Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L’information imprimée : le passage d’une culture orale, en Occident, à une culture de l’écrit

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

La révolution de l’imprimerie

  • C’est vers le XVe siècle que Gutenberg invente l’imprimerie. Cela marque un tournant dans l’histoire. Le siècle précédent, le papier (venu de Chine), est mis à la disposition des Occidentaux.
  • À la fin du siècle, on estime qu’entre quinze ou vingt millions d’incunables ont été répandus en Europe, bien que la majeure partie de la population soit analphabète.
  • La pratique de la lecture reste le privilège des groupes sociaux dominants (noblesse, clergé et bourgeoisie urbaine).
  • Les textes religieux dominent la production. Viennent ensuite les volumes de caractère littéraire, classiques anciens, médiévaux et contemporains. Puis, dans une moindre mesure, les livres de droit et ouvrages scientifiques.
  • Le livre imprimé permet d’accélérer la circulation de l’information et favorise la diffusion de l’humanisme à la Renaissance

La naissance de la presse

  • À la fin du XVe siècle naissent les premières feuilles volantes imprimées.
  • Il faut attendre le XVIIe siècle pour voir la naissance de la presse en tant qu’industrie, inscrite dans une périodicité fixe (en général hebdomadaire) et utilisant l’imprimerie pour multiplier ses exemplaires.
  • Dès la Révolution française, les journaux parisiens se multiplient. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, dans son article 11, définit les grands principes de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression.
  • La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.
  • Les journaux quotidiens parviennent à une diffusion importante : plus de 160 000 exemplaires en 1791, sans compter les journaux des départements.

L’âge d’or de la presse écrite au XIXe siècle

  • Le XIXe siècle est l'ère du journal pour tous. La presse acquiert une sorte de monopole dans la transmission des nouvelles, dans l'expression des opinions et dans la vulgarisation des connaissances, des idéologies et des modes de toute nature.
  • La fabrication n’est plus artisanale mais industrielle.
  • L’impression sur cylindre, les rotatives et l’utilisation de la vapeur augmentent la cadence des presses mécaniques.
  • Il faut attendre l’extrême fin du XIXe siècle pour voir :
  • la linotype s’installer dans les imprimeries ;
  • l’électricité être employée comme force motrice des rotatives ;
  • le papier de bois remplacer le papier de chiffon.
  • La conquête de nouveaux lecteurs, permise par les progrès techniques et la progression du taux d’alphabétisation en France (qui atteint 95 % à la fin du XIXe siècle) donne naissance à l’expression « âge d’or de la presse ».
  • Les quotidiens récoltent donc les fruits du long processus de création d’écoles depuis les lois Guizot jusqu’aux lois de Jules Ferry.