sociale des femmes, mais aussi parce qu’il est un exemple de ce que signifie militer pour ses idées.