Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Théorie et expérience

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

Comment pouvons-nous connaître les choses de façon sûre ? Comment pouvons-nous être certains de la vérité de notre savoir ? Par la théorie ou par l’expérience ? Le mot « théorie » vient du grec théôria, qui signifie « contemplation » ou « spéculation », c’est-à-dire une réflexion sur des objets abstraits, comme les concepts en philosophie ou les chiffres en mathématique. On dira alors d’un raisonnement sur l’infini ou d’un calcul de probabilité qu’il est théorique.

Le mot « expérience », quant à lui, vient du grec empeiria, qui désigne le fait d’avoir l’expérience de quelque chose qui se trouve dans le monde extérieur et matériel. On appellera alors expérience non seulement la perception d’un phénomène ou la participation à un événement, mais aussi les leçons que l’on saura en tirer.

Dans le domaine de la connaissance, nous établissons des théories et nous réalisons des expériences. Ainsi, la question qui se pose est la suivante : un savoir vrai est-il d’abord théorique ou d’abord expérimental ? Qu’est-ce qui est premier, chronologiquement et par ordre d’importance, entre la théorie et l’expérience ? Sur quel fondement nos connaissances reposent-elles ?

Nous verrons d’abord la conception rationaliste de la connaissance qui affirme la primauté de la théorie sur l’expérience ; puis la conception empiriste qui souligne l’importance majeure de l’expérience sur la théorie ; et enfin la science moderne et contemporaine pour laquelle il existe un rapport d’équilibre entre les deux dans l’élaboration de notre savoir.

bannière attention

Attention

Afin de bien comprendre les enjeux, il convient de distinguer trois types de sciences :

  • les sciences formelles (mathématiques, logique etc.),
  • les sciences expérimentales (physique, chimie, biologie etc.),
  • et les sciences humaines et sociales (sociologie, histoire économie etc.).

Le rapport entre théorie et expériences est différent selon les types de sciences. Ainsi, les mathématiques, en tant que science formelle, ne sont que peu concernées par l’expérience. En effet, elles n’ont affaire qu’à des objets abstraits. Nous n’aborderons pas ici les sciences humaines et sociales.

La théorie est première face à l’expérience

bannière definition

Définition

Rationalisme :

Le rationalisme est une doctrine posant la raison théorique comme seule source fiable de la connaissance.

Descartes, dans son livre Méditations métaphysiques, considère la perception des sens – la vue et le toucher notamment – comme non pertinente : non seulement mes sens me trompent par toutes sortes d’illusions sensorielles, mais en outre, quand mes sens me trompent, je n’en ai pas toujours conscience. De plus, la matière que je perçois, c’est-à-dire la chose extérieure à moi que je cherche à connaître et que j’étudie, est changeante : on peut penser à l’exemple du morceau de cire utilisé par Descartes. Dès lors, comment pourrais-je établir une vérité stable à propos d’une matière qui est instable ? Donc, faire l’expérience de la matière par les sens ne permet pas de construire une connaissance certaine, dans le domaine de la physique ou de la biologie par exemple.

bannière reflexion

Réflexion

Descartes et le système de connaissances

Pour Descartes, la raison est capable de réaliser des démonstrations logiques à partir des idées vraies que la raison humaine contient. Ainsi les mathématiques, science formelle, permettraient de connaître de façon absolument certaine car elles ne mobilisent aucune matière mais simplement des raisonnements logiques. C’est sur cette idée que Descartes construit son système de connaissance qu’il s’agira ensuite d’appliquer à toutes les sciences du réel. Prenant l’image d’un arbre, il fait des mathématiques le tronc, et les branches représentent toutes les autres sciences. Cet arbre a besoin de racines, de fondements. Descartes les cherche dans la métaphysique (c’est-à-dire, ici, la connaissance des réalités immatérielles, comme Dieu par exemple).

Mais quelles sont ces idées vraies ? En fait, il faut les comprendre dans le cadre de la théorie cartésienne des idées selon laquelle il existe trois types d’idées :

  • les idées innées,
  • les idées adventices,
  • et les idées factices.

Descartes l’écrit ainsi : « […] ces idées, les unes me semblent être nées avec moi, d’autres être étrangères et venir de dehors, et les autres être faites et inventées par moi-même ».

bannière definition

Définition

Idées innées :

Pour Descartes, les idées innées sont des idées purement théoriques que l’Homme possède par nature et que Dieu a placé dans sa raison.

Ces idées sont parfaitement claires pour notre esprit. C’est par la puissance de notre intelligence, elle aussi naturelle, que nous les comprenons, et non par l’expérience de nos sens. Par exemple, nous ne pouvons voir la perfection absolue dans le monde extérieur ; pourtant, nous possédons l’idée de la perfection. Il ne peut donc s’agir, selon Descartes, que d’une idée innée.

bannière definition

Définition

Idées adventices :

Les idées adventices sont, selon Descartes, des images résultant de notre perception des choses extérieures.

bannière exemple

Exemple

Je vois une table, puis je forme dans ma mémoire l’image de la table. L’image mentale est en fait une idée dégradée de ce que les choses sont vraiment. Cette image est moins exacte que la chose même. Le résultat de l’expérience de mes sens est donc un résidu imparfait.

bannière definition

Définition

Idées factices :

Les idées factices sont les idées que nous inventons par nous-même dans notre esprit.

Les idées factices se distinguent des idées innées car elles constituent en fait les éléments d’un imaginaire confus, délirant, qui invente ce qui n’existe pas. Descartes donne l’exemple des sirènes et des hippogriffes, monstres mi-chevaux mi-oiseaux.

Cependant, dans notre vie, commençons-nous par réfléchir ou par voir ? Assurément, nos sens se mettent en marche avant notre raison. Dès lors, cette primauté des sens ne reste-t-elle pas fondamentale dans notre rapport au monde et dans les connaissances que nous établissons, même avec l’aide de la raison ?

L’expérience est première face à la théorie

C’est en ce sens que, pour Hume, nos sensations constituent la source principale de nos connaissances. Hume est un représentant de l’empirisme – qui vient étymologiquement du même mot grec (empeiria) que le terme « expérience ».

bannière definition

Définition

Empirisme :

L’empirisme est une doctrine selon laquelle l’origine de tout savoir réside dans nos expériences sensibles.

Hume a écrit un livre intitulé Enquête sur l’entendement humain. L’« entendement » désigne la raison humaine.

bannière à retenir

À retenir

Pour Hume, la raison théorique est capable d’avoir des idées et de tenir des raisonnements logiques sur quelque chose si et seulement si il y a d’abord une perception sensible, une expérience concrète de la chose en question.

bannière exemple

Exemple

Il donne l’exemple suivant : « Un homme qui trouverait une montre ou quelque autre instrument sur une île déserte, en conclurait qu’il y a déjà eu autrefois des hommes dans cette île. » Déduire de façon théorique la présence d’hommes que l’on n’a pas vu, à partir d’une montre que l’on voit, implique que l’on ait, auparavant, vu des hommes fabriquer et porter des montres.

  • L’association abstraite homme/montre est d’abord une expérience.

Notre raison ne fait que reproduire mentalement des faits observés. Sans l’expérience, le raisonnement ne serait pas possible. Dès lors, les idées ne sont pas premières, mais secondes et résiduelles, dérivées de la sensation. De plus, leur précision et leur exactitude sont moins bonnes que nos perceptions directes.

bannière reflexion

Réflexion

Hume et l’habitude

Pour Hume, l’habitude joue un rôle dans notre faculté à effectuer des opérations abstraites, des déductions, des prévisions. Nous sommes capables de prévoir un fait à venir parce que nous avons déjà constaté une relation de causalité, c’est-à-dire un lien de cause à effet entre tel fait et le fait à venir. C’est, par exemple, la certitude que le jour se lèvera demain. Pour Hume, « l’expérience seule nous fait connaître toutes les lois de la nature et toutes les propriétés des corps sans exception ».

bannière definition

Définition

Habitude :

L’habitude se définit comme l’expérience de la répétition de phénomènes du même ordre.

Toutefois, pouvons-nous faire l’expérience de tous les phénomènes ? Dès lors, est-il possible de minimiser ainsi le rôle de la raison théorique dans la mesure où c’est elle qui énonce les lois de la science, lois permettant la transmission des connaissances ?

Théorie et expérience sont indissociables et d’égale importance

En fait, c’est la science qui résout le débat philosophique entre théorie et expérience. Claude Bernard, médecin et biologiste du XIXe siècle, parle du raisonnement expérimental de la science comme d’une méthode qui réconcilie la théorie et l’expérience, deux éléments nécessaires à la connaissance. L’expression « raisonnement expérimental » comprend à la fois l’idée de la théorie – « raisonnement » – et celle de l’expérience – « expérimental ».

Claude Bernard, dans son livre Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, écrit : « Le savant complet est celui qui embrasse à la fois la théorie et la pratique expérimentale ».

Selon lui, le savoir se construit selon une boucle en trois étapes.

  • D’abord, le scientifique « constate un fait ». Il observe un phénomène matériel qui n’a pas encore d’explication et vient même parfois contredire les théories admises. Cette étape relève de l’observation empirique (par les sens).
  • Ensuite, « à propos de ce fait une idée naît dans son esprit ». Le scientifique émet une hypothèse.
bannière definition

Définition

Hypothèse :

Une hypothèse est une supposition logique et abstraite qui permettrait d’expliquer un phénomène.

  • Cette étape relève du raisonnement théorique.
  • Puis « en vue de cette idée, il raisonne, institue une expérience, en imagine et en réalise les conditions matérielles ». Il s’agit ici de faire la vérification expérimentale de l’hypothèse. Le scientifique la teste en la confrontant à la réalité matérielle par une expérimentation.
bannière definition

Définition

Expérimentation :

Une expérimentation est une expérience répétée dont on tire des conclusions logiques. Ces conclusions permettent d’établir une loi.

  • Cette étape relève à la fois de la théorie et de l’expérience.

Conclusion :

De là, le scientifique fait de nouvelles expériences au cours desquelles il découvre de nouveaux phénomènes qu’il faut observer méthodiquement et expliquer. Le cycle se poursuit. Dans ce cycle, ni la théorie ni l’expérience ne sont premiers ou seconds, fondamentaux ou dérivés. Le savoir a besoin des deux, inséparablement.