Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Nouvelles formes d'expression de violence et de délinquance

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Ce cours est en cours de création par nos équipes et il sera prêt pour la rentrée 2019 💪

Introduction :

La violence et la délinquance sont inhérentes à une société fragilisée économiquement, politiquement et socialement. En effet, les laissés pour compte, les chômeurs, les marginaux sont des populations en situation de grande fragilité. Elles peuvent être tout à la fois des victimes de ces phénomènes agressifs, comme en être la source en raison de la colère ou du sentiment d’injustice ressenti vis-à-vis d’une société qui refuse de les prendre en considération. L’exemple du cyberharcèlement interroge sur ces nouvelles formes de violence et de délinquance, et leurs conséquences.
Nous effectuerons tout d’abord une analyse sociologique des victimes de ces violences et de leurs auteurs puis nous examinerons la façon dont se manifestent les nouvelles formes de violence et de délinquance dans une société fragilisée. Enfin nous examinerons les solutions proposées pour lutter contre ces fléaux.

Violence et délinquance : analyse sociologique de leurs nouvelles formes d’expression

La violence et la délinquance ont évolué au cours de l’histoire. Elles sont le fruit d’un contexte économique, social et politique intense et en mouvement.

Analyse sociologique des victimes

En 2019, la France est un pays économiquement fragmenté avec des inégalités croissantes et traversé par des communautarismes saillants.
Les chômeurs peuvent ainsi être considérés comme les victimes d’une forme de violence économique : sans emploi, ils subissent la mise à l’écart de la société de consommation et peinent à obtenir une reconnaissance sociale dont bénéficient celles et ceux qui sont intégrés par l’emploi.

Cette fracture sociale est encore plus visible avec la question du mariage pour tous qui a suscité de nombreux commentaires et polémiques de la part de certains opposants, faisant ainsi ressurgir le rejet des homosexuels. Ce rejet est aujourd’hui toujours très présent mais il est également dénoncé par les médias et les associations.

mariage pour tous kiss-in Des kiss-in ont été organisés par des partisans du « mariage pour tous » (ici à Strasbourg en 2013) afin de dénoncer des manifestations jugées parfois homophobes ©ClaudeTruong-Ngoc – cc-by-sa-3.0

Les femmes aussi sont victimes de violence, soit physiques, soit symboliques lorsque la société se révèle incapable de garantir les droits des femmes et l’égalité salariale entre femmes et hommes. Enfin, on peut bien sûr mentionner les victimes du racisme en raison de leur provenance ethnique et/ou géographique.

bannière à retenir

À retenir

Toutes ces victimes sont aujourd’hui le symbole d’un État qui faillit à unir ses citoyennes et citoyens autour d’un idéal commun.

Analyse sociologique des responsables

Si la violence et la délinquance ont évolué, il faut analyser qui en sont les nouveaux responsables afin de comprendre leurs motivations et leur façon de procéder.
Les grands groupes économiques sont les principaux responsables de la violence économique : par la multiplication des délocalisations et la dégradation progressive des conditions de travail ils ont participé à la hausse du chômage. L’État est considéré comme responsable des violences lorsqu’il n’agit pas pour lutter contre les discriminations. Par exemple, il a fallu attendre le premier mandat de François Mitterrand en 1981 pour que la lutte contre le racisme devienne un enjeu politique majeur.
Certains responsables des violences, comme les anonymes, profitent de la liberté laissée par Internet pour agresser verbalement des personnes en situation de fragilité psychologique et physique.

bannière à retenir

À retenir

La responsabilité de la violence et de la délinquance actuelles est à partager entre les institutions (grandes entreprises, États) et les individus (internautes anonymes, individus violents, etc.)

La problématique de l’anonymat sur Internet

L’anonymat sur Internet est, pour l’instant, un droit. Toutefois, l’abus de celui-ci pose la question de son maintien. Chacune et chacun d’entre nous a en effet la liberté d’intervenir sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube) de manière totalement anonyme. Bien entendu, la majorité des internautes jouit de ce droit dans le respect d’autrui, mais les cas d’excès sont nombreux. On assiste alors à la diffusion d’infox, à la profération d’insultes et discours de haine ou, plus grave encore, à une véritable campagne de harcèlement, envers un groupe de personnes, ou des individus en particulier. Ces campagnes peuvent être aussi brèves que brutales et avoir des conséquences graves.

cyberharcèlement Cyberharcèlement

bannière à retenir

À retenir

La saisie de la justice, ainsi que le fait d’alerter ses proches, restent alors les meilleurs moyens de lutter contre ces violences. Si l’anonymat sur Internet est une garantie du respect de la liberté des individus, les nombreux cas d’attaques verbales et de cyberharcèlement doivent inciter les internautes à faire preuve de vigilance.

Ainsi, comprendre comment agissent les auteurs de ces crimes et délits est une première étape pour établir un plan de lutte contre ces fléaux.

La manifestation des nouvelles formes de violence et de délinquance

Par la propagande

La propagande des idées haineuses est un des moyens utilisés par celles et ceux qui veulent s’opposer frontalement à la société pour diffuser leur vision de la violence.

bannière exemple

Exemple

C’est pourquoi YouTube a été régulièrement désigné et blâmé pour avoir permis la diffusion de vidéos relayant la parole de personnalités révisionnistes et négationnistes par exemple, ou bien montrant des actes de violence explicites. Dans ce dernier cas, ces vidéos ont notamment été le fait de groupes cherchant à répandre la peur et la crainte.

La propagande est un outil redoutable et souvent utilisé par celles et ceux qui considèrent la violence comme seul moyen d’expression.

Par le biais de la politique

Des groupes politiques peuvent inciter à la violence, qu’elle soit symbolique ou physique, contre des individus ou des groupes d’individus.

bannière exemple

Exemple

Le Front national, en France, a longtemps véhiculé sa haine prononcée contre les étrangers et toute forme d’immigration. Aujourd’hui, ce parti se retrouve débordé par des groupuscules encore plus radicaux. Ces derniers n’hésitent pas à utiliser la violence physique sur des individus ou des groupes d’individus. On peut citer par exemple le groupe nommé les Identitaires.

De l’autre côté du spectre politique, les Black Blocs sont un groupuscule d’extrême-gauche, voire anarchiste, régulièrement en première ligne dans des manifestations ayant pour revendications des améliorations sociales et/ou économiques. Leur but est de casser, briser des commerces et services qui symbolisent selon eux l’asservissement des individus à une forme déshumanisée du capitalisme.

Les groupuscules se caractérisent par une violence symbolique et physique et n’hésitent pas à sortir du cadre de la loi pour faire valoir leurs revendications.

Par le cadre institutionnel

C’est sans doute le moyen le plus insidieux de diffusion des nouvelles formes de violence et de délinquance car il est le fait de personnes morales qui devraient, en théorie, garantir les citoyennes et citoyens contre toute forme d’agression.

bannière definition

Définition

Personne morale :

Ce terme désigne une entité dotée de la personnalité juridique et qui, à ce titre, a des droits et des obligations (associations, collectivités, sociétés, etc.). Cette notion s’oppose à celle de personne physique, qui désigne un individu concret.

La discrimination à l’embauche fait partie de ces violences symboliques insidieuses et implicites. Elle est le fait d’entreprises qui refusent d’embaucher, pour des prétextes juridiquement infondés, des femmes, des handicapés ou des personnes issues de l’immigration.

bannière à retenir

À retenir

De même, lorsque l’État ne parvient pas à faire respecter l’obligation pourtant légale d’égalité salariale entre femmes et hommes, il se met alors en irrégularité par rapport aux attentes citoyennes d’une société apaisée et respectueuse de chaque individu.

Les institutions, qui sont pourtant de supposés modèles, ne sont pas exemptes de reproches lorsqu’il s’agit d’analyser les nouvelles formes de violence et de délinquance qui entravent notre société.

Quelles solutions ?

Comprendre et analyser les nouvelles formes de violence et de délinquance est une chose ; mais comment pouvons-nous y mettre un terme ?

La prévention

Assurée notamment par l’école via l’intervention d’associations dans les établissements, la prévention est essentielle dans cette lutte contre les agressions. Il appartient à chacun de s’assurer qu’il les informations nécessaires pour identifier les nouvelles formes de violences et de délinquances et lutter contre elles. Dans le cas contraire, l’élève peut se rapprocher de son conseiller principal d’éducation. quant aux salariés ils peuvent solliciter le service des ressources humaines.

bannière à retenir

À retenir

La prévention est la première arme pour aider les individus à se prémunir contre la violence.

La solidarité

Personne ne doit rester isolé lorsqu’il ou elle fait face à une situation de danger potentiel.
Le cas le plus concret pour les adolescents reste celui du cyberharcèlement. Régulièrement rapporté dans les médias, il recouvre des formes diverses : des adultes pédophiles peuvent tenter de séduire de jeunes victimes mal informées et donc mal protégées ; ou bien plusieurs adolescents peuvent en prendre un ou une autre pour cible et se déchaîner sur la victime en l’insultant ou la menaçant. Bien souvent, la victime subit alors des graves séquelles : troubles psychologiques, déscolarisation, voire même suicide. Il est donc essentiel que chacune et chacun reste vigilant et attentif aux signaux de détresse émis par un individu en situation de fragilité.

bannière à retenir

À retenir

La solidarité peut permettre à une victime de sortir de l’isolement pour ainsi faire entendre sa voix en réaction au harcèlement.

La loi

La Loi ne peut jamais être considérée comme un bloc figé : elle peut et doit évoluer en fonction des nouvelles problématiques de la société pour apporter une réponse sans cesse adaptée.

bannière exemple

Exemple

Lorsque la France a été touchée par les attentats de 2015, la République a su répondre en adaptant son arsenal législatif afin de se prémunir contre de nouvelles attaques meurtrières.

La loi est un outil permettant de mettre à mal ces violences.

Conclusion :

Les faits de violence et de délinquance sont des phénomènes en constante évolution et auxquels Internet a donné un relief nouveau. La médiatisation de ces agressions et la réponse législative sont essentielles pour lutter contre ces fléaux, mais la mobilisation citoyenne reste un excellent acte de prévention et de lien social entre les individus. La visibilité des victimes face à ces nouvelles formes de violence et de délinquance est un moyen rapide et efficace pour sensibiliser l’opinion publique à leurs souffrances.