Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

L’information imprimée : le passage d’une culture orale, en Occident, à une culture de l’écrit

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

L’imprimerie est un ensemble de techniques permettant la reproduction en grande quantité, sur support matériel, d'écrits et d'illustrations, afin d'en permettre une distribution de masse. Son invention marque un véritable tournant dans l’histoire : jusqu’alors, les livres étaient fabriqués individuellement à la main. Des copistes recopiaient le texte et des enlumineurs le décoraient.

Il s’agira alors de comprendre comment les grandes révolutions techniques ont favorisé la circulation de l’information.

Pour cela, nous verrons tout d’abord que l’invention de l’imprimerie a révolutionné le quotidien en permettant une diffusion rapide des livres, puis que la presse écrite s’est surtout développée après la Révolution française. Enfin, nous nous pencherons sur l’âge d’or de la presse écrite au XIXe siècle.

La révolution de l’imprimerie

L’imprimerie, une rupture technologique

L’invention de l’imprimerie est une des grandes étapes de l’histoire de l’écriture au même titre que l’invention de l’idéogramme (vers 3 400 avant Jésus-Christ) ou que celle de l’alphabet (vers 1 400 avant Jésus-Christ).

bannière definition

Définition

Idéogramme :

Symbole graphique représentant un mot ou une idée, utilisé dans différents systèmes d'écriture (chinois et japonais par exemple).

bannière definition

Définition

Alphabet :

Système d'écriture constitué d'un ensemble de symboles dont chacun représente un des phonèmes d’une langue.

Le procédé d’impression des textes à l’aide de caractères mobiles est créé par Johannes Gutenberg vers le milieu du XVe siècle dans la région de Mayence.
Son invention est basée sur la fabrication de petites pièces métalliques avec un caractère en relief sur le dessus, appelées « types », et qui, tout en ayant rigoureusement une même hauteur, sont assemblées et mis en page. Cela permet de les imprimer ensemble.

En parallèle, dans le siècle qui précède l'invention de l'imprimerie, le papier, venu de Chine, est mis à la disposition des Occidentaux. Il est parfaitement plat et donc plus apte que le parchemin à passer sous la presse à imprimer. Des encres plus grasses et plus adhésives pour les surfaces de métal (auparavant impénétrables) sont également mises au point.

Une diffusion rapide du livre

À partir de 1460, la nouvelle technique de l’imprimerie se diffuse très rapidement à travers l'Europe. En 1480, des presses typographiques fonctionnent dans au moins 110 villes d'Europe (Venise, Milan, Augsbourg en Allemagne, etc.). Les livres sont rapidement enrichis d’illustrations gravées sur le bois. Quinze à vingt millions de ces nouveaux livres imprimés, appelés incunables, sont disséminés dans toute l’Europe à la fin du XVe siècle, cette dernière comptant alors une centaine de millions d’habitants presque tous analphabètes.

bannière definition

Définition

Incunable :

Par convention, livre imprimé en Europe avant le 1er janvier 1501.

La pratique de la lecture reste l’apanage des groupes sociaux dominants de la société d’Ancien Régime : la noblesse, le clergé et la bourgeoisie urbaine.

  • Dans cet ensemble, les textes religieux dominent avec à peu près 45 % du total ;
  • Viennent ensuite les volumes de caractère littéraire, classiques anciens, médiévaux et contemporains (un peu plus de 30 %) ;
  • Puis des livres de droit (un peu plus de 10 %) ;
  • Et enfin, les impressions de caractère scientifique (environ 10 %).

Moyen permettant d'accélérer la circulation de l'information, le livre imprimé favorise la diffusion de l’humanisme à la Renaissance et la cristallisation des opinions publiques pendant les guerres religieuses liées à la Réforme.

IMG1

La naissance de la presse

Les premiers balbutiements de la presse

Les premières feuilles volantes imprimées apparaissent à la fin du XVe siècle. Dénommées gazzeta en italien (gazettes), elles sont dédiées à l’actualité et narrent des cérémonies officielles ainsi que de grands événements diplomatiques et militaires.

Ce n’est qu’au XVIe siècle que naissent les « canards » qui relatent les faits divers criminels, catastrophiques et merveilleux. Puis, la Réforme voit apparaître :

  • les pamphlets ;
  • les libelles (petit livre de caractère satirique, diffamatoire) ;
  • les placards (panneau en bois sur lequel était affiché les premiers journaux) ;
  • les chansons de polémiques politiques ou religieuses.
bannière à retenir

À retenir

Il faut attendre le XVIIe siècle pour voir la naissance de la presse en tant qu’industrie, inscrite dans une périodicité fixe (en général hebdomadaire) et utilisant l’imprimerie pour multiplier ses exemplaires.

Le premier journal français est La Gazette de Théophraste Renaudot, tiré à 8 000 exemplaires. Créé en 1631 et constitué de quatre pages, il relate principalement les affaires diplomatiques et obéit au pouvoir en place.

  • Cette « feuille officielle », disposant d’un privilège d'exploitation en France, eut une influence importante : elle servit notamment au cardinal Richelieu d'instrument de propagande et d'organe pour faire connaître sa politique étrangère et intérieure.

Le matériel d’impression utilisé pour créer les journaux de l’Ancien Régime n’a pas beaucoup évolué depuis que Gutenberg l’a mis au point. Jusqu’au XIXe siècle, c’est le règne de la presse à bras.

bannière definition

Définition

Presse à bras :

Dispositif destiné à imprimer des textes et des illustrations sur du papier, en exerçant une forte pression sur la feuille de papier placée sur une composition préalablement encrée, de manière à ce que l'encre se dépose sur le papier.

Une grande énergie humaine est nécessitée par la réalisation des journaux même si leur format est petit (in quarto, c’est-à-dire une feuille d’impression pliée en quatre formant ainsi huit pages) et leur nombre de pages limité. Les typographes doivent composer chaque page de manière manuelle, caractère par caractère, ligne par ligne, et les ouvriers « pressiers » répètent inlassablement leurs gestes :

  • la forme, qui enferme la composition, est ajustée sur le marbre puis encrée à l’aide de balles (boules de cuir et de chiffon imprégnées d’encre) ;
  • une feuille lui est ensuite appliquée, cette dernière étant alors compressée par une platine, descendue à la main grâce à une vis en bois, puis remontée ;
  • on répète cette opération avant de retourner la feuille pour que le verso soit imprimé de manière similaire.
  • On produit à cette époque entre 150 et 200 feuilles par heure, soit environ 2 500 par jour de travail.
bannière definition

Définition

Composition :

Assemblage de caractères pour former des lignes. Elle a été réalisée manuellement avec de petits caractères de plomb, de la naissance de l’imprimerie au XVe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle.

géopolitique information imprimée culture gravure presse à bras Gravure d’un imprimeur sur une presse à bras ©Frédéric Bisson

La Révolution française

Dès l’extrême fin du XVIIIe siècle, au temps de la Révolution française, les journaux parisiens se multiplient. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, dans son article 11, définit les grands principes de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression :

bannière citation

Citation

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

L’année 1789 voit exploser le nombre de quotidiens qui passe de deux à trente-trois à Paris. Ce sont, en général, des quotidiens du matin qui ont été imprimés durant la nuit, afin que les premiers exemplaires soient prêts pour la distribution du matin par portage et les autres déposés à la poste pour les provinces.

  • La curiosité frénétique des lecteurs, désireux d’être informés des événements du moment, entraîne cette explosion du nombre de titres.
bannière à retenir

À retenir

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

De nombreux ouvriers sont nécessaires pour créer les cinq éditions du Journal des débats, tiré à 27 000 exemplaires au printemps 1814. Le travail de ces nombreux typographes, parmi lesquels figurent vingt-cinq à trente compositeurs, cinq metteurs en page et vingt à trente pressiers, devient alors complexe à orchestrer.

Ces journaux quotidiens parviennent à une diffusion importante : plus de 160 000 exemplaires en 1791, sans compter les journaux des départements.

L’âge d’or de la presse écrite au XIXe siècle

bannière à retenir

À retenir

Le XIXe siècle est l'ère du journal pour tous. La presse acquiert une sorte de monopole dans la transmission des nouvelles, dans l'expression des opinions et dans la vulgarisation des connaissances, des idéologies et des modes de toute nature.

L'industrialisation de la fabrication des journaux

D’artisanale, la fabrication passe au stade industriel au XIXe siècle. Cette révolution technologique est à multiples facettes.

Entre les années 1820 et 1890, l’impression sur cylindre, les rotatives et l’utilisation de la vapeur augmentent la cadence des presses mécaniques. Ce sont des machines capables d’imprimer 15 000 journaux à l’heure en 1870 et jusqu’à 50 000 quotidiens de 12 pages à la veille de la Première Guerre mondiale.

La composition est progressivement assurée par les premières machines à composer des matrices (moules) de textes.
Il faut toutefois attendre l’extrême fin du XIXe siècle pour voir l’invention d’Ottmar Mergenthaler, la linotype, s’installer dans les imprimeries.

bannière definition

Définition

Linotype :

Machine de composition typographique au plomb permettant de saisir les caractères sur un clavier.

Les progrès de la similigravure, définitivement au point en 1880, permettent la reproduction des photographies. L'illustration devient un élément essentiel de l'attrait de la presse.

bannière definition

Définition

Similigravure :

Technique d'impression qui permet de reproduire un document monochrome fait de demi-teintes comme une photographie.

Les progrès concernent aussi les matériaux et les formes d’énergie les plus récentes. L’électricité est employée comme force motrice des rotatives à la fin du siècle et le papier de bois remplace le papier de chiffon pour répondre à une demande toujours plus gourmande de l’industrie de la presse.

  • La consommation de papier journal avoisine les 250 000 tonnes en 1912.

IMG3 > Graphique évolution des tirages et du nombre de quotidiens en France au XIXe siècle

Une presse de plus en plus diversifiée dans un contexte de démocratisation politique

À la veille de la Grande Guerre, tout le monde ou presque lit le journal. Pour s’en assurer, les grands titres publient même des suppléments illustrés à destination des femmes et parfois des jeux aux enfants.

bannière à retenir

À retenir

La conquête de ces nouveaux lecteurs, permise par les progrès techniques et la progression du taux d’alphabétisation en France, qui atteint 95 % à la fin du XIXe siècle, donne naissance à l’expression « âge d’or de la presse ».
Les quotidiens récoltent donc les fruits du long processus de création d’écoles depuis les lois Guizot jusqu’aux lois de Jules Ferry.

Le régime de la presse est extrêmement libéral. Il est encadré par l’une des premières grandes lois de la IIIe République : la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Cette loi permet alors un essor inégalé de la presse d’opinion.

  • L’article 5 indique ainsi : « Tout journal ou écrit périodique peut être publié sans déclaration ni autorisation préalable et sans dépôt de cautionnement. »
  • La seule restriction donnée pour la création d’un journal, liée aux questions de responsabilité, est précisée au début de l’article 6 : « Toute publication de presse doit avoir un directeur de la publication. »

Le triomphe de la presse populaire (dédiée aux crimes) et de nouvelles à sensation se vérifie de jour en jour aux dépens d’une presse politique plus austère.

  • Le Petit Journal (583 820 exemplaires en 1880), fondé par Moïse Millaud en 1863, vise cette clientèle populaire. Il met en place une recette simple : fidéliser le public en satisfaisant son goût pour la fantaisie, le récit, les histoires spectaculaires. En bref, il mise sur la chronique, le roman-feuilleton et le fait divers.

En 1885, quatre titres en France totalisent plus de 4 millions d’exemplaires sur les 5 millions d’exemplaires quotidiens vendus (Le Petit journal, Le Petit Parisien, Le Matin et Le Journal).

  • En 1914, avec près de 10 millions d’exemplaires quotidiens, la presse française est devenue la première en Europe et la deuxième dans le monde après les États-Unis.

Conclusion :

Les grandes révolutions techniques, telles que l’imprimerie ou la presse écrite, ont favorisé la diffusion des savoirs.
L’invention de l’imprimerie par Gutenberg s’est répandue rapidement en Europe. Au XVe siècle, la majeure partie de la population est analphabète, et ce ne sont que les plus aisés qui sont suffisamment instruits pour lire. D’ailleurs, l’humanisme se diffuse par le biais des incunables.
La presse naît également au XVe siècle. Avec la Révolution apparaissent les lois de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression ; les journaux se multiplient alors et connaissent une diffusion importante.
Toutefois, la presse écrite ne se démocratise véritablement qu’au XIXe siècle, lorsqu’elle s’industrialise. La linotype, la similigravure, l’arrivée du papier de bois ou de l’électricité sont autant de progrès techniques qui rendent possible une meilleure production des journaux. Dans le même temps, l’alphabétisation de la population permet de toucher un plus large public, qui aime se tenir informé des événements.