Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

La littérature d'idées du XVIe au XVIIIe siècle

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

L’idée en littérature

  • La littérature d’idées a pour but de faire réfléchir le récepteur de l’œuvre et de développer son esprit critique : elle est un moyen de l’informer, de le convaincre ou de le persuader. Elle permet aussi de dénoncer.
  • Selon le genre d’œuvre mis à profit, l’auteur peut procéder par argumentation directe ou par argumentation indirecte.
  • Ce type de littérature a eu l’avantage, à des époques où la censure surveillait les productions littéraires, d’éviter l’interdiction et le retrait des œuvres concernées.
  • Les formes de la littérature d’idées évoluent en fonction du contexte historique, social, politique, ou encore culturel d’une époque.
  • Plusieurs genres littéraires se sont prêtés à une argumentation directe ou indirecte aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Les genres argumentatifs directs sont :
  • l’essai (Essais, Montaigne, Pensées, Pascal, Pensées philosophiques, Diderot, Pensées, Montesquieu, Méditations métaphysiques, Spinoza, Pensées pour moi-même, Marc Aurèle) ;
  • les maximes (Réflexions et sentences ou Maximes morales, La Rochefoucauld) ;
  • le discours (Discours, Ronsard, discours de Racine à l’Académie française, Discours sur les Arts et les sciences et Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Rousseau) ;
  • les débats ou dialogues philosophiques (Le neveu de Rameau, Diderot).
  • Les genres argumentatifs indirects sont :
  • l’apologue, contenant la fable (Fables, La Fontaine ou Florian) et le conte (Contes de ma mère l’Oye, Perrault) ;
  • le conte philosophique (Candide, Voltaire) ;
  • le roman (cycle de Pantagruel, Rabelais, Lettres persanes, Montesquieu) ;
  • le théâtre (Le Tartuffe, Molière, Le Mariage de Figaro, Beaumarchais).
  • Tous les genres littéraires peuvent être utilisés à des fins d’exposition d’idées.

Le contexte de la littérature d’idées aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

  • À la fin du XVe siècle et au XVIe siècle, d’importants changements font évoluer les connaissances des Européens et bouleversent les mentalités.
  • La découverte du nouveau monde et de nouvelles routes de navigation incitent les penseurs au relativisme, et au développement de la tolérance (Montaigne, livre III des Essais).
  • La révolution copernicienne révolutionne la pensée.
  • L’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 1450 permet la diffusion du savoir et un accès direct aux textes.
  • Cela entraîne une lecture renouvelée et critique de la Bible et des Évangiles, qui entraîne la naissance de la religion protestante, puis le début des guerres de religion. Les faits incitent les auteurs à prendre parti.
  • Dans le domaine culturel, l’époque est marquée par la redécouverte des textes grecs et latins grâce à l’arrivée des lettrés de l’Empire romain d’Orient en Europe. Ainsi les intellectuels de renouent avec la littérature et la philosophie antiques dont ils épousent les préceptes de sagesse (Essais, de Montaigne).
  • XVIe siècle : siècle de l’humanisme (Montaigne, Rabelais).
  • XVIIe siècle : dominé en France par la puissance de Louis XIV. Les mœurs et l’idéal de « l’honnête homme » sont des sujets prédominants dans la littérature d’idées du XVIIe siècle.
  • Les grands auteurs de ce temps sont tous des moralistes. La Rochefoucauld (Les Maximes), La Bruyère (Les Caractères), Bossuet (Les Sermons), Pascal (Les Pensées) ou encore Molière veulent plaire sans renoncer à enseigner aux hommes de leur temps.
  • XVIIIe siècle : caractérisé par son esprit contestataire. Ce siècle est donc particulièrement fertile en textes engagés et peut être considéré comme un âge d’or de la littérature d’idées. L’Encyclopédie est l’œuvre majeure de ce temps et une vitrine des valeurs libérales des Lumières.
  • Cependant les écrivains sont à cette époque soumis à l’arbitrage de censeurs royaux qui s’acharnent contre les philosophes comme Diderot, Voltaire, Rousseau ou encore Montesquieu. Les écrivains font alors imprimer leurs œuvres à l’étranger, parfois de manière anonyme.
  • La contestation se développe ainsi très souvent par le biais d’une argumentation indirecte, avec des genres très variés. Le récit et le théâtre sont mis à profit.
  • La littérature d’idées naît donc de la rencontre entre les problématiques d’une époque et un genre littéraire adapté au tempérament d’un auteur.

Les procédés et registres littéraires dans la littérature d’idées

  • Les registres satirique et comique : leur but est le même, faire rire ou sourire le lecteur ou spectateur. Ainsi, la satire est une composante du comique quand celui-ci se fixe comme but la critique (Les Caractères, La Bruyère, Le Malade imaginaire, Molière).
  • Le registre ironique : l’auteur atténue la critique formulée (Candide, Voltaire).
  • Le registre polémique : l’auteur cherche à frapper les esprits pour dénoncer. Une polémique met face à face deux partis, deux opinions. Elle cherche à entraîner le lecteur à changer d’avis ou de comportement (Essais, Montaigne, Dictionnaire philosophique, Voltaire).