Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
L’ogre : le personnage qui fait peur

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Le personnage de l’ogre, créature géante dévoreuse d’humains, apparaît dès l’Antiquité. Par exemple Cronos, l’un des premiers dieux grecs, est décrit comme un père qui mange ses propres enfants.

Au XVIIe siècle, l’ogre réapparaît dans les contes, ceux de Charles Perrault notamment.

Le conte est un court récit qui s’est transmis d’abord oralement avant d’être imprimé. Il est porteur d’une morale et ses personnages sont souvent merveilleux, comme les sorcières, les fées ou les ogres.

Dans ce cours nous allons étudier des extraits de contes et nous nous intéresserons particulièrement au personnage de l’ogre. Nous verrons ce qui le caractérise et nous nous demanderons quelle est sa fonction dans les contes.

L’ogre : un personnage merveilleux

bannière à retenir

À retenir

Il existe trois genres littéraires : le genre narratif, le genre théâtral et le genre poétique. Le conte appartient au genre narratif, on parle donc de sous-genre narratif.

« Le Petit Poucet » est un conte issu de la tradition orale retranscrit et remanié par Charles Perrault. Il paraît dans Les contes de ma mère l’Oye en 1697 et raconte l’histoire d’une famille de bûcherons, qui n’ayant plus les moyens de subvenir aux besoins de leurs enfants, décident de les abandonner en forêt. La première fois, Poucet arrive à sauver ses frères en les ramenant à la maison. La deuxième fois cependant, il ne retrouve plus le chemin. À la tombée de la nuit, le Petit Poucet et ses frères craignent de se faire dévorer par les loups et demandent alors l’hospitalité à une femme dans une chaumière.

Le Petit Poucet sème des cailloux pour retrouver son chemin. Gustave Doré, illustration pour « Le Petit Poucet » de Charles Perrault, 1862 Le Petit Poucet sème des cailloux pour retrouver son chemin. Gustave Doré, illustration pour « Le Petit Poucet » de Charles Perrault, 1862

bannière definition

Définition

Chaumière :

Une chaumière est une maison traditionnelle dont le toit est fait de chaume, c’est-à-dire de paille.

La femme accepte de les héberger mais les prévient que son mari est un ogre et qu’ils doivent se cacher.
Mais à peine l’ogre est-il rentré qu’il sent déjà la présence des enfants.

« Le mouton était encore tout sanglant, mais il ne lui en sembla que meilleur. Il fleurait1 à droite et à gauche, disant qu’il sentait la chair fraîche.
‟- Il faut, lui dit sa femme, que ce soit ce veau que je viens d’habiller2 que vous sentez.
- Je sens la chair fraîche, te dis-je encore une fois, reprit l’Ogre, en regardant sa femme de travers, et il y a ici quelque chose que je n’entends3 pas.” »

1 Fleurer signifie sentir.
2 Habiller veut dire ici préparer.
3 Entendre est utilisé ici comme comprendre.

L’Ogre et sa femme, Gustave Doré, illustration pour « Le Petit Poucet » de Charles Perrault, 1862 L’Ogre et sa femme, Gustave Doré, illustration pour « Le Petit Poucet » de Charles Perrault, 1862

Les verbes « était », « fleurait », « sentait » sont conjugués à l’imparfait de l’indicatif, ils expriment un état ou une action qui dure dans le temps.

Par exemple, le fait que le verbe « fleurer » soit conjugué à l’imparfait indique que l’Ogre prend son temps et sent tout autour de lui. En revanche, le verbe « sembler » est conjugué au passé simple parce qu’il s’agit d’une action brève dans le temps. Sur le moment, le mouton semble appétissant à l’Ogre, mais on ne s’attarde pas sur ce fait.

  • On peut remarquer qu’il s’agit des temps du récit.
bannière à retenir

À retenir

Les temps du récit sont l’imparfait et le passé simple de l’indicatif.

Les verbes « faut », « sentez », « sens », « dis », « a », et « entends » sont conjugués au présent de l’indicatif.

  • Le plus souvent, un dialogue au discours direct est au présent de l’indicatif.
bannière à retenir

À retenir

Un dialogue au discours direct se repère aisément par la présence de guillemets. Le discours direct permet de rapporter directement les paroles du personnage.

Cela rend le récit plus vivant, on peut ainsi sentir l’inquiétude chez la femme de l’Ogre qui ne souhaite pas qu’il découvre les enfants cachés.

La principale préoccupation de l’Ogre est la nourriture, son champ lexical est présent : « mouton », « chair fraîche ». Cependant, l’alimentation de l’Ogre est liée à l’horreur : le mouton est encore « tout sanglant » et la « chair fraîche », qui fait penser à de la viande, se rapporte en réalité aux enfants.

  • La préoccupation pour la nourriture est un trait de caractère propre aux ogres : ils ne sont jamais rassasiés, ils ont toujours faim.

L’Ogre a un sens de l’odorat particulièrement développé, il sent la présence des enfants. Cela relève d’un pouvoir quasi surnaturel et fait penser à un prédateur.

bannière definition

Définition

Prédateur :

Un prédateur est un animal sauvage qui chasse les autres animaux.

  • Le personnage de l’Ogre est un personnage merveilleux puisqu’il n’est pas réaliste, il possède un odorat exceptionnel et mange les enfants.
bannière definition

Définition

Merveilleux :

Les histoires du registre merveilleux sont constituées d’éléments surnaturels, comme des personnages ou des lieux. On y trouve alors des fées, des sorcières ou encore des dragons et personne ne s’en étonne.

Le fait que le mouton sanglant fasse envie à l’Ogre est effrayant et son pouvoir le rend encore plus inquiétant. Le lecteur se demande comment le Petit Poucet et ses frères vont pouvoir se sortir de cette situation dangereuse.

L’Ogre est donc une figure terrifiante, il évoque la peur au lecteur. Mais la seule figure de l’Ogre ne suffit pas à inspirer la peur, l’auteur doit également créer un contexte propice à ce sentiment.

Le décor du conte : la création d’un climat de peur

Dans les contes d’Europe du Nord et de l’Est, les sorcières sont souvent aussi des ogresses, comme dans ce conte russe du XIXe siècle d’Alexandre Afanassiev, « Vassilissa-la-très-belle ».

Vassilissa a été envoyée par sa belle-mère chez la Baba-Yaga, la sorcière-ogresse traditionnelle des contes russes. Elle habite une maison effrayante au cœur de la forêt. Voici la description de cette maison :

« Vassilissa marcha toute la nuit et toute la journée suivante, et elle n’arriva que le deuxième soir à la clairière où se trouvait la chaumière de la Baba-Yaga ; autour de la chaumière, il y avait une palissade1 construite d’ossements humains, et, sur la palissade, se trouvaient des crânes humains avec leurs yeux ; sur la porte, au lieu du crochet, il y avait des tibias2 humains ; au lieu du verrou, des os de bras ; au lieu de serrure, des mâchoires aux dents pointues. »

1 Une palissade est une clôture faite avec des planches.
2 Le tibia est un os de la jambe.

Yvan Bilibin, Vassilissa, 1899 Yvan Bilibin, Vassilissa, 1899

L’auteur décrit ici la maison de la Baba-Yaga. Pour ce faire, il emploie l’imparfait de l’indicatif.

  • L’imparfait est le temps utilisé pour les descriptions dans un récit.

La maison est présentée de façon détaillée. En premier lieu, le cadre de cette chaumière est présenté. Elle se situe dans une clairière enfoncée profondément dans la forêt, il faut deux jours de marche pour y accéder. L’auteur décrit d’abord l’extérieur de la maison et zoome ensuite jusqu’au plus petit détail.

Alexandre Afanassiev révèle donc d’abord le cadre dans lequel est situé cette chaumière, puis décrit la « palissade », puis « la porte », ensuite le « crochet », les « verrous » et pour finir la « serrure ». Cela donne un effet angoissant, le lecteur a le sentiment de ne pouvoir échapper à cette sorcière dont on se rapproche lentement mais inévitablement.

On peut relever dans cet extrait le champ lexical du squelette avec les termes « ossements humains », « crânes humains », « tibias humains », « os de bras » et « mâchoires aux dents pointues ». La répétition de l’adjectif « humain » rappelle avec insistance que la sorcière mange des hommes. La maison est décorée avec les ossements des victimes de la sorcière.

  • Les éléments des descriptions sont donc macabres.
bannière definition

Définition

Macabre :

L’adjectif macabre désigne quelque chose de triste, de lugubre qui évoque la mort.

bannière à retenir

À retenir

Le lieu est merveilleux puisqu’il est constitué d’éléments qu’on ne rencontre pas dans le monde réel.

Le lecteur se sent angoissé pour Vassilissa qui doit entrer dans cette maison. Et sans même avoir vu la sorcière-ogresse, on pressent le danger pour la jeune fille.

bannière à retenir

À retenir

Alexandre Afanassiev utilise le merveilleux comme Charles Perrault pour renforcer l’horreur de sa description. Les détails de la description sont exagérément horribles afin de faire peur au lecteur avant même d’avoir fait la connaissance du personnage effrayant de la sorcière-ogresse.

Conclusion :

L’ogre dans les contes apparaît comme un être monstrueux. Il constitue un personnage effrayant et merveilleux. Le héros doit affronter l’ogre et surmonter cette épreuve pour se sortir d’une situation cauchemardesque. La confrontation avec l’ogre amène le lecteur à dépasser ses propres peurs.